Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Littérature’ Category

La mi-temps de l’agenda ironique de février 2017 est déjà riche de recueils dont je vais faire l’inventaire dans cette étagère.
.
.
bibliotheque-vol-de-nuit
.
.
La lecture d’un livre, soit c’est facile et ça se dévore en un rien de temps, puis ça reste une légende ou ça s’oublie, soit ça se pense et se décortique tranquillement, et pour ça, il s’agit de prendre son temps, de faire des liens avec d’autres livres, de rassembler l’essentiel du sujet pour en intégrer la substance.
L’agenda de février cheminera à travers ceux de sa bibliothèque, reliant d’un trajet éclectique différentes sphères électroniques.
.
En premier lieu, c’est carnetsparesseux qui relaie l’agenda. Fidèle à son engagement envers lui, voici ce premier lien.
https://carnetsparesseux.wordpress.com/2017/01/30/fevrier-agenda-ironique/
.
Charlene V viendra prochainement déposer un peu de sa timidité à l’agenda, après avoir décliné le prix de la co-organisation de février et s’être félicité de l’avoir fait. Salutations respectueuses à toi, Charlene.
https://charlenevoirin.wordpress.com/
.

C’est monesille qui nous montre le chemin en nous offrant une ballade.
https://monesille.wordpress.com/2017/01/30/agenda-ironique-de-fevrier/
.

jacou33 commence à défibriller le terrain en passant par les studios fébriles de la chronique.
https://jacou33.wordpress.com/2017/02/01/agenda-ironique-de-fevrier-2/
.

La Licorne dépose un pavé de mystère, au doux prénom de Paul, Charles, Jules, né en 1951. Toute une culture.
http://filigrane1234.blogspot.fr/2017/02/agenda-ironique-le-livre-mystere.html
.

Valentyne recycle une deuxmillevingtroisième de couverture avec Patience et envisage la suite sans se presser. A quand « pour qui cloche le merle » ? Arrivera-t-il sans cheval avant la date butoir du 19 février ?
https://lajumentverte.wordpress.com/2017/02/05/a-lest-de-pandemonium-de-patience-steinbock/
.
En lisant les échanges autour de pandemonium, Célestine, avec son esprit visionnaire, nous apprend qu’elle avait déjà participé à l’agenda ironique de février 2017 en avril 2013 puisqu’elle écrit elle-même le roman dont elle va nous parler ici.
http://celestinetroussecotte.blogspot.fr/2013/04/quatrieme-de-couv.html
.
Emilie nous propose un entretien magistral où les grandes vérités sortent sans faire le moindre scandale, ordre et rigueur sont de mise, soyons fous, n’abusez pas de l’eau.
https://lespetitscahiersdemilie.com/2017/02/07/agenda-ironique-de-fevrier/
.

Le captivant Patte et son innommable sens de la narration (il n’existe aucun qualificatif pour le décrire) nous fait découvrir un auteur abouti. Tout comme il existe le poète qui cherche encore le poème-mot-unique-chef-d’oeuvre, Jean-Gilles Renflophoir brille à réussir son roman en épurant son style jusqu’à l’abscons le plus extrêmement clair qui soit.
https://1pattedanslencrier.wordpress.com/2017/02/09/concours-agenda-ironique-de-fevrier-2017/
.
Alphonsine nous emberlificote une petite annonce et emmêle les nerfs du lecteur autour, c’est tumultueusement un petit rien enrageant, mais lisez d’abord.
https://desnoeudsdansmonfil.blogspot.fr/2017/02/petite-annonce.html
.
« Pour qui cloche le merle » arrive bruyamment, bien avant la date auditive du 19, prévoyant d’olfactiver odoramment la suite des événements. Les adeptes de Patience, encore sous le choc du claquement sec de la mitraillette s’attendent à tout.
https://lajumentverte.wordpress.com/2017/02/12/pour-qui-cloche-le-merle-patience-steinbock/comment-page-1/#comment-15909

.
Charlene V ne recule devant rien, elle nous présente ici un livre choc qui réveillerait un mort, même que ça glace le sang.
Utoya – L’affaire Breivik « Le plus grand récit criminel de l’histoire » Interpol. De Laurent Obertone.
https://charlenevoirin.wordpress.com/2017/02/13/lhistoire-dun-monstre/
.
Suite logique de bibi, le dernier buis qu’on court de Flora Dardennes, « J’irai pisser sur vos tombes », aux éditions Latrines.
https://jobougon.wordpress.com/2017/02/15/jirai-pisser-sur-vos-tombes-de-flora-dardennes/
.
Monesille nous annonce une vraie critique. Elle a choisi de nous parler de :
« Le coup du lapin dans le coin du tableau ».
Même que son chat annonce plusieurs suites.
 https://monesille.wordpress.com/2017/02/15/agenda-ironique-de-fevrier-le-coup-du-lapin-dans-le-coin-du-tableau-tome-1/
.
Le coup de cœur de Laurence Delis : L’amour des mots qui nous envoie son collier de perles.
https://palettedexpressions.wordpress.com/2017/02/17/agenda-ironique-fevrier/
.
Les perles de chez Patchcath, la couleur du lait, de Nell Leyshon, « Mary aura bientôt 16 ans ». C’est en 1831, et il semble que les 30 dernières pages soient un peu difficiles… A découvrir ici :
https://patchcath.wordpress.com/2017/02/16/on-est-en-1831-et-mary-aura-bientot-16-ans/
.
Ariel nous propose une lecture du soir. Tout en délicatesse et en petite touches, de julien Green, un roman discret et subtil comme la grâce qui en émane.
https://plumedecomptoir.wordpress.com/2017/02/16/lecture-du-soir/
.
Carnetsparesseux prône la discrétion avant tout en critiquant les critiques et en faisant parler les livres. Après tout, ils peuvent aussi en dire autant de leurs lecteurs, en ayant voix au chapitre. C’est un livre qui vous veut du bien.
https://carnetsparesseux.wordpress.com/2017/02/18/un-livre-qui-vous-veut-du-bien/comment-page-1/#comment-7737
.
Loin de suivre les suggestions de la dernière critique littéraire, la liberté d’expression c’est aussi ça, voici un autre texte pour l’agenda ironique de février, cette fois l’ironie disparaît, c’est un vrai bonheur.
https://jobougon.wordpress.com/2017/02/18/la-foi-davant/
.
C’est un conte philosophique que nous propose Valentyne avec Izo, de Pascal de Duve, un livre existant réellement, et que l’auteur a écrit trois ans avant de mourir du sida, alors qu’il se savait condamné. Un coup de cœur qui, défini comme suit par Valentyne, est un livre qu’on a envie de relire juste après avoir dévoré la dernière page.
https://lajumentverte.wordpress.com/2017/02/19/izo-pascal-de-duve/
.
Un livre qui fascine les historiens, que « le couloir du monde oublié », de John Minh, aux éditions aléatoires, une critique fictive de Grumots, qui sait si bien nous convaincre qu’elle nous donne envie de le découvrir au plus vite.
https://grumots.wordpress.com/2017/02/19/critique-le-couloir-du-monde-oublie/comment-page-1/#comment-323 

.

 

Read Full Post »

Carnetsparesseux l’a géologé en janvier, CF les différentes strates de gestion du mois sur les commentaires des résultats de janvier ici.
Les votants ont élus les textes gagnants de janvier, félicitations à Celestine, Valentyne, Emilie, ainsi qu’aux organisatrices de l’agenda de février élues ex-aequo, Charlene V et moi-même.
Merci merci, c’est un plaisir.
Etant exactement aequo, nous pouvons organiser de concert l’agenda ironique de février. Ou bien décider de passer le relais. Charlene V a préfèré passer son tour, et bien que j’ai éhontément tenté de la détourner de sa décision pour qu’elle change d’avis, elle a su rester ferme et imperturbable.
J’ai accepté.
Voici ma proposition d’écriture pour l’agenda ironique de février :

Vous aimez les livres ?
Oui. C’est une question ! Même si je me doute un peu de votre réponse…
(Au moins pour certains et pour avoir lu sur les pages de vos blogs respectifs des posts relatifs aux livres qui vous ont marqués.)

Et bien voilà ! Que vous les aimiez ou pas, cela n’a pas vraiment d’importance, vous allez comprendre pourquoi.
.
.
bibliotheque-vol-de-nuit
.
.

Regardez les ! Ceux là ont été soigneusement sélectionnés.
Ils ont été choisis, rangés, proposés à la lecture par leur propriétaire.
Les voici, rassemblés sur cette étagère concue spécialement pour se détendre confortablement, et pourquoi pas, en lisant.
Votre mission en février.
En choisir un et en faire une
critique littéraire.
Que vous l’ayez lu ou pas.
Qu’il existe réellement ou pas.
Qu’un livre intrus se soit glissé distraitement dans le lot.
Que vous rêviez de l’écrire, ou pas.
Ou qu’il soit, peut-être encore soigneusement conservé dans quelque bibliothèque secrète ou interdite.
Que sais-je encore…
L’idée, c’est d’écrire une critique littéraire qui donne soit envie de le lire, soit au contraire, nous en dissuade.

Je vous souhaite beaucoup de plaisir à l’écriture.

 

Vous pourrez déposer les liens de vos textes dans les commentaires. Les personnes qui n’ont pas de blog peuvent me faire parvenir leur critique littéraire à l’adresse mail suivante : jo.bougon@hotmail.fr
Cloture du recueil des textes le dimanche 19 février à minuit
Les votes auront lieu la semaine du 20 au 26 et les résultats seront édités le 27.

 

 

Read Full Post »

lettre-a-un-jeune-artiste-1544022

Lettre à un jeune artiste

5 janvier 1949

Cher J.K.,

Merci pour ton message de nouvel an. Il est triste et déprimé et je ne comprends cela que trop bien. Cependant, il y a aussi cette phrase où tu te dis hanté par l’idée qu’un sens et une mission ont été assignés à ta personne et à ta vie et tu souffres de n’avoir pas révélé ce sens ni rempli cette tâche. Voilà qui est très encourageant malgré tout, car c’est littéralement vrai et je te prie de te rappeler et de méditer de temps en temps les quelques remarques que je vais faire à ce sujet. Ces réflexions ne sont pas de moi, elles sont vieilles comme le monde et appartiennent à ce que les hommes ont exprimé de plus positif sur eux-mêmes et sur leur mission.
Ce que tu fais dans la vie, je veux dire non seulement comme artiste, mais aussi en tant qu’homme, époux et père, ami, voisin, etc., tout cela s’apprécie en fonction du « sens » éternel du monde et d’après les critères de la justice éternelle, non par référence à quelque mesure établie, mais en appliquant à tes actes ta propre mesure, unique et personnelle. Quand Dieu te jugera, il ne te demandera pas : « As-tu été un Hodler, un Picasso, un Pestalozzi, un Gotthelf ? » Il te demandera en revanche : « As-tu été et es-tu réellement le J.K. En vue duquel tu as hérité certaines dispositions ? » Questionné de la sorte, aucun homme n’évoquera jamais sans honte et sans effroi son existence et ses errements ; tout au plus pourra-t-il répondre : « Non, je n’ai pas été cet homme, mais je me suis du moins efforcé de le devenir dans la mesure de mes forces. » Et s’il peut le dire sincèrement, il sera alors justifié et sortira vainqueur de l’épreuve.
Si tu es gêné par des images telles que « Dieu » ou « juge éternel », tu peux tranquillement les laisser de côté, car elles importent peu. La seule chose qui compte, c’est le fait que chacun de nous est le dépositaire d’un héritage et le porteur d’une mission ; chacun de nous a hérité de son père et de sa mère, de ses nombreux ancêtres, de son peuple, de sa langue certaines particularités bonnes ou mauvaises, agréables ou fâcheuses, certains talents et certains défauts, et tout cela mis ensemble fait de nous ce que nous sommes, cette réalité unique dénommée J.K. en ce qui te concerne. Or, cette réalité unique, chacun de nous doit la faire valoir, la vivre jusqu’au bout, la faire parvenir à maturité et finalement la restituer dans un état de perfection plus ou moins avancé. A ce propos, on peut citer des exemples qui laissent une impression ineffaçable et qu’on trouve en abondance dans l’histoire universelle et l’histoire de l’art. Ainsi, comme on le voit dans beaucoup de contes de fées, il y a souvent un personnage qui est l’idiot de la famille, le bon à rien, et il se trouve que c’est à lui qu’incombe le rôle principal et c’est précisément sa fidélité à sa propre nature qui fait paraître médiocres, par comparaison, tous les individus mieux doués que lui et favorisés par le succès.
C’est ainsi qu’au commencement du siècle dernier vivait à Francfort la famille Brentano, riche en individualités supérieurement douées. Sur la vingtaine d’enfants qu’elle comptait alors, deux sont célèbres aujourd’hui encore : les poètes Clemens et Bettina Brentano. Eh bien, ces nombreux frères et sœurs étaient tous des gens très doués, intéressants, supérieurs à la moyenne, des esprits étincelants, des talents de premier ordre. Seul l’aîné était et demeura simple d’esprit et passa toute sa vie dans la maison paternelle, paisible génie du foyer dont on ne pouvait rien faire ; catholique, il observait tous les devoirs de la piété ; en tant que fils et frère, il se montrait patient et débonnaire et, au milieu de la joyeuse et spirituelle bande de ses frères et sœurs où l’excentricité se donnait souvent libre cours, il devint toujours plus le centre silencieux et calme de la famille, une sorte d’étrange joyaux domestique d’où rayonnait la paix et la bonté. Ses frères et sœurs parlent de ce simple d’esprit, de cet être infantile, avec un respect, une affection qu’ils ne témoignent à personne d’autre. Donc, à lui aussi, à ce bêta, à cet idiot, il avait été donné d’avoir un sens et une charge, et il les avait assumées d’une manière plus complète que tous ses brillants frères et sœurs.
Bref, lorsque quelqu’un éprouve le besoin de justifier sa vie, ce n’est pas le niveau général de son action, considérée d’un point de vue objectif, qui compte, mais bien le fait que sa nature propre, celle qui lui a été donnée, s’exprime aussi sincèrement que possible dans son existence et dans ses activités.
D’innombrables tentations nous détournent continuellement de cette voie ; la plus forte de toutes est celle qui nous fait croire qu’au fond, on pourrait être quelqu’un de tout à fait différent de celui que l’on est en réalité et l’on se met à imiter des modèles et à poursuivre des idéaux qu’on ne peut et ne doit pas égaler ni atteindre. C’est pourquoi la tentation est particulièrement forte pour les personnes supérieurement douées, chez qui elle présente plus de dangers qu’un simple égoïsme avec ses risques vulgaires parce qu’elle a pour elle les apparences de la noblesse d’âme et de la morale.
A un certain moment de sa vie, tout jeune garçon a rêvé de conduire une voiture à cheval ou une locomotive, d’être chasseur ou général et, plus tard, de devenir un Goethe ou un don Juan ; c’est une tendance naturelle, inhérente au développement normal de l’individu et un moyen de faire sa propre éducation  : l’imagination, pour ainsi dire en tâtonnant, prend contact avec les possibilités du futur. Mais la vie ne satisfait pas ces désirs et les idéaux de l’enfance et de la jeunesse meurent d’eux-mêmes. Néanmoins, on continue à souhaiter faire des choses pour lesquelles on n’est pas fait et l’on se tracasse pour imposer à sa propre nature des exigences qui la violentent. C’est ainsi que nous agissons tous. Mais en même temps ,dans nos moments de lucidité intérieure, nous sentons toujours davantage qu’il n’existe pas de chemin qui nous conduisent hors de nous-mêmes vers quelque chose d’autre, qu’il nous faut traverser la vie avec les aptitudes et les insuffisances qui nous sont propres et strictement personnelles et il nous arrive alors parfois de faire quelque progrès, de réussir quelque chose dont nous étions jusque là-incapables et, pour un instant, sans hésiter, nous nous approuvons nous-mêmes et nous sommes contents de nous. Bien sûr, ce contentement n’a rien de durable ; cependant, après cela, la part la plus intime de notre moi ne tend à rien d’autre qu’à se sentir croître et mûrir naturellement. C’est à cette seule condition que l’on peut être en harmonie avec le monde et s’il nous est rarement accordé, à nous autres, de connaître cet état, l’expérience qu’on en peut faire sera d’autant plus profonde.
En rappelant la mission confiée à tout individu et qui diffère pour chacun d’eux, je ne dois pas oublier que je ne songe pas du tout à ce que les dilettantes de l’art, jeunes ou vieux, appellent la défense et l’affirmation de leur individualité et de leur originalité. Il va de soi qu’un artiste, lorsqu’il fait de l’art sa profession et sa raison d’être, doit commencer par apprendre tout ce qui peut être appris dans le métier ; il ne doit pas croire qu’il devrait esquiver cet apprentissage à seule fin de ménager son originalité et sa précieuse personnalité. L’artiste qui, dans l’exercice de sont art, se dérobe à la nécessité d’apprendre et de peiner durablement aura la même attitude dans la vie ; il ne sera équitable ni envers ses amis, ni envers les femmes, ni à l’égard de ses enfants et de la communauté bourgeoise, il sera mis à l’écart avec son originalité intacte et se laissera déchoir sans être utile à personne. Les exemples de ce genre ne manquent pas. L’effort personnel pour assimiler ce qui peut être appris est un devoir aussi élémentaire dans le domaine de l’art que dans celui de la vie courante. Il faut que l’enfant apprenne à manger, à être propre, il faut lui enseigner la lecture et l’écriture. L’étude de tout ce qui est susceptible d’être enseigné ne fait pas obstacle au développement de l’individualité, elle le favorise et l’enrichit, au contraire. J’éprouve quelque honte à écrire noir sur blanc de pareilles évidences mais nous en sommes arrivés à ce point où personne ne semble plus avoir l’instinct d’agir selon des règles naturelles et remplace cet instinct par un culte primitif de l’extraordinaire et du saugrenu. En art, je ne suis nullement ennemi de la nouveauté, au contraire et tu le sais bien, mais dans le domaine moral, c’est-à-dire lorsqu’il s’agit du comportement de l’homme à l’égard de la tâche qui lui incombe, les modes et les innovations me sont suspectes et je suis plein de méfiance lorsque j’entends les gens raisonnables parler de nouvelles morales, de nouvelles éthiques, comme on parle de mode ou de style dans l’art.
On exige encore autre chose de l’homme, dans le monde actuel, et cette exigence est propagée par les partis politiques, les patries ou les professeurs de morale universelle. On exige de l’homme qu’il renonce une fois pour toute à lui-même et à l’idée qu’à travers lui, quelque chose de personnel et d’unique pourrait être signifié ; on lui fait sentir qu’il doit s’adapter à un type d’humanité normale ou idéale qui sera celle de l’avenir, qu’il doit se transformer en un rouage de la machine, en un moellon de l’édifice parmi des millions d’autres moellons exactement pareils. Je ne voudrais pas me prononcer sur la valeur morale de cette exigence : elle a son côté héroïque et grandiose. Mais je ne crois pas en elle. La mise au pas des individus, même avec les meilleures intentions du monde, va à l’encontre de la nature et ne conduit pas à la paix et à la sérénité, mais au fanatisme et à la guerre. Au fond, il s’agit d’une exigence monastique et elle n’est légitime que lorsqu’on a affaire à des moines, à des hommes qui sont entrés librement dans les ordres. Cependant, je ne crois pas que cette exigence, liée à une mode, pourrait constituer un danger pour toi.
Je m’aperçois que ma lettre est presque devenue une dissertation. J’en ferai donc tirer des copies et, à l’occasion, je la ferai lire aussi à d’autres personnes. Je pense que tu n’y verras pas d’objection.

Herman Hesse

Read Full Post »

Extrait de « Propos sur le bonheur » d’Alain (Emile Chartier / 1868-1951)
P 77 Folio essais éditions Gallimard

« Ne pas désespérer »

Cette méthode de police qui consiste à guérir un ivrogne par le serment, porte la marque de l’action ; un théoricien ne s’y serait point fié ; car, à ses yeux, les habitudes et les vices sont solidement définis et établis. Raisonnant d’après les sciences des choses, il veut que tout homme porte en lui ses manières d’agir, comme des propriétés, à la façon du fer ou du soufre. Mais je crois plutôt que les vertus et les vices, fort souvent, ne tiennent pas plus à notre nature qu’il ne tient à la nature du fer d’être martelé ou laminé, ou à la nature du soufre d’être en poudre ou en canons.
Dans le cas de l’ivrogne j’en vois bien la raison ; c’est l’usage ici qui fait le besoin ; car boire ce qu’il boit donne soif et enlève la raison. Mais la première cause de boire est bien faible ; un serment peut l’annuler ; et à partir de ce petit effort de pensée, voilà notre homme aussi sobre que s’il n’avait bu que de l’eau depuis vingt ans. Le contraire se voit aussi ; je suis sobre ; mais je deviendrais aussitôt ivrogne et sans effort. J’ai aimé le jeu ; les circonstances ayant changé, je n’y ai plus pensé ; si je m’y mettais, je l’aimerais encore. Il y a de l’entêtement dans les passions et peut-être surtout une erreur démesurée ; nous nous croyons pris. Ceux qui n’aiment pas le fromage n’en veulent point goûter, parce qu’ils croient qu’ils ne l’aimeront point. Souvent un célibataire croit que le mariage lui serait insupportable. Un désespoir porte malheureusement avec lui une certitude, disons une forte affirmation, qui fait que l’on repousse l’adoucissement. Cette illusion, car je crois que c’en est une, est bien naturelle ; on juge mal de ce qu’on n’a point. Tant que je bois, je ne puis concevoir la sobriété ; je la repousse par mes actes. Dès que je ne bois plus, je repousse par cela seul l’ivrognerie. Il en est de même pour la tristesse, pour le jeu, pour tout.
Aux approches d’un déménagement vous dites adieu à ces murs que vous allez quitter ; votre mobilier n’est pas dans la rue que vous aimez déjà l’autre logement ; le vieux logement est oublié. Tout est bientôt oublié ; le présent a sa force et sa jeunesse, toujours ; et l’on s’y accommode d’un mouvement sûr. Chacun a éprouvé cela et personne ne le croit. L’habitude est une sorte d’idole, qui a le pouvoir par notre obéissance ; et c’est la pensée ici qui nous trompe ; car ce qui nous est impossible à penser nous semble aussi impossible à faire. L’imagination mène le monde des hommes, par ceci qu’elle ne peut s’affranchir de coutume ; et il faudrait dire que l’imagination ne sait pas inventer ; mais c’est l’action qui invente.
Mon grand-père, vers ses soixante-dix ans, prit le dégoût des aliments solides, et vécut de lait pendant cinq ans au moins. On disait que c’était une manie ; on disait bien. Je le vis un jour à un déjeuner de famille attaquer soudainement une cuisse de poulet ; et il vécut encore six ou sept ans, mangeant comme vous et moi. Acte de courage certes ; mais que bravait-il ? L’opinion, ou plutôt l’opinion qu’il avait de l’opinion, et aussi l’opinion qu’il avait de soi. Heureuse nature dira-t-on. Non pas. Tous sont ainsi, mais ils ne le savent pas ; et chacun suit son personnage.

24 août 1912

Read Full Post »

En fait, si j’en crois mes maux de dents,
L’Art serait inférieur à trois.
Et le plus curieux dans l’étangs,
C’est la folie de mes dix doigts.
J’ai peine à croire que ce corbeau,
Tenait en ses serres un nuage,
Il avait les globules en haut,
D’un beau prénom nommé courage.
Ne fuyons plus aucune attaque,
De ces oiseaux noirs de suffrages,
Ils ont des trucs sur toutes les plumes,
Qui pourraient bien faire marécage.
Mais ça grouille de reinettes ici,
Elles tournent des heures sous l’édredon,
C’est si croassant que sous la lune,
Je fais un lombago d’ici,
Aussi douloureux qu’un carton.
Alors je rêvasse dans le vague,
Les yeux fumeux et sans ambages,
Voici venu le temps des vieux,
Qui ont des cannes comme des envieux.

Read Full Post »

Le Hêtre

Extrait d un roi sans divertissement (1948) :

 

"Le hêtre de la scierie n’avait pas encore, certes, l’ampleur que nous lui voyons. Mais, sa jeunesse (enfin, tout au moins par rapport avec maintenant) ou plus exactement son adolescence était d’une carrure et d’une étoffe qui le mettaient à cent coudées au-dessus de tous les autres arbres, même de tous les autres arbres réunis. Son feuillage était d’un dru, d’une épaisseur, d’une densité de pierre, et sa charpente (dont on ne pouvait rien voir, tant elle était couverte et recouverte de rameaux plus opaques les uns que les autres) devait être d’une force et d’une beauté rares pour porter avec tant d’élégance tant de poids accumulé. Il était surtout (à cette époque) pétri d’oiseaux et de mouches ; il contenait autant d’oiseaux et de mouches que de feuilles. Il était constamment charrue et bouleversé de corneilles, de corbeaux et d’essaims; il éclaboussait à chaque instant des vols de rossignols et de mésanges; il fumait de bergeronnettes et d’abeilles ; il soufflait des faucons et des taons ; il jonglait avec des balles multicolores de pinsons, de roitelets, de rouges-gorges, de pluviers et de guêpes. C’était autour de lui une ronde sans fin d’oiseaux, de papillons et de mouches dans lesquels le soleil avait l’air de se décomposer en arcs-en-ciel comme à travers des jaillissements d’embruns. Et, à l’automne, avec ses longs poils cramoisis, ses mille bras entrelacés de serpents verts, ses cent mille mains de feuillages d’or jouant avec des pompons de plumes, des lanières d’oiseaux, des poussières de cristal, il n’était vraiment pas un arbre. Les forêts, assises sur les gradins des montagnes, finissaient par le regarder en silence. Il crépitait comme un brasier ; il dansait comme seuls savent danser les êtres surnaturels, en multipliant son corps autour de son immobilité; il ondulait autour de lui-même dans un entortillement d’écharpes, si frémissant, si mordoré, si inlassablement repétri par l’ivresse de son corps qu’on ne pouvait plus savoir s’il était enraciné par l’encramponnement de prodigieuses racines ou par la vitesse miraculeuse de la pointe de toupie sur laquelle reposent les dieux. Les forêts, assises sur les gradins de l’amphithéâtre des montagnes, dans leur grande toilette sacerdotale, n’osaient plus bouger. Cette virtuosité de beauté hypnotisait comme l’œil des serpents ou le sang des oies sauvages sur la neige. Et, tout le long des routes qui montaient ou descendaient vers elle, s’alignait la procession des érables ensanglantés comme des bouchers."

 

Jean Giono

Read Full Post »

Les fleurs du soir

Les fleurs du soir
Roger Ikor
Au soir de sa vie, après trente années de routine conjuguale, André découvre soudain la passion du corps avec la belle Katia puis la passion du coeur avec la douce Isabelle. L’étonnant n’est pas qu’il aime mais qu’il soit aimé, malgré la formidable différence d’âge qui le sépare de ces deux jeunes femmes. Un tel miracle ne saurait se prolonger… Ce n’est pas seulement par les yeux d’André que nous percevons le monde de l’amour, c’est aussi par ceux des jeunes femmes. S’ajoute encore la vision propre de trois autres personnages, Hélène, Hervé, Maxime, étroitement liés aux protagonistes et entre eux.
Le ton est généreux, délicat, riche de sensibilité et de lucidité. André ne possède pas mais il aime vraiment, donne et accepte de perdre, maturité liée à lâge sans doute…
Ayant pour centre le conflit de l’amour et du temps, les fleurs du soirs est un trés grand roman qui prend une place prépondérante dans l’oeuvre de Roger Ikor, un de nos plus célèbres écrivains.
 
 
 
Roger Ikor est né à Paris le 28 mai 1912. D’origine juive, il a été élève et professeur de lettres au lycée Condorcet ainsi qu’au lycée Pasteur de Neuilly-sur-Seine. Entré à l’école Normale Supérieure, agrégé de grammaire en 1935, il obtient le prix Goncourt en 1955 pour son livre "les eaux mélées".
Entre temps, mobilisé en 1939 comme lieutenant d’infanterie, il combat en Lorraine, puis en Belgique. En juin 1940, il est fait prisonnier de guerre, envoyé en Poméranie, région côtière au sud de la mer Baltique située en Allemagne et en Pologne. Séquestré dans un oflag* poméranien, il devient chef de bloc de l’organisation de résistance du camp et directeur du journal clandestin. Lors de l’avance russe, il s’évade, mais est repris au bout d’un mois d’errance dans les premières lignes allemandes.
La guerre finie, Roger Ikor collabore à diverses revues et publie essais et romans. "A travers nos déserts" (1951), "les grands moyens" (1952), "le semeur de vent" (1960), "la pluie sur la mer" (1962), "je porte plainte" (1981), "les fleurs du soir" (1985), entre autres…
Marqué par la mort de son fils qui s’est suicidé après avoir adhéré au "Zen macrobiotique", il mène jusqu’à sa mort une lutte contre le phénomène sectaire, et fonde à cet effet "le centre contre les manipulations mentales" (CCMM).
Il décède à Paris en 1986 à l’âge de 74 ans.
 

Read Full Post »

Older Posts »