Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Grain de remue méninges’ Category

Les plumes d’Asphodèle pérégrinent du côté despetitscahiersdemilie, et le premier texte à construire avant vendredi 18 janvier 2019 décline une liste de treize mots à utiliser qui sont :

OCEAN
DESERT
ENJAMBEE
PASSERELLE
TRAVERSIN
RUE
VOYAGE
PASSAGE
FRANCHIR
HORIZON
VACANCE
VOILURE
VIEILLIR

 

 


Oui, vendredi 18 janvier 2019 c’était hier, mais qu’importe, puisque l’agenda ironique de janvier chez carnetsparesseux ne se clôture que le 24 janvier, alors autant faire de deux ricochets un hors-délai qui fait passer l’information et un dans-l’jeu qui fait passer la transformation.
.
En vous souhaitant bonne lecture à tous.

.
.
L’épaisseur d’un mystère se mesure à la jumeleine
.
.

La science n’aura jamais fini de surprendre les chercheurs. Ces derniers temps, l’association du cercle des hypothèses farfelues (l’ACHF) fondait tous ses espoirs sur les récentes découvertes concernant les trous noirs. Tous les yeux des adhérents étaient tournés vers les immenses espaces de notre galaxie au centre de laquelle un trou noir de taille intermédiaire sensiblement semblait évoluer.
La spectrométrie signait la présence d’une portion de ciel trouble et la longue vue du maître de confrérie du cercle laissait apparaître une légère oscillation à proximité de la géante rouge fumeuse la plus proche.
Une spectroscopie illuminale fut donc demandée aux services de la transition spaciotemporelle de l’état du Minnesota spécialisés dans le domaine.
Le rapport établi en ces termes nous semble aussi surprenant qu’un désert qui enjamberait une passerelle rue du traversin vertical et dont le passage à l’horizon serait visible à la voilure vacante d’un océan en voyage initiatique chez les Gaulois.
Autant dire que pas un chat n’y retrouve ses petits.
Il ressort de l’étude luminale que le mode impératif de l’évolution de l’épaisseur d’un mystère nécessite la fabrication d’une longue vue spéciale dont la portée retrouvera les petits chats de la galaxie, permettant ainsi de
franchir l’espace du vieillir sans se presser, comme un citron mis au green.
Les techniciens de la lunette sont soi donc sur le projet de fabrication d’un nouvel appareil à retrouver les chats de hasard perdus dans le voile de la brume de fumée (CHPVBF). Cet appareil portera le nom de jumeleine, car il sera binoculaire, couplant deux longues vues, et associé à un projet de longue haleine.
Il s’agit de mesurer le mystère de leur disparition (Les CHPVBF).
Le dernier article du nouvel observateur fait état d’un état de neuf illustre qui passerait par le conduit de l’obscurantisme, le traverserait en suivant la règle de trois, et ressortirait de l’autre côté du trou noir en ayant identifié son fonctionnement et déjoué ses chausse-trapes.
En attendant, l’oscillation augure de la présence du filament qui éclairera l’ampoule de demain. Et si aujourd’hui la géante rouge est fumeuse, elle récupérera toute la clarté du jour très bientôt en dissipant le mystère aussi sûrement qu’un coup de Zéphyr.
.
.
Robin Dax
Envoyé spécial inter-galactique
De la planète Vitriol
.
.
dalai lama
.
.

Read Full Post »

L’agenda ironique sera celui de l’OND*.
*Lire octobre, novembre, décembre.
Après être agendé électrironiquent par chachashire en octobre suite à un plantage de matériel informatique chez moi, il était question d’inventer des mots valise, puis d’en faire des phrases, puis de choisir une phrase chez chaque participant pour en fabriquer un dialogue.
Les trois étapes prirent deux mois, et terminèrent leur course chez patchcath qui décida de reprendre toutes les fins des huit dialogues pour nous faire écrire en décembre.
.
Les fins bouclaient leurs bouches avec une telle force que je restai devant le silence avec stupeur en me demandant comment j’allais pouvoir imiter les moutons de l’insomnie en sautant la barrière des clôtures.
Une intense réflexion mit ma pensée en agitation électromagnétique jusqu’au moment où celle-ci produisit une étonnante petite flamme parlante.
.
.
chatnoir tournee
.
.
La meilleure façon d’écrire, me dit-elle, c’est encore celle-ci. C’est de mettre un mot devant l’autre et puis de recommencer.
Oui mais la fin ?
Tu mettras la barrière où tu voudras, et tu pourras même la déplacer au gré de tes vagabondages nocturnes, les mots sauteront par dessus, et toi avec.
La nuit qui suivit ma divine illumination, je me suis réveillée à trois heures du matin pour envoyer une invitation à toutes les fins recensées par patchcath et leur proposer le menu poisson que voici :
Marinade de poisson rose au bouc et au thym de tomate déconfite.
Légumes de retraite studieuse au piment fort accompagnés de sa morue dessalée.
Fromages au plateau d’Ecosse de petit pois.
Fruits de saison de l’agenda.
.
Elles m’ont répondu. « WE’RE ALL MAD HERE » !
.
.
Chat du cheshire
.
.
Faisons un petit voyage au centre de la tête du chat, me souffla alors la flamme de la bougie hyppocampique.
.
.
chat noir allégorie ombres
.
.
Vous avez dit pièces d’ombres, Rodolphe ?
En effet, est-ce l’ombre du chat ou le chat lui-même, que vous voyez ?
Ou bien s’est-il recouvert d’ombres solaires ?
A qui tient-il compagnie illustrée ?
Revêtu de son costume trois pièces d’ombres chinoises, le chat noir nous offre ses meilleures rimes.
.


Le chat noir
.
Montmartre à l’heure de ses oreilles,
Sonne l’horloge aux yeux vermeil,
Et à sa moustache en soleil.
Montmartre au moulin de son cœur,
Sonne la trompette de l’ardeur,
Qui de ses hypnotiques vapeurs,
Chasse le train de ses humeurs.
Le chat noir embasiliqué,
Du sacré-cœur vint à vaquer,
Et de sa moustache qui brillait,
Sortit une fin de son paquet.

.
Chuuuuuuuuuuuut Elodie, ils sont pour moi les derniers mots de la fin !
Chat noir, chat noir, vous avez dit chat noir, comme c’est bizarre…
C’est bizarre, avec ses pièces d’ombres et ses célèbres lumières de génie, avec l’illustre et joyeuse troupe poétique qui de Montmartre témoigne encore du bouillonnement intense d’une basilique exceptionnelle, d’où de longs vers d’encre s’échappent encore, filaments invisibles noyés dans la masse de lignes aéro-postales issues d’un auteur aux cheveux couleur de blés mûrs. Le mélange des genres ici atteint des gammes muettes mais perçantes comme le regard du chat.
Vous n’avez pas votre pareil, Rodolphe, lui avoua un jour Allais en complaignant d’un humour impeccable ce mirliton d’Aristide Bruant.
Vous n’avez pas votre pareil pour dépareiller les premières photos de mon moulin à paroles.
Tu peux pas t’en empêcher ! Pfffff !
Et le moulin à paroles de Normand de reprendre la parole aussi impeccablement qu’aimablement en lui octroyant la meilleure pensée de l’ombre féllinienne pour demander une trêve de douceur de vivre.
Mais Elodie n’en démordra pas, elle lèvera les yeux vers la place du Tertre en modiglianant quelques mots incompréhensibles.
C’est pas moi, c’est le Zébulon.
.
.
Chat noir Dragon noir
.
.

Read Full Post »

Les confessions d’une agendiste non repentie.
.
.
Agenda pingouin octobre novembre 2018
.
.
Tout avait commencé ici fin septembre,
https://epaisseursansconsistance.com/2018/09/24/textes-et-vote-agenda-ironique-09-2018-5-6/

Et là après palabrages négociatifs et résolutifs,
https://jobougon.wordpress.com/2018/09/08/lessence-du-pinot-et-le-salto-des-salsifis/

Les votes du mois de septembre en avaient décidé ainsi, c’est à moi que revenait l’organisation et la création de l’idée d’écriture du mois suivant, et le choc fut tel que mon ordinateur ne le supporta pas.
Il calancha !
En d’autres termes, il clamsa.
https://epaisseursansconsistance.com/2018/09/30/resultats-agenda-ironique-09-2018-6-6/comment-page-1/#comment-1382

Bien heureusement, un génie se présenta à moi aussitôt, solutionnant la question en deux temps, trois mouvements.
De sorte que, étincelle de génie il y eut.
L’agenda se ferait en duo et en trois étapes.
La première :
https://differencepropre.wordpress.com/2018/10/06/agenda-ironique-doctobre-novembre/

La deuxième :
https://differencepropre.wordpress.com/2018/10/17/agendironique-automnal-2eme-etape/

La troisième :
https://jobougon.wordpress.com/2018/11/03/aia-2018-troisieme-etape/#comment-10405

.
Un seul mois insuffisait largement, je dûmes en décider en solidaire, l’agenda pingouin prendrait deux mois.
Toutes les étapes se combinèrent sans couacs, jusqu’à l’épisode du dépouillement des tableaux de vote.
Où ne figuraient bien sûr que les textes et les participants de la troisième étape.
.
Couac !
.
Je décidâmes que tout ces couacs n’auraient finalement que l’importance que je lui accorderions.
.
Les résultats en décidiez ainsi.
.
Bravo au premier texte qui remporte le suffrage des pourcentages et bloqua le tableau à 27,27% avec son grain de sable outre-Atlantique !
Victorhugotte et sa conversation surréaliste remporte le trophée du premier texte devant trois autres participants aux résultats pourcentégaux.

https://epaisseursansconsistance.com/2018/11/10/le-copain-dapres/

https://monesille.wordpress.com/2018/11/11/le-forfait-de-monesille/

Other: Que nous pourrions considérer comme l’expression du couac de la constitution ne laissant pas apparaître dans les tableaux de vote les participations des deux autres étapes.
.
Je cite :
.
Pour la première étape :
Jacou33, manuraanana, victorhugotte, monesille, chachashire, Andrea Couturet, Laurence Délis, La Licorne, Domi Amouroux, marinadedhistoires, Valentyne, gibulène, patchcath, Adrienne, palimpzeste, iotop, carnetsparesseux, sissistronnelle, roijoyeux et moi-même.
.
Pour la deuxième étape :
Patchcath, palette d’expression, gibulène,
marinadedhistoires, victorhugotte, chachashire, Andrea Couturet, iotop, carnetsparesseux, et moi.
.
Bon, comme quoi, dans l’exploration de nouvelles formules, tout n’est pas prévisible, et l’essentiel de la découverte se situe à l’arrivée.
.
Je n’avais pas prévu cette situation.
.
Trop tard pour revenir en arrière, les jeux sont faits, rien ne va plus, faites vos jeux, chez patchcath ce mois-ci puisque c’est elle qui remporte le trophée de fin d’année, et qu’elle est d’accord pour que l’agenda ironique de décembre se passe chez elle.
.
Bravo et merci à tous, pour ces nombreuses interactions.
Et à très bientôt chez patchcath.

.
.

Read Full Post »

.
« Les voyages forment la vieillesse, surtout lorsqu’il s’agit de voyager dans le temps et dans le sens de son courant ».
Citation de « Lire les lignes du Pangolin », James Piget, édition illimite, juin 2020
.
.

André oubli Cemonblog

Couverture brochée de « Lire les lignes du Pangolin », James Piget, édition illimite, juin 2020


.
.
C’est en allant lire la participation d’André à l’agenda ironique de juillet, « l’oubli », que l’idée de renverser sa poésie comme un sablier m’est venue.
« L’oubli », c’est à lire ici :
Des temps enfuis les témoins ne sont plus…
.
.

Et puis, dans ma boite crânienne, je n’en crânais pas large, alors je me suis dit :
Un artiste en phrénologie est un artiste nettoyeur à n’en point douter.
J’avais trouvé que le poème d’André constituait une belle rétrospective joliment retracée à la loupe, un peu comme une poésie d’outre-temps. Mais êtes S bien raisonnable ?
– Et que fait le pouvoir de l’instant présent pendant ce temps ?

– Est-il endormi ou bien encore introuvable ?

– Serait-il non-né ?

– Une enquête s’impose…

– Nostalgie du bonheur passé, quand tu nous tiens !

– Et si nous renversions notre direction, en regardant l’avenir ?
.
Les temps à venir
.
Des temps à venir,
Les témoins n’en sont pas encore témoins.
Ou les témoins n’en sont-ils pas déjà témoins ?
.
Ces temps invisibles dans l’éther,
De quelle théosophie complexe,
Dont les échos à rebours
Font déjà entendre le bruit de l’existence
D’un avenir pas encore né
Sont-ils issus ?
.
Se pourrait-il qu’Holmes
Au regard aigu d’un microscope
Dont l’œil collé à l’horizon
Observe ces sons venus de demain,
Puisse nous renseigner sur le devenir du présent ?
.
Dans la fragile porcelaine de l’évolution,
Se dessinent déjà
Les tendres subtilités
De nos joies à naître,
La douceur de nos tendresses,
Et le rayonnement émanant de nos cœurs
Vibre déjà dans le courant,
Qui propage l’essence de sa réalisation
D’une semi-densité substantielle.
.
L’avancée se régule,
Avec le contre-poids du passé,
Et sa corde arrimée à l’histoire
Freine les pas des passagers
Pour faire exister le présent.
.
Pour le phrénologue,
Suivant ce qui fait bosse,
Sous le crâne du mystère de l’univers,
Nous y verrons l’essence d’une beauté éphémère,
Où la falaise de l’infini
Précipite la chute des pierres d’erreurs
Dans les fonds turbulents du torrent
Là où le grand Pangolin du destin
Balise déjà nos sentiers escarpés à suivre,
D’une rambarde hypothétique
.
Les flux et reflux des courants de la vie,
N’iront pas noyer de leur inondation
La plus belle part de l’existant.
Watson veille,
Et le chaos du monde,
Se réveille,
Sur le plateau de l’équilibre.

Read Full Post »

Un œuf
Virgule,
Chaussé de bottes de sept lieux,
En parcourut sept
Point.
Arrivé là
Virgule,
Il souffrit d’ampoule,
Surtout du blanc,
Et instaura,
D’un commun accord avec ses pairs,
La paire de bottes,
De neuf lieux
Point.
Ce même œuf,
Chaussé de bottes,
De neuf lieux,
Cette fois,
N’eut plus d’ampoule,
Ne souffrit plus,
Mais en perdit la vue.
Un œuf,
Toujours le même,
Chaussé de bottes de neuf lieux,
et porteur de lunettes,
Rencontra un autre œuf,
Qui se fendit la coquille à sa vue.
Moralité
Deux points :
Tant va l’ampoule au blanc qu’à la fin l’œuf gai rit .

Read Full Post »

Six avril de l’an de grâce 2017
.
– La topique du cancer, vous en pensez-quoi ?
– C’est la dernière invention de Freud.
.
– Aller, on lève Lacan ?
– Pour aller où ?
.
– L’Eiffelattitude est-elle recensée dans le DSM ?
– Le quoi ?
– Le « Dissociation Subtle Model ».
– C’est un découpage Américain projectif. Un Rorschach en quelque sorte.

– Ah, d’accord !
Long silence, puis :
– Et ils se sont déconcertés longtemps pour en arriver là ?
.
Ainsi parlait c
.
– Mais il n’est pas tout seul.
– Non. Avant lui il y a eut Friedrich

Read Full Post »

clef-de-sol-remplie-de-notes

.
.
.
L’émail du filet est fait d’airs,
Et son solfège est sans manières,
Pour que le si, ce congénère,
Voyage un peu moins d’ordinaire.

Elle esquisse les notes au piano,
Son acoustique va lontano,
Légère et porteuse d’harmonie,
Fugace aussi son paradis.

Elle se tient dans les interstices,
Est loin de tous les artifices,
N’entre jamais qu’entre les murs,
Porteurs de charpente et toiture.

Cette clef tiens la bien au chaud,
Mais ne la tiens surtout pas trop,
Elle voyage de très ordinaire,
Ne se fixera dans ton aire,

Que si tu ne t’en sers jamais,
Pour l’enfermer dans le progrès,
Sinon c’est elle qui l’enferme,
Dans l’errance et dans l’épiderme.


.
.
.
clef de sol chat

Read Full Post »

Older Posts »