Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for mai 2013

La brume du matin

Comme une absence à l’instant présent,
Une sortie de soi, un flottement,
Même le café n’y suffit pas…
S’estompera-t-elle ?
Cette seule pensée me rappelle,
Retour à l’univers ordinaire,
Se dissipe le brouillard éphémère,
La journée peut alors commencer.
La brume s’en est allée,
Vers d’autres têtes, faire émerger,
La perception qui nous pourvoit.

Publicités

Read Full Post »

J’étais fière, j’écrivais. Mais au fil du temps, les écrits ont tissé un grillage, et moi, j’étais dedans.
Quand j’ai compris que le tissage de pensées se resserrait, j’ai cessé d’écrire.
Les fils se sont relâchés, ils ont laissé une ouverture pour que je passe la tête, puis le corps tout entier, et je suis sortie.
Dehors, les mots volaient comme des papillons, et moi, je les admirais. J’ai eu envie de voler, moi aussi. Alors je l’ai fait, et depuis, je ne peux plus m’arrêter.
C’est tellement amusant, toute cette légèreté. En dessous, il y a des paysages merveilleux, des amis qui viennent et qui discutent, d’autres papillons qui volètent à mes côtés.
Alors les cahiers se sont tus, abandonnés.
Lorsque je les ai survolés, l’autre jour, l’un d’eux m’a chuchoté.
– Tu peux voler, tes mots seront toujours là. Ils ne seront plus une prison maintenant, mais une porte vers ton intérieur.
Alors j’ai compris. J’ai compris que le tissage, c’était l’enveloppe du monde qui m’adoptait.
Et que je pouvais changer de monde librement.
Celui qui me donne ma légèreté, je lui reviens toujours.
C’est mon repère, mon laisser passez pour l’existence, alors comprenez- moi, si je ne tisse plus les mots, si je préfère les vivre maintenant…

Read Full Post »

Perplexité

Mais où donc
Se cache
Le réchauffement
Climatique ?
En Afrique ?
Au Liban ?
Sous la vache ?
Ou le jonc ?
Et bien non !
Dans le temps…

Read Full Post »

Sous un jour au ciel bas, la bourrasque,
D’un vent de frasque,
Bouscula l’équilibre,
Et mon buste chavire,
Mes deux mains se desserrent,
Les feuillets se libèrent,
Et la surface du lac,
Recouverte des ailes,
S’envole tout à trac,
Ne laissant qu’une flaque,
Et mes écrits épars,
Envolés vers nulle part,
Se déploient vers le ciel,
Ouvrant dans les nuages,
Une brèche de soleil.

Read Full Post »

C’est toute la fumaison qui œuvre à la débâcle,
Dans une opacité sans nom, une brume opiniâtre.
Combien de ces questions se posent à l’oracle,
En vaines suppositions où rôde le simulacre,
Approchant de si loin l’ébauche d’une réponse,
A gaspiller en vain l’énergie qui nous trompe.
Ces passages climatiques finissent par s’estomper,
Pour peu que le soleil en vienne à se montrer,
J’attendrai le regain de sa vitalité,
Sans plus m’interroger, laissant encore glisser.
L’écume du temps qui passe dépose son sédiment,
De ce qui nous anime, que savons-nous vraiment ?
Mais qu’un ami appelle, qu’un regard nous éclaire,
S’insuffle l’accalmie sous de nouveaux repères,
Calmant la bête enfouie, dévoreuse de lumière,
Offrant un compromis entre elle et notre affaire.
Nos amis nous soutiennent bien mieux que l’hypothèse,
Qui n’est jamais qu’un sol glissant de terre glaise,
Où se tapissent encore les vieux démons d’hier.
Jusqu’où la part des choses dévoile nos illusions,
Et dans quelles limites répond-elle aux questions ?
Je n’ai que mon instinct pour unique boussole,
L’expérience de la vie qui me fait son école,
La tâche de grandir et d’aller vers le bien,
Et de ne plus quitter le meilleur des chemins.
Si parfois je m’éloigne c’est pour mieux retrouver,
L’espace pacifié de ma sérénité.

Read Full Post »

Tournures d’esprits

Elles tournent, comme tourne la girouette au vent,
Elles hument dans toutes les directions,
Suivant les vents de la passion,
Orientées par le torrent.
La mienne se tient là, au milieu,
Et elle regarde dans tes yeux,
C’est l’aiguillage de notre amour,
Qui ne fait plus aucun détour.
Et mon esprit se tend vers toi,
Dans toutes directions à la fois.
Non ce n’est pas l’œil du typhon,
Ni le calme avant la tempête,
Mais c’est un acte d’abandon,
Et mon univers s’y affrète.

Read Full Post »

La virgule

Lune, je te vois,
Tu pointes un doigt courbé,
Et ton œil rond me fixe.
Mais ta bouche,
Cachée dans l’ombre,
Ne parle pas.
Ah, si tu pouvais dire,
Joli croissant jaune d’or,
Combien tu as vu de vivants,
De rêves, et de prières,
Et de regards vibrants,
Tournés vers ton mystère…
Mais ce soir,
Bouche close comme toujours,
Tu toises mon visage,
Et j’entends ton murmure,
Appeler le soleil,
A l’aube de son sommeil.

Read Full Post »

Older Posts »