Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Série pignouf illimitée’ Category

La « Anne », elle avait pas son pareil pour tournicoter du coton perlé d’agenda ironique.
Juin, qu’elle avait dit, c’est une affaire dans l’sac.
Alors dans son fourre-tout, elle y a collé
deux images, sages comme des gros lézards du Nil qui dormiraient au soleil, (pas besoin de lunettes noires), et quelques phrases suspectes comme, insérer OBLIGATOIREMENT « C’était à … faubourg de… dans les jardins de ou d’…»  dans l’titre, (zut, le titre, je l’avais loupée cette consigne là), et puis les mots « cannibale, fourbir, niquedouille, praliné, rentable, sautiller, tellurique ».
Pfffftt !!! Pourquoi faire simple quand on peut faire simple ?

.
.
.

Pis qu’en plusse, on n’a même plus l’droit d’râler !!!
Qu’est-ce que t’as dit ?
Non, non, rien ! J’ai rien dit.
.
.
.

Famille Addams bis.
.
.

Il y avait réunion de famille, l’heure du gong avait sonné, grand-père Gomaize fêtait ses 150 ans de décès, et Mortencia, drapée dans son digne deuil, allait enfin pouvoir exécuter les dernières volontés de son défunt époux. A ne pas confondre avec ses dernières voluptés, bien entendu, qu’elle exécutait encore fidèlement jusqu’au dernier souffle de Gomaize, mais laissons sous silence leur intimité.
Il lui avait remis, sur son lit funéraire, le contrat de confiance dans lequel elle s’engageait, sait-on jamais, légalement, à ne pas confondre avec létalement, et pour une durée contractuelle du nombre d’année précisé ci-dessus, plus haut, à ne pas prendre aperçu ne serait-ce que de près ou de loin de son testament avant cette date.
Gomaize aimait, à l’époque de son existant, tirer vers le haut du panier, aussi disait-il toujours : « Patience est mère de charité, mais ne moquez pas l’hôtel-Dieu, il touche le fiel ».
Il avait un petit cheveu sur la langue, papy.
Mortensia n’avait plus la grâce d’antan, ni le mordant d’ailleurs. Mais elle avait gardé la blancheur laiteuse de ses vingt ans grâce à l’onguent du docteur sangsuet, cosmétique intégral, indice 6, ayant la caractéristique de maintenir le taux d’hémoglobine sanguin à l’indice correspondant. Affaiblie mais résistante à tout, suivant sa philosophie « atout prendre », Mortencia prétendait mordicus que la lividité consécutive à l’application de cet onguent lui permettait de rester visible à feu Gomaize, qui sinon ne pourrait la reconnaître de l’au-delà. Au delà de quoi, le taux risquerait de flamber, laissant exsangue et sans sang les vaisseaux laissés à sec de ce fait incendiaire. Et rajoutait souvent à qui voulait bien l’entendre, les flammes éclairent mais la nuit porte conseil. Optant pour le style bénitier, lancé par le célèbre couturier Maryvonnet saint Lacroix, elle avait revêtu une veste écossaise portée par lady Conne Doyle dans les années 20 lorsqu’elle a joué le fameux personnage d’
Irène Adler dans « Un scandale en Bohême », achetée au vide grenier de Louvain sainte Uccle Wilsèle pour la modique somme astronomique de dix neptunes.


Elle découvrirait, tout comme le reste de la famille, mais pas avant 90h52mn de la nuit, le contenu du testament que celui-ci avait rédigé en vue de cet instant poignant.
Toute la vérité, rien que la vérité, sur l’origine de la fabuleuse richesse qui allait alimenter les comptes bancaires et ne tarderait pas à dévider sa fortune sur les différents entrepreneurs qui se pressaient aux portes du manoir pour en restaurer les coins et recoins dégradés par le temps.
C’était à Golgothique, faubourg de Baldhoween, dans les jardins d’Addams et Dave.
Grand-mère Mortensia, mortifiée par le froid, s’était emmitouflée jusqu’aux oreilles. Son foulard Kermesse lui donnait l’air comprimé des veuves de bonne loi, son doux sourire revêtu pour l’occasion, elle évitait tout de même d’ouvrir la bouche, n’ayant pas honoré son dernier rendez-vous chez le dentiste, qui devait lui fourbir un dentier flambant blanc, assorti au teint, nous comprendrons un peu plus tard la raison de ce loupé.
Il y avait son frère, oncle Pestilent, de son prénom d’alliance avec Bondéanause, le père de la cousine Germaine. Il a endossé la combinaison rose réservée aux panthères, prétendant que la souplesse est un gage de gri-gri. La dernière fois qu’il a assisté à la lecture d’un testament, dit-il, il a hérité personnellement d’une dette de jeu à hauteur de trois atouts, dont un passage par la case départ. Ce qui lui a permis tout de même d’empocher un mois de salaire, mais a suffit à le rendre méfiant à l’égard des héritages. Pestilent est venu accompagné de ses trois enfants et demi. Ne pouvant en encadrer que deux et demi sur trois, il a décidé de lâcher-prise avec le benjamin, dont le jaune est assorti à son jumeau, à peine plus égal en âge que lui-même. Ils ont la réputation de n’être pas des comics, préférant largement la carrière saurienne à celle ornithienne, plus empennée.
Mon frère, Louis XII, a tenu à se placer à la gauche de Mortensia. « Comme ça, je ne suis pas loin des biscuits à thé », a-t-il avoué ce matin en lorgnant sur son téléphone portable pour voir si l’heure du dé-jeûner allait bientôt arriver. Notre demi-sœur Rellente s’est glissée discrètement du même côté pour ne pas être loin de la table, tout en restant approximativement la niquedouille préférée d’haute-maman. Vu que personne ne l’a jamais vue entièrement, elle reste comme une effluve dans les jardins d’Addams et Dave. Parlons-en de ces deux là, ils sont allongés par terre, toujours prêts à partir en voyage tellurique, sac à portée de main. Ne les confondez pas avec le paysage Pelousain, ce sont des hommes, trans-sexualisés, mariés de surcroît, depuis les années lumières, et bien décidés à affirmer leur position, c’est-à-dire au repos, mais attentifs. Ils ont connu l’époque des attentats aux tifs, celle où les coiffeurs coupaient toutes les franges de travers, et ont décidé de mener le combat de la frange droite, quoiqu’il leur en coûterait. Etant donné les nombreux frais auxquels ils sont exposés, du fait de leur engagement, ils espèrent bien retirer de leur présence un pécule modulatoire, leur permettant d’essorer la majeure partie de leurs dettes de jeux. Car couper de la frange droite, croyez-le bien, est une entreprise hasardeuse, les paris sont relevés à hauteur de sourcils la plupart du temps.
Moi, j’ai choisi d’épauler haute-maman plutôt côté bras droit. Je ne sais pas, une intuition, sans doute. Non pas que je défende le patronat, ou une quelconque accointance avec mon banquier. Simplement, Jules m’a dit, si tu ne restes pas à côté de moi, je ne viens pas avec toi dans ta famille. Moi, Jules, je ne peux pas m’en passer, alors comme il s’est assis sur le fauteuil du mort… Mais Gomaize, de là où il est, n’ira plus jouer les cannibales. D’habitude, il envoyait griller en enfer tous ceux qui osaient s’asseoir sur son fauteuil, histoire de les déguster à point un peu plus tard. Là, il ne bouffe plus grand chose, pauvre grand-père, il doit avoir les dents qui grincent d’écume, à ne rien plus pouvoir faire, de là-haut de l’au-delà. Pépère, c’était pas du praliné. Plutôt du piment de Cayenne. Quand il ouvrait la bouche, c’était pas pour faire des bonbons, qu’on disait de lui.
Grand-maman Mortensia présentait son meilleur profil au photographe venu spécialement de la ville pour immortaliser l’instant.
Ce qui tombait plutôt bien, c’est que le notaire et ce dernier ne faisaient qu’un, vu que la mode était au cumul des emplois, les temps sont durs il faut dire, un peu comme les dents de grand-père.
Une fois le paysage familial fixé sur la pellicule, l’intérêt d’avoir des représentants de la cause capillaire pu parfaitement s’entendre. On entendit aussi la lecture du document, légèrement fossilisé sur les coins vu son âge.
Mortensia versa une larme, en entendant la voix de son époux retransmise en direct par le notairographe, la larme toucha le sol, le sol s’ouvrit sur la piscine, une grosse larme de crocodile qui prit soudain forme, baudruchienne, ce n’était pas le moment de faire l’autruche. Dans l’affolement de l’instant, j’ai vu Rellente sautiller sur le bord de la piscine, prête à perdre l’équilibre..
.
.
.
Famille Addams bis 2
.
.
.

Les reptiles grouillaient, se multipliant comme des petits pains gonflés d’hélium, comme des fourmis à la gueule allongée, des termites dentues, crantées, rouage funeste de gri-gri mal réglé. Je l’avais dit à Mortensia, n’invite pas l’oncle Pestilent, tu connais sa capacité à être psychédélique. Cette vieille carne n’avait rien voulu entendre. Raison pour laquelle aucun saurien n’en viendrait à bout, la carne est une substance dure, inattaquable, angulaire et saillante, aussi dure que la semelle de ses pompes.
J’ai donc compris pourquoi elle avait raté son rendez-vous chez le dentiste. Vu que les caïmans, crocodiles, alligators et autres dragons du Komodo, ne sont pas commodes, traverser la propriété pour se rendre à son rendez-vous présentait trop de dangers dangereux pour sa vie, elle préféra rester cloîtrée dans le manoir en attendant qu’un prédateur à reptiles vint faire un peu de ménage dans le jardin d’Addams et Dave.
Nous ne pûmes donc qu’assister à la lecture des premières lignes du fameux testament. Le peu dont je me souvienne fut ceci :
« Meurtricia, mon amour, ma chérie, ma tendre, ma seule, mon unique, si j’ai mis 150 ans à te dévoiler la vérité, c’est que les affaires n’étaient pas rentables du tout. Notre culture d’avocats si florissante au début de notre mariage a souffert depuis quelques années du solanum tuberosum. Nous avons du emprunter deux millions d’heures supplémentaires pour la construction d’une usine de déshydratation pour les transformer en fécule, notre pécule a fondu comme larmes au soleil, les spéculateurs ont bouffé le reste, et je ne laisse que ma collection d’ailes de mouches a ton frère qui me l’a soutiré contre un talisman en forme de trèfle à cheval. Sauras-tu m’en tenir griefs aussi longtemps que la mort ?
N’oublie jamais que je t’ai aimée, Meurtricia, que je t’aime, et que je t’aimerai encore, foi de moitié légitime. »
C’est là que je me suis dit, tout d’même, il n’est même pas foutu de citer le prénom de grand-maman correctement. Et que je me suis redit encore en plus, il faudra que je lui demande pourquoi, à la vieille. Franchement, ça manque largement de respect pour elle.

Read Full Post »

J’ai eu envie de me pencher sur « Le questionnaire de Proust », histoire de voir ce que je réussis à en faire. Répondre à tout, je ne sais pas, mais essayer, pourquoi pas.
Les définitions sont en
rouge. Ça a parti dans tous les sens une fois commencé, et encore, je n’ai pas tout creusé.

Les listes de vertus et qualités sont en vert.

Le questionnaire de Proust

• Ma vertu préférée :
J’aime bien la simplicité.
Et puis l’authenticité.
Et puis la souplesse aussi
Sans oublier l’altruisme : parce que dans altruisme, il y a halte, et il y a truisme.
Oh ! Ça va ! Si on ne peut plus déc….r quoi !

• Le principal trait de mon caractère :
Lente et rêveuse, je trouve que ça va bien ensemble. Quand je dis que j’ai le cerf-volant, ce n’est pas une plaisanterie. Quoique que lente, il me semble que c’est encore un poil trop rapide pour me caractériser.
• La qualité que je préfère chez les hommes :
Réceptivité et disponibilité psychique. Avec humour et dérision. C’est top. Un peu d’sérieux, voyons !
• La qualité que je préfère chez les femmes :
Réflexion et analyse, avec dérision et humour, c’est encore top.
• Mon principal défaut :
La paresse.
La oisiveté. [Sonorement préférable à « l’oisiveté »]
La contemplation.
La contestation.
Ça en fait quatre ! Et alors, être paresseuse ne veut pas pour autant dire réductrice !
D’ailleurs je commence à avoir une de ces flemmes.
La suite est plus bas.

• Ma principale qualité :
• Ce que j’apprécie le plus chez mes amis :
• Mon occupation préférée :
• Mon rêve de bonheur :
• Quel serait mon plus grand malheur ?
• À part moi – même, qui voudrais-je être ?
• Où aimerais-je vivre ?
• La couleur que je préfère :
• La fleur que j’aime :
• L’oiseau que je préfère :
• Mes auteurs favoris en prose :
• Mes poètes préférés :
• Mes héros dans la fiction :
• Mes héroïnes favorites dans la fiction :
• Mes compositeurs préférés :
• Mes peintres préférés :
• Mes héros dans la vie réelle :
• Mes héroïnes préférées dans la vie réelle :
• Mes héros dans l’histoire :
• Ma nourriture et boisson préférée :
• Ce que je déteste par-dessus tout :
• Le personnage historique que je n’aime pas :
• Les faits historiques que je méprise le plus :
• Le fait militaire que j’estime le plus : • La réforme que j’estime le plus :
• Le don de la nature que je voudrais avoir :
• Comment j’aimerais mourir :
• L’état présent de mon esprit :
• La faute qui m’inspire le plus d’indulgence :
• Ma devise :


Ma vertu préférée :

J’aime bien la simplicité.
Et puis l’authenticité.
Et puis la souplesse aussi : Etre souple ne signifie pas céder à tout instant, mais exactement le contraire. Cela veut dire apprendre à dire oui et à dire non au moment opportun. Et, pour le reste, être ouvert au processus d’amélioration que permettent les multiples occasions de tous les jours.
La personne souple adapte avec promptitude son comportement aux personnes ou aux situations, sans abandonner pour autant ses propres critères d’action”.
Sans oublier l’altruisme : parce que dans altruisme, il y a halte, et il y a truisme.
Oh ! Ça va ! Si on ne peut plus déc….r M…E quoi !

http://www.toupie.org/Dictionnaire/Altruisme.htm

L’altruisme est une disposition de caractère qui conduit à s’intéresser, à se dévouer, à se consacrer et à vouloir faire le bien aux autres, à les aider, à faire preuve de générosité envers eux, sans rien attendre en retour.

Truisme :
Vérité trop évidente pour devoir être énoncée. Synon. banalité, évidence, lapalissade.Pas de vie propre, créatrice, pour la pensée, sans indépendance: c’est un truisme que de l’affirmer (Civilis. écr., 1939, p. 16-4).Pour que nous puissions connaître un secteur du passé, (…) il faut encore qu’il se rencontre un historien capable de les repérer et surtout de les comprendre. Cela pourrait passer pour un truisme, mais l’expérience montre que le rappel d’une telle évidence n’est peut-être pas inutile (MarrouConnaiss. hist., 1954, p. 102).

http://jean.heutte.free.fr/spip.php?article62

C’est quoi une vertu ? Disposition habituelle, comportement permanent, force avec laquelle l’individu se porte volontairement vers le bien, vers son devoir, se conforme à un idéal moral, religieux, en dépit des obstacles qu’il rencontre.
Force morale, force d’âme, valeur, vaillance.


Les six vertus humaines fondamentales (Seligman, Peterson , 2003)
Six vertus et vingt quatre forces en psychologie positives

D’après cette étude, ces valeurs universelles seraient les suivantes :

- SAGESSE ET CONNAISSANCE
Forces cognitives qui favorisent l’acquisition et l’usage de la connaissance.

  • Créativité : trouver des manières originales et productives de faire les choses. Cela comprend les réalisations artistiques, mais ne s’y limite pas.
  • Curiosité : trouver un intérêt à toute expérience en cours ; s’intéresser à tel ou tel sujet ; explorer et découvrir.
  • Ouverture d’esprit : examiner les choses sous tous les angles ; ne pas tirer de conclusions hâtives ; être capable de changer d’avis à la lumière de nouvelles informations.
  • Amour de l’apprentissage : acquérir de nouvelles compétences et de nouveaux domaines de connaissance (en autodidacte ou non). Cette force est évidemment liée à la curiosité, mais s’en distingue par la tendance à vouloir acquérir systématiquement de nouvelles connaissances.
  • Sagesse : être capable de donner des conseils avisés ; posséder une manière de voir le monde qui soit porteuse de sens, tant pour soi que pour les autres.

- COURAGE
Forces émotionnelles qui impliquent l’exercice de la volonté pour atteindre les buts que l’on s’est fixés, malgré les obstacles internes et externes.

  • Bravoure : ne pas reculer devant la menace, les difficultés ou la douleur ; défendre ce qui est juste envers et contre tous ; agir selon ses convictions, même si c’est impopulaire. Cela inclut le courage physique, mais ne s’y limite pas.
  • Persévérance : finir ce qu’on a commencé ; persister malgré les difficultés ; aimer mener à bien un travail.
  • Authenticité : dire la vérité, mais plus généralement se présenter de façon authentique ; être sans prétention ; assumer ses sentiments et ses actes.
  • Vitalité : aborder la vie avec enthousiasme et énergie : ne pas faire les choses à moitié ; vivre la vie comme une aventure ; se sentir bien vivant.

- HUMANITE
Forces interpersonnelles consistant à tendre vers les autres et à leur venir en aide.

  • Amour : valoriser les relations étroites avec les autres, particulièrement lorsque les sentiments (partage, affection) sont réciproques ; être proche des gens.
  • Gentillesse : rendre des services, faire de bonnes actions ; aider les autres, prendre soin d’eux.
  • Intelligence sociale : être conscient des motivations et émotions des autres (et des siennes propres) ; savoir faire ce qui convient dans différents contextes ; comprendre les ressorts du comportement des gens.

- JUSTICE
Forces qui sont à la base d’une vie sociale harmonieuse.

  • Travail en groupe : savoir travailler au sein d’un groupe ou d’une équipe ; avoir l’esprit d’équipe : accomplir sa part.
  • Sens de l’équité : traiter toute personne équitablement ; ne pas se laisser influencer par ses sentiments personnels dans les décisions concernant autrui ; donner à chacun sa chance.
  • Leadership : encourager le groupe dont on fait partie à réaliser des choses, tout en s’efforçant de maintenir de bonnes relations en son sein ; organiser des activités collectives.

- TEMPERANCE
Forces qui protègent contre les excès.

  • Pardon : pardonner à ceux qui ont mal agi ; accepter les défauts des autres ; savoir donner une seconde chance ; ne pas être animé par la vengeance.
  • Modestie : laisser des réalisations parler d’elles-mêmes ; ne pas se mettre en avant ; ne pas se prendre pour plus que ce que l’on est. Prudence : être prudent dans ses choix ; ne pas prendre de risques inutiles ; ne pas dire ou faire des choses que l’on pourrait regretter par la suite.
  • Maîtrise de soi : rester maître de ses sentiments et de ses actes ; être discipliné ; maîtriser ses appétits et ses émotions.

- TRANSCENDANCE
Forces qui favorisent l’ouverture à une dimension universelle et donnent un sens à la vie.

  • Appréciation de la beauté et de l’excellence : remarquer et apprécier la beauté, l’excellence et/ou la maîtrise technique dans les domaines les plus divers.
  • Gratitude : être conscient et reconnaissant des bonnes choses qui arrivent ; prendre le temps d’exprimer des remerciements.
  • Optimisme : attendre le meilleur de l’avenir et œuvrer à sa réalisation ; penser qu’un avenir heureux est quelque chose que l’on peut provoquer.
  • Humour : aimer rire et taquiner ; être souriant ; voir le côté drôle des choses ; faire des plaisanteries.
  • Spiritualité : connaître sa place au sein de l’Univers ; croire au sens de la vie, en tirer un réconfort et une ligne de conduite.

http://eduka.free.fr/education/vertushumaines/texte/listevertus.html

Vertus étudiées dans le livre d’Isaacs

Amitié
Arriver à entretenir, avec quelques personnes déjà connues de par une communauté d’intérêts de type professionnel ou récréatif, des contacts personnels réguliers, nés d’une sympathie mutuelle, chacun s’intéressant à l’autre et à son progrès.

Assiduité au travail
Accomplir avec diligence ce qui est nécessaire pour atteindre progressivement une maturité naturelle et surnaturelle, et aider les autres à faire de même, dans le travail quotidien comme dans les autres tâches.

Audace
Entreprendre et réaliser différentes actions qui peuvent paraître peu prudentes, en étant convaincu, après une réflexion sereine sur la réalité, avec les possibilités et les risques qu’elle comporte, que l’on peut atteindre un bien authentique.

Compréhension
Reconnaître l’influence de divers facteurs sur les sentiments ou le comportement ; approfondir le sens de chacun de ces facteurs et leur interaction et aider les autres à faire de même ; en tenir compte avant d’agir.

Force
Dans des situations peu propices à notre amélioration, résister aux influences nocives, supporter toutes les difficultés et s’efforcer d’agir positivement pour surmonter les obstacles et se lancer dans des entreprises de grande envergure.

Générosité
Agir de façon joyeuse et désintéressée en faveur des autres, conscient de la valeur de ce qu’on leur apporte et sans considérer l’effort que cela demandera.

Humilité
Reconnaître nos propres insuffisances, nos qualités et nos capacités et les exploiter au service du bien, sans essayer d’attirer l’attention ni rechercher les applaudissements.

Justice
S’efforcer continuellement de donner aux autres ce qui leur est dû, de façon à ce qu’ils puissent faire face à leurs devoirs et exercer leurs droits (droits à la vie, aux biens moraux et culturels, aux biens matériels), en tant que personnes – parents, enfants, citoyens, professeurs ou dirigeants – et faire en sorte que les autres se comportent de la même façon.

Loyauté
Accepter les liens qu’impliquent les relations avec les autres — parents, amis, supérieurs, pays, institutions — de façon à défendre et à renforcer les valeurs que ces liens représentent.

Obéissance
Accepter les décisions de celui qui détient et exerce l’autorité, en les assumant comme étant les nôtres, à condition qu’elles ne s’opposent pas à la justice, et réaliser avec promptitude ce qui a été décidé, en s’efforçant d’interpréter fidèlement la volonté de celui qui commande.

Optimisme
Avoir une confiance raisonnable en nos propres aptitudes, en l’aide que les autres peuvent nous procurer et en leurs capacités. Ainsi, pouvoir discerner, en premier lieu, les éléments positifs et les possibilités d’amélioration que chaque situation offre et, en second lieu, les difficultés et les obstacles qui s’opposent à cette amélioration, en tirant parti de tout ce qui est favorable et en affrontant le reste avec un esprit sportif et joyeux.

Ordre
Suivre une procédure logique, nécessaire pour atteindre les objectifs fixés, dans l’organisation de nos affaires, l’utilisation de notre temps et la réalisation de nos activités, de notre propre initiative et sans qu’il soit nécessaire qu’on nous le rappelle.

Patience
Une fois connus ou pressentis les difficultés à surmonter ou les biens désirés qui se font attendre, en supporter avec sérénité tous les désagréments éventuels.

Patriotisme
Reconnaître ce qu’un pays a donné et continue de donner. Lui rendre l’honneur et le service qui lui sont dûs, en défendant et en renforçant les valeurs qu’il représente, tout en partageant les nobles aspirations de tous les pays.

Persévérance
Une fois notre décision prise, mettre en oeuvre les moyens nécessaires pour atteindre le but poursuivi, en dépit des difficultés internes ou externes, même si la motivation s’affaiblit au fil du temps.

Prudence
Dans notre travail et dans nos relations avec les autres, relever des informations que l’on juge à la lumière de critères droits et vrais : avant de prendre une décision, en mesurer les conséquences positives et négatives, pour soi et pour les autres, puis agir ou s’abstenir, en s’en tenant à la décision prise.

Pudeur
Reconnaître la valeur de son intimité et respecter celle d’autrui. Protéger son intimité du regard des autres ; rejeter ce qui peut l’altérer et ne la dévoiler que pour notre bien ou celui d’autrui.

Respect d’autrui
Agir ou s’abstenir selon le cas, de façon à ne nuire ni à soi-même ni aux autres, mais à faire le bien selon ses droits, sa condition et les circonstances de sa vie.

Responsabilité
Assumer les conséquences de ses actes, qu’il soient délibérés – c’est-à-dire résultant d’une décision prise ou acceptée (ou non)- de telle façon que les autres en bénéficient au maximum ou, du moins, n’en souffrent pas. En même temps, faire en sorte que les autres se comportent de la même façon.

Simplicité
Faire en sorte que notre comportement habituel — notre façon de parler, de s’habiller, d’agir — soit conforme à nos intentions véritables, de façon à ce que les autres puissent nous connaître tels que nous sommes ; être ce que l’on paraît.

Sincérité
Révéler avec clarté, si c’est opportun, à la personne qui convient et au bon moment, tout ce que l’on a fait ou vu, tout ce que l’on pense ou ressent sur sa situation personnelle ou sur celle des autres.

Sociabilité
Savoir créer et profiter des occasions d’établir des liens avec toutes sortes de personnes, en réussissant à communiquer avec chacune d’elles grâce à un intérêt sincère pour ce qu’elle est, ce qu’elle dit, ce qu’elle fait, ce qu’elle pense et ce qu’elle ressent.

Souplesse
Adapter avec promptitude son comportement aux personnes ou aux situations, sans abandonner pour autant ses propres critères d’action.

Tempérance
Distinguer entre ce qui est raisonnable et ce qui ne l’est pas ; utiliser avec modération ses cinq sens, son temps, son argent, ses efforts, en accord avec des critères droits et vrais.

http://www.cosmovisions.com/vertu.htm

La parfaite raison fuit toute extrémité, 
Et veut que l’on soit sage avec sobriété.
Molière « le misanthrope ».

Le principal trait de mon caractère :

Les traits de caractère :
– Expansif (tourné vers les autres) ou Introverti (secret, plus renfermé) ?

– Consciencieux ou Etourdi ?

– Idéaliste ou Réaliste ?

– Rebelle ou Docile (qui se laisse facile conduire) ?

– Dynamique ou Nonchalant (Cool…) ?

– Original ou Conformiste ?

– Enthousiaste (qui s’enflamme vite) ou Indifférent ?

– Serviable ou Perso ?

– Curieux ou Blasé (vite saoulé) ?

– Impulsif ou Réfléchi ?

– Méthodique ou Brouillon ?

– Persévérant ou Vite découragé ?

-Tolérant ou Intolérant ?

– Autoritaire ou Soumis ?

– Energique ou Passif ?

– Attentif ou Rêveur ?

– Attiré par les responsabilités ou Pas attiré par les responsabilités ?

– Audacieux ou Timide ?

– Calme ou Remuant ?

– Coléreux (vous montez vite) ou Placide (vous encaissez sans pb) ?

– Sociable ou Solitaire ?

– Solidaire (soucieux d’aider les autres) ou Individualiste (moi d’abord) ?

– Travailleur (le boulot ne vous fait pas peur) ou Plutôt paresseux (c’est dur de s’y mettre) ?

– Rapide ou Lent ?

– Ambitieux ou Modeste ?

– Sûr(e) de vous ou Pas sûr(e) de vous ?

– Confiant dans les autres ou Méfiant ?

– Patient ou Impatient ?

– Casse-cou ou Prudent ?


Lente et rêveuse, je trouve que ça va bien ensemble. Quand je dis que j’ai le cerf-volant, ce n’est pas une plaisanterie. Quoique que lente, il me semble que c’est encore un poil trop rapide pour me caractériser.

La qualité que je préfère chez les hommes :
La bonté, l’intelligence.

La qualité que je préfère chez les femmes :

La réflexion. Non pas que je suggère que les femmes ne réfléchissent pas, mais quand elles expriment leur sens du recul et le l’analyse, partager la vision qu’elles ont d’un sujet ou d’un point de vue, c’est du bonheur en puissance, de l’enrichissement mutuel.
Trouver cette qualité là chez un homme, c’est un peu plus compliqué. Je ne dis pas non plus qu’ils ne réfléchissent pas, mais peut-être que leur structure d’analyse étant différente, les points de vue auront davantage de difficultés à se rejoindre.
J’attends la polémique à ce sujet, avec un immense plaisir anticipé.
Non, je ne suis pas une fouteuse de m…e !
Le débat est ouvert.

Mon principal défaut :

La paresse.
La oisiveté. [Sonorement préférable à « l’oisiveté »]
La contemplation.
La contestation.
Ça en fait quatre ! Et alors, être paresseuse ne veut pas pour autant dire réductrice !

Ma principale qualité :
La curiosité

Ce que j’apprécie le plus chez mes amis :
Leur gentillesse.

Mon occupation préférée :
Apprendre.

Mon rêve de bonheur :
Prouver que l’amour durable existe en le vivant.
En suis-je capable ?
Je lis « Je t’aime » de Francesco Alberoni. Cet auteur décortique toutes les sortes de sentiment à la loupe, et affirme que oui, c’est possible, et il nous apprend à reconnaître ce qu’il nomme « l’état naissant », « l’énamourement », les ersatz ou dérivés approchés.
Bien entendu, ce regard est issu de recherches et de réflexions qui n’engagent que son auteur. Mais après tout, qui peut prétendre avoir la science infuse à ce sujet ?

Quel serait mon plus grand malheur ?
Vivre entourée de barbares, être témoin et/ou victime d’actes de cruauté.

À part moi – même, qui voudrais-je être ?
Personne, je n’ai pas d’idole.
Ou sinon, être moi, en plus heureuse.

Où aimerais-je vivre ?
Je t’en pose, moi, des questions, monsieur Proust ? Mais j’en sais rien, mouaaah !

Bref, je me demande comment il est possible de répondre à de telles questions sachant combien tout me semble important, combien tout est impermanent, ce que je vais dire aujourd’hui va-t-il être encore valable demain ?
Alors la grande question. Comment vivre l’impermanence au mieux pour ne pas en souffrir ?
La vertu m’a conduite au cynisme.
Le cynisme est une attitude face à la vie provenant d’une école philosophique de la Grèce antique, fondée par Antisthène1, et connue principalement pour les propos et les actions spectaculaires de son disciple le plus célèbre, Diogène de Sinope. Cette école a tenté un renversement des valeurs dominantes du moment, enseignant la désinvolture et l’humilité aux grands et aux puissants de la Grèce antique. Radicalement matérialistes et anticonformistes, les cyniques, et à leur tête Diogène, proposaient une autre pratique de la philosophie et de la vie en général, subversive et jubilatoire.

L’école cynique prône la vertu et la sagesse, qualités qu’on ne peut atteindre que par la liberté. Cette liberté, étape nécessaire à un état vertueux et non finalité en soi, se veut radicale face aux conventions communément admises, dans un souci constant de se rapprocher de la nature.


De là à déboucher sur l’ironie, y’a pas si loin !
Comme quoi, tous les chemins mènent au rhum.
Vous allez me dire, on n’est pas rendus, à c’compte là !
Ben non, je n’ai pas encore fini de le remplir, ce questionnaire.
Mais si jamais l’envie vous prenait d’y répondre, surtout, ne vous en privez pas, et ne me privez pas du plaisir de venir vous lire, donque !

Read Full Post »

rodin_1

Une histoire de fil qui se déroule, associé à une machine à en découdre, voilà de quoi alimenter les réflexions studieuses de nos étudiants en herbe d’âme. A chercher à comprendre à la fin tout est tellement bien rangé que la vie elle même s’en trouve anesthésiée. Une étiquette sur les pots de malchance, une autre sur les pas de pots qui marchent sur le fil, ou encore comment faire rentrer les âmes dans des cases. C’est tellement plus simple ainsi.
Donc la méthode, c’est d’avoir un mode d’emploi, une procédure, et de la suivre à la lettre. C’est ainsi que je devins une femme de lettres en allant aux toilettes. Imaginons un segment W-C dans le graphique où l’ordonnée est le champ du connu, et l’abscisse le champ de l’inconnu. Soit un angle O-Q-P, situé sur ces points précis. Je vais donc devoir réfléchir à comment ouvrir le triangle WO-Q-PC ainsi constitué afin de pouvoir π c. Partant du point commun C, il m’apparaît nécessaire de voir si la bobine est ou n’est pas. De plus, une vérification s’avère nécessaire, le rouleau peut-il s’assimiler à une bobine ?
Ainsi, de fil en aiguille, le C serait le semblant d’une clef, à trois quarts de lettres prêt.
Pendant ce temps, j’aurais largement eu le temps d’aller sonner chez la voisine, ou encore d’aller soulager ma vessie derrière un arbre.
Bref, il est des raccourcis qui font chemins de traverse, ou pas.
La méthode du bout de la bobine serait à ce titre une étiquette de plus.
Mais au fond, si je retire tout, que reste-t-il ?
Rien.

Chez carnetsparesseux, une histoire d’agenda ironique suspendu au fil d’avril, voilà de quoi gazouiller sur le fil des mathématiques littéraires.

abattant-de-toilettes-wc-mousse-design-humour-expr

Read Full Post »

L’agenda ironique d’octobre 2015 sera octobrien ou pas
Chez Jacou : https://jacou33.wordpress.com/2015/10/01/lagenda-ironique-doctobre-2015-sera-octobrien-ou-pas/

.
.

Les pupilles frelatées des carottes de contrebande font scandale à la cour des cancres. Dorénavant, on n’écrit plus, on contre verse dans la mâle façon chez les femmes qui en savent long sur l’écervelage, la cuvette de cerveau, la surdité en pot ou encore la ruse incendiaire d’un présumé innocent par le juge le plus têtu que le commissariat du quartier des détenus puisse connaître. Plutôt que de m’égratigner les mollets dans un buisson épineux je décidai donc d’agir en m’associant au plus gros grain de sucre supporté par le tamanoir poli des plaines de la côte de bœuf. Il fallait griller tout ça en mettant le feu au cabinet pour que l’eau s’évapore et que, sans me salir les mains, je puisse enfin récupérer la clef de la centrale où ces fumeux inspecteurs m’avaient verrouillée, reléguée dans une cellule à peine traversée de temps à autre par une endorphine égarée.
.
.
mitard2.
.
Tout de même, résistant à la montée des températures, l’abattant des WC en plastique translucide ne gondolait pas d’un micro-décimètre. La chasse d’eau fuyait, les gros bouillons éclaboussaient les parois mais le niveau ne baissait pas, et le surnageant finissait par cloquer comme une peau boursouflée sans que jamais le fond ne laisse briller ou même entrevoir la moindre pièce métallique. J’étais cuite, condamnée à croupir au fond d’un neurone bouclé comme une anglaise. Restait plus qu’à filer à la russe ou à la hussarde. Un grand coup d’épaule dans les barreaux et les gonds allaient céder, il fallait rassembler toutes les forces en présence.
– Force brute ?
– Présente !
– Force de la nature ?
– Présente !
– Force herculéenne ?
– Présente !
– Force démoniaque ?
– Présente !
– Force bleue ?
– Mouais…
– Force 4 ?
– […]
– Force 4 ?
– […]
Bon, ça répondait plus.
Je me suis approchée de la grille. J’ai donné une légère poussée vers l’avant. Rien !
J’ai tiré un peu fort, me suis ramassée sur le fessier.
La porte était ouverte, et ce, depuis le début.
Toutes forces confondues, j’ai regardé à gauche, puis à droite. Personne.
Si quelqu’un m’avait observée à cet instant là, je crois que j’aurais eu la honte de ma vue.
La serrure n’était pas verrouillée et je n’avais jamais pensé à ça depuis le début.
Ça, ils allaient me le payer !
En remontant le couloir, j’ai trouvé une vieille feutrine qui avait due être un chapeau, plus loin les latrines des matons, guère plus propres que celle de ma cellule d’amibe. Quelques micelles pensives balançaient leurs longues tiges filamenteuses au gré des courants d’air. Une vieux cycle de Krebs à la porte s’interposa entre moi et l’oxygène du dehors. Il était temps de laisser les mitochondries de côté et de foncer direct vers un nouveau bol de métabolisme biotechnologique.
J’ai pris mes jambes à mon cou et ventre à terre, me suis glissée comme un ver en direction de la liberté. Une dopamine douteuse traversa mon champ visuel. Me viendrait-elle en soutien ? Je ne m’interrogeai pas davantage. Le cycle de Krebs ne s’attendait pas à ça. Quand il a réagi, il était trop tard, j’étais loin et décidée à ne plus me laisser endormir par un quelconque régime carotte râpée ou centrale d’épuration.
Une fois hors de portée d’un persécuteur potentiel, je m’assis sur un banc pour réfléchir.
Ça pouvait m’arriver.
En fait, je me demandais bien qui pouvaient bien être mes tortionnaires.
Alors j’épluchai ma mémoire, aucun détail ne devait rester sous silence.
Premier détail : Achille avait dit à Samuel qui avait dit à Fatima que le père du bâtard baptisé bientôt à l’église n’était toujours pas identifié.
Mais ça n’m’avançait à rien de plus !
Deuxième détail : Monsieur et madame Richard lui tricotaient une layette, parce-que vous comprenez, ce pauvre petit, avec une mère seule à l’élever, il fallait bien lui venir en aide. La laine était couleur vert caca d’oie mouchetée rose chamallow, une tendance de la mode cet hiver. L’ensemble serait du plus bel effet.
Ce qui écarta toute suspicion de ma part, c’est qu’ils étaient trop ritualisés pour être malhonnêtes.
Troisième indice : La comtesse détestait uriner dans les toilettes publiques.
Ç’aurait été cruel de sa part de mettre quelqu’un en position d’hygiène défectueuse tueuse. Mais à ne pas écarter tout de même.
Et enfin, le quatrième détail était de taille à remporter le plus franc succès de toute ma réflexion. Les pompiers étaient intervenus ce matin au café Jean Valjan, pendant qu’une troupe d’américains se remplissaient l’estomac en bâfrant autour d’une table en terrasse.
Les américains, oui, c’est ça ! C’est bien encore un truc à eux de faire des farces en abandonnant lâchement une native d’ici dans une cellule au nucléole éteint, tout ça parce-que l’indigène locale que je suis regardait de trop près le képi du plus jeune à l’uniforme bien ajusté.
M…e alors !
Si on peut même plus s’en mettre plein les yeux maintenant !
En tout cas, pour les retrouver, ça n’allait pas être coton.
Mais pourquoi des inspecteurs s’en étaient-ils mêlés ?

Read Full Post »

Ils ont tracé le verbe sous le givre des vitres,
Et soufflé la chaleur à travers les barreaux.
Sous le terreau des ombres se tenait l’escargot,
Qu’aucun vers ne rongeait dans sa coquille d’huître.
Il y faisait si sombre que même les yeux ouverts,
Les antennes déployées, en plein cœur de l’hiver,
L’huître en colimaçon aux yeux gastéropodes,
Se posait la question du climat à la mode.
D’un mouvement bivalve elle entrouvre sa coque,
Quelle ne fut sa surprise d’y voir l’iris baroque,
D’un calmar de fortune égaré en sous-bois,
Qui cherchait sa moitié d’un grand cœur maladroit.
Mais quel tentaculaire ! Quel géant petit gris,
Vous a donné l’adresse de mon vernaculaire ?
Je gage que ma colère pour vous n’a aucun prix !
Pourtant l’iris sourit sous son binoculaire,
Car le céphalopode devinait sous les cris,
Que la coquille n’était qu’un genre épouvantard,
Censé les éloigner, les curieux trop vantards,
Et d’un bras pélagique il attrape une antenne,
Pour l’attirer à lui comme on tisse la laine.
Ils ont tracé les mots de leur plus beau duo,
Sans même un seul regret pour la coque d’escargot.

Read Full Post »

Dans un premier temps, ils ont décidé de faire un « grand rassemblement pour savoir comment se défrise le ridicule ». Y’avait l’gros Léon qui courait partout à la recherche d’un coiffeur. Il a finit par tourner en colimaçon dans les anglaises, tout ça pour descendre un escalier à bout portant sans réussir à l’achever. Au final, le plus grand, Dédé je crois, s’est chargé de l’arrêter dans sa course en modifiant l’intitulé. Ils allaient faire un « grand rassemblement pour savoir si finalement on appelle un chat un chat et pas l’inverse ». Le gros Léon, qu’avait pas la langue dans sa poche, la sortit d’un grand fourre-rien et sans les mâcher, il avala ses mots tout rond. Il essayait encore de péter plus haut que la mygale de son plafond quand le vieux Zazard, « César » pour les intimes, les traita tous de vrais-jetons. Les doigts dans le museau, il sorti son aide-souvenir des poches qu’il avait sous les yeux et le feuilleta un instant.
– Au nasomètre, je vais vous retrouver ça, assura-t-il ! J’ai passé une nuit verte à ne pas fermer l’œil, alors croyez moi, je pense ! ça m’évite de filer de la mauvaise ouate. Pas comme ces jeunes noirs-becs qui passent l’arme à droite à la première vague d’insomnie venue. Bon, où je l’ai mis ce machin ? Je croyais l’avoir empoché ce matin, j’ai du me lever du pied bot.
La Marthe, elle le regardait en ricanant bêtement.
– T’as qu’à arrêter de travailler d’arrache bouchées doubles, mon pov’Zazard. Tu l’as rangé la semaine des quatre jeudis, on est vendredi espèce de vieil écervelé ! T’as toujours des histoires qui finissent en queue d’bonite, tu comptes pour de la margarine vieux renard. Range ton pense-crétin et laisse parler les femmes.
Elle avait pas les portugaises cimentées, la Marthe, quand elle a entendu le Léon chuchoter qu’elle n’avait pas le compas dans l’oreille et qu’à force de tirer des plans sur leur casse-tête, elle allait finir par les rendre dingos comme le père Limpinpin. Elle lui a lancé un regard dégondé par la colère qui atterrit droit dans la sourde oreille de Maurice qui traversait le passage vissé juste à ce moment là :
– Si vous vous en tamponnez la coquille, c’est vot’affaire. Rester de granit devant tant d’incivilités, ça n’me pend pas au bout du nez, c’est moi qui vous’l’dit bande de vieilles crapules ! Mais vous allez vous r’trouver dans de sales linceuls si vous continuez à poussez l’capuchon un peu trop plus moins près. Tiens, pour que ça tombe face poil ! Si on créait un « grand rassemblement pour savoir qui va déshabiller Pierre pour habiller Guy » ?
Quoiqu’il en soit, en deux coup de fourchette à potage, elle réussit à mettre d’accord le coiffeur et les autres sans avoir à pleurer toutes les humeurs des crocodiles de sa paroisse. Et pour finir cette histoire à dormir debout en deux coups de cuillère à prose, « à l’impossible, nul n’est boulonné, au saugrenu, Pierre est tout nu » !
Et si on faisait un grand rassemblement pour…
– Ta g….. ! Il va faire nuit.

Read Full Post »

Et puis le stigmate du rat,
Du cafard, du pied-plat…
Moi je diverchiffie, sans la gerbille,
La fermentation du coup je distille,
Et ça te fais un tord-boyau, mon ami !
C’est pas non plus le paradis.
Je t’en collerais, des pieds dans le plat,
Des cicatrices, des langues de chat,
Des torpilles et des poissons fats,
Des visse-bonnets un peu plus droits.
N’empêche l’avait bien mérité,
Juste il avait trop dépassé,
Le mur du fond et du requin,
L’avait éclaté son tympain,
D’avoir ourdi le mur de Lourdes,
Sans penser qu’il était pas courge,
Mais tête brûlée tant est difforme,
L’œil du vautour qui le dégomme.

Read Full Post »

Older Posts »