Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Stratégie’ Category

C’était au cours d’un voyage en plein désert de hasard que mademoiselle Tirma procéda à l’extraction d’elle-même. Il s’agissait de rentrer dedans sans supposer quoique ce soit d’autre que ce qui s’y passait. Aride comme il l’était, le paysage étendait une sécheresse à perte de vue, et ce petit morceau extrait se baladait au bout du fil que la lune avait fixé à une de ses pattes invisibles. Huit pattes pour un corps rond, voilà de quoi surprendre, et ce petit bout de Melle Tirma qui se balançait comme un cocon de soie déployait autant de vapeurs que possible. A la fin, naquirent des gouttelettes, puis de l’eau, puis la pluie, et le désert commença à verdir.
Melle Tirma dépliait et repliait le paysage jusqu’au moment où il présenta une usure telle qu’un déchirement fit jour dans le support. A travers l’ouverture, une garrigue prenait forme. Ce n’était pas un hasard dit-elle en songeant amèrement à l’oasis disparu, recouvert par la nouvelle végétation, ce n’était pas un hasard puisque partant du principe que le désert en était totalement dénué, alors qu’en dire de plus si ce n’est que fatalité.
Pour autant, pas question de mettre fin à quoique ce soit comme idée de vie et de possibles.
Il devait bien y avoir une fenêtre ouverte qui permis, comme le fit l’Alice de Tim Burton, de tomber doucement du ciel en flottant telle une plume d’ange à travers l’histoire. Le rêve était encore à entrouvrir, pas d’interrogations à ce sujet. Mais qu’importe, le présent inscrivait son humidité aux flancs de la traversée, laissant dans son sillage une traînée d’arrosage d’où toute vie pouvait enfin fleurir.
Et dans un grand éternuement, elle expectora le pli qui l’étouffait rageusement en l’éloignant d’elle sans faillir.

Publicités

Read Full Post »

.
.
.


On m'appelle Tamanoir.
.
.

« On m’appelle Tamanoir » De Christine Nöstlinger.
Médium poche septembre 1988

Résumé :
Le tamanoir est un mammifère qui se nourrit de fourmis. Chacun ses goûts. Thesi préfère les gâteaux. Et son surnom de Tamanoir, c’est à son physique qu’elle le doit: son nez (qui pointe) et son menton (qui fuit) la font ressembler à l’animal en question. Thesi a malheureusement hérité la tête de son père. En outre elle plaît aux profs : c’est un crime grave. La classe se déchaîne. Thesi devient l’ennemi publique numéro 1. Et comme un ennui n’arrive jamais seul, voilà que débarque le garçon à qui elle a envoyé sa photo – ou plutôt, ce qu’elle a fait passer pour sa photo. Ah, vraiment, il tombe bien, celui-là !

Critiques, analyses et avis (Babelio) :

Thési, l’héroïne de ce livre pour jeunes ados, doit son surnom à son physique (menton fuyant et nez proéminent) qui la font ressembler à un tamanoir. Pour ajouter à son calvaire, elle est une très bonne élève et les profs l’adorent. il n’en fallait pas plus pour que ses petits camarades se déchaînent sur elle. Très bien écrit et tout en finesse, ce roman qui s’adresse plus particulièrement aux jeunes filles entre 9 et 14 ans, décrit avec justesse le quotidien d’une ado complexée et mal aimée en quête de reconnaissance et d’expériences.


Extraits de « On m’appelle Tamanoir » De Christine Nöstlinger.
Médium poche

– Camarades, dit-il, nous passons à l’offensive ! Si la carpe doit continuer à postillonner, nous devons nous défendre ! Nous avons fabriqué un modèle de bouclier pendant l’heure d’anglais !
Il se pencha vers Bigi qui lui tendit une chose bizarre, faite d’un morceau de plastique transparent et d’un crayon à papier. Le plastique était coupé en forme de bouclier, à peu près de la taille d’un visage. Le côté pointu était collé au crayon autour duquel on avait enroulé du fil afin d’avoir une meilleure prise. Charlie s’écria :
– C’est l’invention de la saison ! Le premier et unique bouclier anti-postillons ! Efficacité garantie !
Il se mit le bouclier devant le visage.
– Voilà comment au prochain cours d’allemand, les deux premiers rangs défendront leur joli teint frais contre l’arrosage systématique de la Carpe !
Un enthousiasme formidable déferla sur la classe. On admira l’étrange bouclier, on applaudit, on s’extasia de la construction simple et astucieuse de l’objet.
– Mais attention, camarades, cria Bigi, l’action doit être menée de façon massive et sans défection ! Personne ne doit se défiler ! C’est clair ?
Elle regarda fixement Thési qui rougit.
– Notre tamanoir aurait-il des scrupules ? Demanda Bigi en lançant à Thési une gomme qui l’atteignit à l’oreille gauche.

Read Full Post »