Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for mai 2019

.
.
Poisson-plume-peinture-valerie-brand-artiste-600x482
.
.
Une plume vocabulletait,
Autour d’une encre questionnée,
Lorsqu’une ligne vint décoller,
Une explosion d’hilarité.
La flèche venait de percuter,
L’esprit de la fécondité,
En faisant vocabafouiller,
L’amour de l’orthografusée,
Au cœur de la joie révélée.
Allait-elle poser sur la lune,
La douceur de l’ange à la plume ?
Le créateur, dans un sourire,
Ouvrait le chemin de l’inspir,
Et son silence en disait long,
Sur l’étendue de la question.
Cinq cent vingt pages
Pleines de messages
Vous répondront
Comme un néon !
.
.

Autruches sur fond bleu

Beh ! Elle est où la fusée ??? 


.
.

Publicités

Read Full Post »

.
.
jardins de l'Alhambra
.
.
La vie nébule, doucement. Elle nébule les envers, elle déambule à travers, elle flâne, se pose doucement, hume le parfum de la rose sauvage. Oui, la vie se dépose dans la discrète bordure de sa vigne sauvage, aussi sauvage que la rose.
La tranquillité règne en maître dans ses feuillages épais, la
lambrusque habite pleinement l’espace de son intensité, de son touffu, où les maringouins viennent s’abandonner.
Leurs longues et fines pattes grenues ne laissent peser aucune lourdeur. Tout juste un léger souffle d’ailes translucides et diaphanes. Le temps s’est arrêté, la pendule vient de se taire et son balancier, étourdi du labeur de tout ce temps à se balancer, à s’en balancer, vient de s’immobiliser, goûtant au vrai temps, celui de la gratuité, celui qui ne compte pas les secondes, les minutes, celui qui sort du temps.
Une onde s’élève. Elle prend une couleur bleue électrique,
schizophrènée par l’arrêt du temps. C’est une vague céleste, une valse lente comme l’étendue vaste d’un champ de lavande parfumée d’une pointe de douceur vaporeuse parcouru du zéphyr. Rien ne bouge en surface, un remous se fait sentir en profondeur, à peine perceptible, juste un frisson. L’énergumène de la nature conditionnée va probablement s’opposer au soulèvement de ce bleu céleste en émettant un brouhaha cosmique effervescent. Ce qui remettra invariablement l’aiguille de l’agitation en cadence. Mais qu’importe, car le temps, il s’en balance, à traverser encore la vie nébule, il en retirera d’autres temps morts comme le repos de l’éternel. Et à force d’en retirer, c’est toute la vie qui refleurira.

Ecrit pour l’agenda de Mai.
Chez la plume fragile.

Read Full Post »

.
.

.
.

C’était une telle évidence que l’excellent travail d’observation des canalisations ne donnerait plus jamais de phlegmon à la musaraigne étrusque que la présence du muguet dans la gueule de l’espérance ne surpris personne. C’est un geste de solidarité, assura le jour férié ! L’argile donne des cahots ces derniers temps, l’oiseau noir du chagrin est venu couper la route de la joie, il s’agissait de traiter la mise en échec avant qu’elle ne réagisse à la crise de foie. Un bon dépuratif porte l’image de cet étrange langage agi, faire et refaire travailler sans cesse l’exercice haut culot particulièrement fin laissait à penser que les moyens étaient bien plus immenses qu’ils n’y paraissaient de prime abord. Nous avions affaire à un monarque fléché comme une source d’heures retrouvées. Le temps de s’en rendre compte que déjà Olivia passait à cette récolte sept prononcée dans sa langue natale.
Plus rien n’était à comprendre, la tête n’y pouvait pas grand-chose.
Probablement que la gueule de l’espérance allait galoper jusqu’à la réalisation d’un rêve à la Kaghan. Tout était sous contrôle et pourtant rien n’avait changé.
.
.
Musaraigne pachuyre-etrusque_2.jpg
.
.
Ecrit pour

Des mots, une histoire : récolte 6
.
Chez
.

Olivia Billington

Read Full Post »

.
.
Sablier
.
.
Les trois dimensions du son,
Rejoindront bientôt celles des yeux.
Dans la transparence des banalités,
Dans la dissipation des opacités,
L’optique au principe d’accommodation,
Cercle d’argent et d’or l’image en résonance,
Et sa fulgurance,
Brève,
Eclate,
Le,
Verre.
.
Verre
Dépoli
Quartz
Déchanté
L’espace s’efface
Et la courbe de l’oreille
Amplifie sa transcendance
Et perçoit enfin la vraie dimension
Du temps toute à sa mesure habillé en sablier …

Read Full Post »