Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for janvier 2017

Carnetsparesseux l’a géologé en janvier, CF les différentes strates de gestion du mois sur les commentaires des résultats de janvier ici.
Les votants ont élus les textes gagnants de janvier, félicitations à Celestine, Valentyne, Emilie, ainsi qu’aux organisatrices de l’agenda de février élues ex-aequo, Charlene V et moi-même.
Merci merci, c’est un plaisir.
Etant exactement aequo, nous pouvons organiser de concert l’agenda ironique de février. Ou bien décider de passer le relais. Charlene V a préfèré passer son tour, et bien que j’ai éhontément tenté de la détourner de sa décision pour qu’elle change d’avis, elle a su rester ferme et imperturbable.
J’ai accepté.
Voici ma proposition d’écriture pour l’agenda ironique de février :

Vous aimez les livres ?
Oui. C’est une question ! Même si je me doute un peu de votre réponse…
(Au moins pour certains et pour avoir lu sur les pages de vos blogs respectifs des posts relatifs aux livres qui vous ont marqués.)

Et bien voilà ! Que vous les aimiez ou pas, cela n’a pas vraiment d’importance, vous allez comprendre pourquoi.
.
.
bibliotheque-vol-de-nuit
.
.

Regardez les ! Ceux là ont été soigneusement sélectionnés.
Ils ont été choisis, rangés, proposés à la lecture par leur propriétaire.
Les voici, rassemblés sur cette étagère concue spécialement pour se détendre confortablement, et pourquoi pas, en lisant.
Votre mission en février.
En choisir un et en faire une
critique littéraire.
Que vous l’ayez lu ou pas.
Qu’il existe réellement ou pas.
Qu’un livre intrus se soit glissé distraitement dans le lot.
Que vous rêviez de l’écrire, ou pas.
Ou qu’il soit, peut-être encore soigneusement conservé dans quelque bibliothèque secrète ou interdite.
Que sais-je encore…
L’idée, c’est d’écrire une critique littéraire qui donne soit envie de le lire, soit au contraire, nous en dissuade.

Je vous souhaite beaucoup de plaisir à l’écriture.

 

Vous pourrez déposer les liens de vos textes dans les commentaires. Les personnes qui n’ont pas de blog peuvent me faire parvenir leur critique littéraire à l’adresse mail suivante : jo.bougon@hotmail.fr
Cloture du recueil des textes le dimanche 19 février à minuit
Les votes auront lieu la semaine du 20 au 26 et les résultats seront édités le 27.

 

 

Read Full Post »

poemes-de-france-n10-15-avril-1915-victor-hugo
.
.

Où nagent les étoiles,
Lorsque l’eau du delà,
Tarit sous la chaleur du voile,
Qui couvre leur royaume,
Où brillent les toits de chaume,
Et leur paille de roseaux,
Sous les feux et l’arôme,
Des entre-deux trépas ?
Elles nagent à Canicule,
Le pays d’Oasis,
Où songent les renoncules,
A l’ombre des canisses.
Elles nagent dans l’air flottant,
Au parfum de volcan,
Qui irradie, brûlant,
De son courant croissant,
Le lit des flots de là.
Elles nagent entre deux eaux,
Louvoient la grande voile,
Entre chèvre, entre-joie,
Et choux en forme de poire,
Et les ruisseaux ciboires,
Des eaux en claires-voies.

Read Full Post »

histoire-10

Pour le plaisir de camper l’image

.
.

Encore eusse-t-il fallu inclure l’hippocampe, le mimosa, le n’importe, un chat ou deux, l’action de manger, une tentacule d’on ne sait trop quoi, peut-être d’hippocampe, après tout pourquoi pas, sans s’épuiser, le tout en vert, et non en vers, pour que naquissent ces espaces qui prendront la forme que l’on veut, ces espaces peuplés d’espèces d’on ne sait quelle planète étrange…
.
C’est ainsi que :
.
Le
mimosa fleurit
.
Un
chat mime osa manger la tentacule caudale d’un hippocampe campé sur une épuisette verte que n’importe quel animal aurait pris pour un filet à papillons.
Le
chat mime régurgita la queue de l’animal sur le mimosa fleuri de la carpette campée au pied de la porte du vestibule.
– C’est osé, dit la
tentacule.
– C’est mimé, miaouta le
chat mime.
Ils ressortirent épuisés de l’épuisette verte à papillons où étaient campés un
hippocampe à la tentacule caudale sectionnée proprement et un mime osé miaouté par un chat campé sur une carpette de vestibule fleurie d’un mimosa où gisait une tentacule d’hippocampe sectionnée proprement.
– C’est vert sévère ? Ou c’est versé vert ? Mima le
mimosa fleuri de la carpette du vestibule où une épuisette verte se prenait pour un filet à papillons. A l’intérieur, une tentacule caudale ne mimait pas sa section, tout en cherchant un hippocampe à la tentacule manquante.
– C’est versé sévère et vert, répondit n’importe comment le
chat épuisé d’avoir oser mimer manger une tentacule d’hippocampe allongé sous un mimosa fleuri.
– C’est plutôt vert vers le sévère, n’importe quel
chat pourrait le dire, répondit le mimosa fleuri, gêné par l’absence de la tentacule d’hippocampe épuisée par l’appétit du chat, en faisant mine de manger du mime.
– Et le mime, il en pense quoi ? Demanda le
mimosa.
Le mime mima le
mimosa et le chat, mima l’hippocampe à la tentacule épuisée par l’appétit du chat, mima le vert de ce n’importe quoi sévère qui mimait encore le gris campé sur le mimosa miaouté.
– Où en sommes nous ? Demanda le
chat vers lequel le mimosa se tournait d’un air sévère.
C’est l’
hippocampe qui prit la parole, mais pas n’importe comment, pour répondre aux deux :
– Nous en sommes à onze
hippocampes avec celui-là, douze mimosas avec celui-là, non compris celui du titre, autant de sections, deux chats dont un vert, ce qui fait en tout quatre vingt dix moustaches, huit pattes et…
– Ok, c’est bon on s’arrête là. Coupez !
– Quoi, la
tentacule ?
– Non, le tournage du mime de la section de la
tentacule par le chat, oui mais lequel ?, mimé par…
– Stoooooooooppp !!!!!!!!!!!!

Read Full Post »

Qu’importent les espèces, pourvu qu’on ait l’espace.

J’aurais aussi pu écrire :
.
Qu’importe l’hippocampe pourvu qu’on ait la lampe.
Qu’importe la question pourvu qu’on ait paresse.
Qu’importe le mimosa, pourvu qu’on sente le chat.
.
Mais les historiens ont préféré la version originale du premier jet d’encre.
Copié aimablement et sans son accord sur le modèle suivant :
https://carnetsparesseux.wordpress.com/2017/01/08/quimporte-le-flocon/

.
.

Tout était parti d’une gravure. En fait, Léonard en avait laissé tellement, que les archivistes ne savaient plus par quel bout commencer le classement. Alors, comme chacun sait, dans les cas épineux, lorsque l’homme est accablé d’une tâche qui le dépasse, c’est le hasard qui s’en mêle. Le hasard qui les a fait commencer par celui-là. Tout simplement parce-qu’il était en haut de la pile du premier tas qui se présenta à eux.
.
.
micronef-storm.
.

Il fallait choisir dans quel registre le faire entrer. Une partie des archivistes penchait vers le nombre d’or, une autre vers la quadrature du cercle, ce qui laissait dubitatifs les historiens qui ne comprenaient pas l’origine d’une telle divergence, et enfin, une partie pensait que le registre de l’homme de Vitruve était le plus approprié.
.
Le premier groupe avait mis en évidence la présence flagrante de mimosas dans la végétation, il ne faisait aucun doute pour eux que le mimosa étant couleur de l’or, De Vinci avait forcément travaillé sur ce sujet du nombre d’or.
.
Le deuxième groupe y décryptait plutôt une forme de lèvres, pulpeuses, qui semblaient vouloir signifier le désir de manger le paysage, le goût du voyage, ce qui s’inscrivait directement dans l’emboîtement des symboles, dans la logique évidente des choses, de fil en anguilles, si j’ose dire, cela évoquait de manière flagrante la symbolique de la quadrature du cercle.
.
Enfin, le troisième groupe, opposant à toute nuance, catégorisait l’œuvre de Léonard toute entière dans son registre de Vitruve, pour la simple et bonne raison qu’il n’en existait pas d’autre pour eux. Ainsi, toute polémique plombée, plus aucune question ne se posait.
Un peu radical, mais bon, pourquoi pas…
L’idée étant que le débat était ouvert, et toute idée aussi recevable qu’une autre.
Nous classerons ce débat dans la catégorie « liberté de penser ».
.
Il n’empêche que, et c’est à cet endroit précis que le hasard frappa. L’un d’entre eux, atteint de nyctalopie, se rendit compte, un soir de ciel couvert, que sous la couleur rouge se trouvait un autre dessin, et que l’œuvre d’origine représentait un cheval de mer.
Un peu comme « La chambre bleue » de Picasso, qui cache le portrait d’un inconnu.
.
http://www.maxisciences.com/peinture/un-mysterieux-portrait-decouvert-sous-un-tableau-de-picasso_art32878.html

.
http://www.lepoint.fr/arts/un-mysterieux-homme-barbu-sous-la-chambre-bleue-de-picasso-17-06-2014-1837162_36.php

.
Forts de cette découverte, tout le monde se prit à chercher les dessins de Léonard en relation avec cet hippocampe. Et c’est là que le récit devient intéressant, car, caché sous un cheval de Vitruve que voici,
.
.
cheval-de-vitruve.
.

ils découvrirent ceci.
.
.
lhippocampe-mythologique.
.

Et encore ceci.
.
.
chimere-hippocampe.
.

Ils détenaient donc la preuve que la théorie de l’évolution de l’espèce selon Darwin était vraie.
Avec en prime, que l’homme descend du cheval, le cheval descend de la chimère, qui descend de l’hippocampe, qui lui-même descendrait du tableau.
Une avancée manifeste dans la science.
Ce qui rendra tentaculaire la légende de Léonard, penseur des siècles, et jamais encore totalement démystifié. Une légende des siècles que n’importe quel Victor Hugo n’irait contester, avec son conte du chat vert, dans Cosette Toulmonde, superbe fresque romanesque où Jean-Albert Valjean-Dupontel donne de l’équin à retordre à Thénardaurevilly.
.
Ainsi, après avoir épuisé toutes les facettes de la question, il ne fut plus jamais question de classement, de quelqu’ordre que ce soit.
.
A la suite de quoi, le peintre Walter Crane, fabuleusement atteint de grand galop à l’huile, décréta nécessaire de réaliser cette œuvre immortelle afin de ne jamais oublier l’origine de toutes choses y compris du monde.
.
.
les-chevaux-de-neptune-2.
.

Mais aussi et surtout de ne jamais oublier que sous l’hippocampe, se trouve une tentacule limbique qui fait le tour du bocal, enfin, de la boite crânienne, une fois tous les 64 du mois, et qui, en provoquant remous et bastringue, est à l’origine des créations les plus… « euh »… « Originales ? ».
.
Vous connaissez maintenant tout sur le sens du mot original.
.
Voici, écrit pour l’agenda ironique de janvier, chez l’espèce de Dodo paresseux dont l’espace carnets du même nom dédié est accessible par ce lien inclus, espèces d’espaces, issu de l’hippocampe droit de Georges Perec, ici même, les espèces sont identifiées, déclassées par désordres, répertoriées par déclassements dans les espaces peints t’ou bien t’écrits.
Il fallait y inclure les mots :
hippocampe, mimosa, n’importe, chat, manger, tentacule, épuiser, vert.
Et déposer les copies avant le mercredi 18 janvier 2017.

Read Full Post »