Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Mythologie’ Category

Mathématiquement scriptural

.
.
Tétra agenda ironique de février 2020
.
.
La semaine des quatre jeudis était arrivée. Les autres jours, interloqués, se taisaient devant tant d’indécence. Comment les jeudis avaient-ils osé envahir tout le territoire de la semaine ?
Y avait-il eu complot, qu’aucun des autres jours n’avaient su voir ?
.
Le directeur d’académie, Hastings, tournicotait son agenda ironique autour de son cerveau limbique lorsque Séléna Rupin frappa à sa porte.
.
– Capitaine, le cours sur la logique cartésienne des phénomènes capito-planéto-rosicrucio-logiques vient d’être annulé. Il était planifié sur le mardi, nous sommes encore jeudi de la semaine dernière, comment faire ?
.
Le directeur se leva et, s’appuyant sur le sceptre d’Horus l’ancien que lui avait offert sa mère avant de disparaître en l’abandonnant devant l’entrée de l’urne funéraire du système capitaliste de l’an 2920.
.
– Cette chère Séléna ! N’allez pas confondre jeudi de la semaine dernière et jeudi d’aujourd’hui, très chère ! Nous sommes jeudi du jour, et si le cours doit être annulé, faite confiance à votre programme, il sait de quoi il s’agit.
.
– Mais nous avions prévu un séjour sur la planète du jour, Hastings, et notre expérience tombera de retard, en ce fait. Savez-vous que nous n’avons qu’un passage tous les deux ans, Hastings ? Et aussi proche qu’elle soit, nous n’aurons pas assez d’essence pour faire la route dans l’autre sens si nous annulons notre départ aujourd’hui.
.
Le capitaine crispa légèrement la bouche d’un air réprobateur.
– Mademoiselle Rupin, si le cours du mardi est annulé pour cause de jeudi, soyez bonne joueuse, adaptez votre programme ! Vous n’avez donc jamais entendu parler de ces dix jours escamotés, semble-t-il. Allez-donc vous cultiver et pousser un peu plus loin vos recherches, votre limite est pâle comme le reflet du jour, très chère. Allez, et n’insistez pas !
.
Séléna pris une grande respiration et le toisa d’un regard fulminant.
– Vous n’aurez pas le dernier mot, capitaine ! Je n’ai pas l’habitude d’obéïr sans au moins m’assurer que la décision est celle qui aura les meilleures conséquences possibles sur le système à réformer. Vous n’êtes pas là pour faire office de modèle, Monsieur, mais seulement pour laisser les possibles de chacun se déployer dans les limites saines de ses conséquences. Nous irons sur mars quoiqu’il nous en coûte, et ce n’est pas vous qui allez nous en empêcher. Le cours du mardi aura lieu ce jeudi, un point c’est tout !
.
Hastings sourit. Il la connaissait par cœur, et savait combien elle avait du caractère. Mais avec l’ensemble des référents enseignants, il avait tout prévu, même cette réaction vive et fulgurante de la part de cette professeur de langage marhématique au tempérament ardent d’exploratrice des espaces encore non défrichés.
.
Séléna enseignait la « faconde rigoureuse », une spécialité de l’école, qu’elle avait créée de toutes pièces, en découvrant avec stupeur combien les catégories socio-professionnelles avaient tendance à ne pas mesurer le pouvoir du langage. Les discussions avaient tellement porté leurs fruits, qu’un projet de voyage sur mars, le belliqueux, avait été construit avec les élèves les plus brillants, car ils éclairaient la nuit de l’espace, et permettaient d’aller dénicher la planète en question grâce au lampadaire de la clarté. Le belliqueux mars et son langage percutant ne devait pas le rester bien longtemps, car le voyage prévoyait une application spéciale « arrondis des phrasés ». Sans déphaser les phrases, cette lumineuse expédition ne pourrait se faire un jeudi sans l’aval d’un décalage de l’agenda calendaire du système linguistique ironique, et seul, le capitaine, donc lui-même, serait en mesure de le faire. Il pouvait donc dormir sur ses deux oreilles, rien ni personne n’aurait le pouvoir de ce décalage, La position d’autorité qu’il détenait était pain béni.
.
C’était sans compter sur la résistance aux corruptions du groupe « prosodimétrie ».
Qui dépêcha sur le champ son meilleur compositeur de quatrain pour dénoncer le boycott du départ sur mars.
.
Ce qui donna :
.
« Départ du jour annulé par quatre jeudis tétraplexiques,
Que sont nos mar
dis devenus ?
La clique d’H
astings et sa bande de Poirots métaphysiques,
Biscorne notre voyage qui l’eut
cru ! »
.
Une mobilisation générale des étudiants fonda alors le mouvement de la minute de silence la plus longue. C’est ainsi que le sitting de la minute de silence la plus longue dura près de 10 jours, assis en tailleur devant le bureau d’Hastings, du premier jeudi de la semaine des quatre au mardi suivant. Dix jours de silence durant lesquels rien ne se passa, mais au cours duquel le son le plus inaudible gagna les esprits de tous en les alignant sur une même longueur d’onde. Il s’agissait de régler le canal par lequel l’ensemble des personnes présentes pourraient ensuite faire appel à chacun des participants au mouvement de contestation.
.
Ainsi, dix jours furent à jamais rayés de l’agenda, sans que l’ironie du sort en fut pour autant affectée. La chance s’inscrivit au voyage suivant puisque partant du jeudi de l’ascension, l’expédition les amena tout droit sur Jupiter. .
La grosse gazeuse les accueillit aériennement dans la plus grande débonnarité.
Un jupitérien vint leur faire le salut tétraflexé Pégasien.
.
Tout est dit ?
Non, car Séléna Rupin, enseignante et instigatrice du voyage, entrevit l’écueil et l’anticipa en décidant de lire la logique adjacente dont le sieur Thomas Hobbes fait état dans son Léviathan :
.
.
Tétracitations du fameux Léviathan de Thomas Hobbes :
.
1 :
Le premier arc-en-ciel qui fut aperçu dans le monde était un miracle, parce que c’était le premier, qu’en conséquence l’événement était insolite, et qu’il servait de signe venu de Dieu, placé dans le ciel pour assurer à son peuple qu’il n’y aurait plus de destruction universelle du monde par l’eau.
.
2 :
De sorte que c’est dans la définition correcte des dénominations que repose le premier usage de la parole, qui est l’acquisition de la science, et c’est sur les définitions inexactes, ou sur l’absence de définitions que repose le premier abus, dont procèdent toutes les opinions fausses et insensées qui font que ces hommes qui reçoivent leur instruction de l’autorité des livres, et non de leur propre méditation, se trouvent autant au-dessous de la condition des hommes ignorants, que les hommes qui possèdent la vraie science se trouvent au-dessus.[CH 4 De la parole]
.
3 :
Pour conclure, la lumière de l’esprit humain est la clarté des mots, mais grâce à des définitions exactes préalablement débarrassées et lavées de toute ambiguïté ; la raison est le pas, le progrès de la science la route et l’avantage du genre humain le but.
Leviatan, 5. De la raison et de la science.
.
4 : A vous d’écrire la quatrième, si le cœur vous en dit.

.
.
.
.

Tétraplexique : Se dit d’un phénomène se produisant simultanément dans quatre directions.
.
Exemple : Une fusée tétraplexique qui s’envole dans les quatre points cardinaux en demi-cercle se rejoignant en altitude pour se déplacer à nouveau en tétraplexie, système auto-renouvelant l’énergie du déplacement et permettant par le mouvement perpétuel d’aller plus loin dans l’univers.
.
Tétraflexion : Un salut pégasien.
.
.
Tétra agenda ironique de février 2020
.
.
Tétra-personnages principaux de l’histoire :
1 -Hercule Poirot
2 -Capitaine Hastings
3 -Séléna Rupin
4 -Un pégasien
.
N.B. 1 : La tricherie consiste à faire pile 29 paragraphes titre inclus et non pas maximum 29 phrases tel qu’indiqué par jacou33 dans les contraintes d’écriture de l’agenda ironique de février 2020. En y incluant ces deux précisions N.B. 1 et N.B. 2. Ainsi que d’utiliser la semaine des quatre jeudis en bonne et due place de l’une des quatre propositions à inclure que sont «
Henri IV, les quatre mousquetaires, les quatre filles du docteur March, le lac des Quatre Cantons ».
.
N.B. 2 : Ecrit pour l’agenda ironique de février 2020 qui se tient ce moi-ci chez jacou33, ici même, sous le titre suivant : Mais, où donc sont passés ces dix jours ?

 

Read Full Post »

.
.

.
.
C’est une lettre sans mémoire,
Ni sans papiers, ni nulle histoire,
Evadée d’on ne sait quelle culture opiniâtre,
Qui forge dans mon ciel dévalé d’alphabet,
Quatre à quatre nuages sur leurs lits de pétales.
C’est une lettre, disais-je, sans fard et sans espoir,
Aux ailes si écornées qu’elles ne savent plus voler,
mais une lettre fameuse polie comme un galet,
Usée par les barreaux, les bourreaux, les dogmes et les frontières,
Une lettre sans fond, sans bord, sans forme particulière,
Qui s’ébroue un matin sur le bord du réel,
Dans les bras de lumière que lui tend l’arc-en-ciel.
La lettre sans mémoire, sans papiers, sans histoires,
Y dépose sans fard par l’oeuvre de l’absence,
D’un son pure étincelle, résonnante providence,
Son beau salut Vulcain embarqué d’émerveilles.
.
.

Georges Perec 1

.
.

 

Read Full Post »

Windows 3
.
.
.
Quand un sujet de discussion revient souvent en société, vous pouvez vous dire que c’est un sujet important. Ce fut le cas pour celui-là. Depuis plusieurs mois, autour de moi, que ce soit au travail ou dans la vie privée, ce nom revenait sans cesse au point qu’il commençait à m’intriguer.
Le jour où j’ai surpris une conversation où maman disait, « j’ai téléphoné à internet », j’ai compris que derrière cette dénomination impersonnelle se cachait un personnage qui, s’il pouvait être contacté par téléphone, devait bien aussi pouvoir se rencontrer.
Partant de cette déduction, la démarche était simple.
Acheter un ordinateur.
Prendre un abonnement pour être en relation avec lui.
Et le découvrir.
.
.
.
Windows 2
.
.
.
Au premier regard la fulgurance a été immédiate. J’ai senti la lumière passer dans le courant et je reconnais être resté intrigué, perplexe et curieux d’en savoir davantage.
J’ai donc commencé à en explorer les qualités.
Humour et dérision étaient au rendez-vous. Des tas d’informations arrivaient, parfois contradictoires, parfois nourrissantes, toujours lumineuses, j’étais hypnotisé par l’attraction que son langage avait sur moi. C’était devenu une ouverture dont je ne pouvais me passer.
J’ai ainsi surfé sur sa vague jusqu’à croire en lui et savoir discerner ce qui était authentique ou léger, erroné ou décalé. Je ne sais pas pour vous comment ça a changé votre vie, mais pour moi, j’ai cheminé de métamorphoses en transformations jusqu’à une renaissance complète.
J’en ressors complètement restauré, totalement transfiguré. De dos je suis passé à la fenêtre.

.
.
Qui suis-je ?
.
.
Et vous, avec internet, vous en êtes où ?

Read Full Post »

Résumé acrylique de ses travaux.

Il existe plusieurs théories du premier stade selon les archives Gizehiennes, que nous ne citerons que par pure curiosité, n’en ayant retenu qu’une seule.
– Naissance dans les choux. (1)
– Transporté à vol de chauve-souris dans un balluchon en toile de filet de pèche.
(1) Selon nos sources, les choux du Nil remontant encore le courant, le sphinx n’évoluant pas en mode amphibien, il convenait d’éliminer cette hypothèse.
Par contre, en dépiagétisant la deuxième formule, la conclusion s’imposa d’elle-même de façon évidente :
– A la naissance, le sphinx peut s’assimiler à un schmilblick, c’est un donc œuf ! Il fait partie de la génération spontanée décrite par Pasteur en 1859. Génération spontanée qui fait état à cette époque d’arrivée fortuite de souris dans les tas de linge sale, ainsi que de serpents et de crocodiles formés à partir de la boue du Nil, d’œufs arrivant dans les jardins à périodes fixes, citons celle de Pâques, etc.

https://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9n%C3%A9ration_spontan%C3%A9e

Le deuxième stade dit « de la brisure ovationnée » se déroule hors et à l’intérieur de l’œuf.
Le bébé sphinx commence à manquer de place, la matrice coquillée devenant trop petite, il commence à gratter la partie en contact direct avec ses pattes et l’use progressivement jusqu’à la fendiller totalement, fragilisant ainsi le spontané habitat d’origine.
En général, toute la famille y assiste : (2) Satyres, centaures, malins sorciers, farfadets et incubes, ogres, lutins, faunes, follets, lamies, diables, diablots, diablotins, chèvre-pieds, gnomes, démons, loups-garous, elfes, myrmidons, enchanteurs et mages, stryges, sylphes, moines-bourrus, cyclopes, djinns, gobelins, Korrigans, nécromants, kobolds, faunesses, bacchantes, mâles fées, satyresses, ogresses, babaïagas, centauresses et diablesses, Goules sortant du sabbat, farfadettes et démones, larves, nymphes, myrmidones, hamadryades, dryades, naïades, ménades, thyades, follettes, lémures, gnomides, succubes, gorgones, gobelines, béchamelles et pygmées-lions valentyniens, pour ne pas les citer, qui se font les avocats du diable…
(2) Documentation presqu’issue en totalité d’un article « alambic génératif » récemment publié par l’éminente scientisque née sous « x » Madame Anne de Louvain chez la non moins éminente née sous « y » Madame Martine l’écrevisse « ici » avec toute la féconde faconde dithalambique que nous lui reconnaissons.
(Nous ne pouvions passer sous silence un tel travail Vatilacanien de sa part sans le lapsusciter ci-joint.)
D’ailleurs nous conseillerons fortement la lecture de ses travaux de recherche sur l’énigme de la nouvelle orthographe afin de mieux appréhender dans sa globalité la suite du présent article.
Ceci dit, pour revenir à nos moutons ainsi qu’aux origines, la famille y assiste sans pour autant intervenir de façon trop intrusive, au risque de provoquer le symptôme célébrissime (3) traité talentueusement par le psychiatre de renom « Professeur Taurus » et repris dans la chanson non moins célèbre de Marcel Amont : J’ai le nez, qui s’dilate, le naseau, qu’est pas droit, J’ai l’nombril, tout en vrille  et l’coccyx  qui s’dévisse.
Par contre l’ovation est totale à l’arrivée.

https://www.youtube.com/watch?v=5VszFIyk5eI


Une fois identifié précisément le second stade de développement du sphinx-terrien, Shinx-Freud, qui pensait que ses recherches en découleraient de soi, ira de surprises en

abasourdissement
s.
Le troisième stade arrive d’emblée, bruitalement, en vocalises borborygmées, assourdissantes, puissamment déclinées sur tous les tons.
Il l’identifia plus précisément au « stade vocabulise » en priant pour qu’il soit court.

Le quatrième stade dit « Stade de la voletaille » ou encore « stade plumitif » dit aussi « Stade du déploiement » est relatif aux deux « L » qui commencent à se déployer, d’où la tiers dénomination gallinacée.
En général, à ce stade de la croissance, les parents envoient leur rejeton faire un stage chez un oncle célèbre, rouge, impair et faites le gagner, (il a un sujet pour le mois prochain). Ici, TER du nom, nous-en sphinx un rayon.

Ensuite survient la phase de latence, durant laquelle sphinx-terrien joue aux billes, à la marelle, à la corde à sphincter, à sphinx perché et à la poupée Barbue.
C’est à ce stade qu’il développe ses préférences alimentaires.
Sa curiosité n’a de cesse d’aller au front des questionnements existentiels, très bien illustrés par le docteur Jacou dite « trente trois » de son prénom.
C’est une période riche en rebondissements, l’intégration du langage est progressive.
Elle est d’abord cuneïlinguistiquement retracée, ce qui donnera plus tard de vives contestations au parlement lors du discours sphinxtasique de Madame Sphindati à l’assemblée générale séquelleïforme des rhinifellastroses aiguës (CF 3).

L’apprentissage des énigmes se fait en trois temps.
1 – Il apprend à voir sans rien n’en rien savoir.
2 – A écouter sans rien ne rien y entendre.
3 – A parler sans rien ne rien dire.

Illustration d’une analyse impertinente du genre « ici ».

A partir de là, Sphinx-Freud s’associe à Emile Loupé de la date butoir, ancien maire de Montélimar, et découvre un sixième stade dit du « tendre nougat ». C’est l’adolescentaurescence. Les repères sont en mouvance, les gestes plus maladroits, occasionnant parfois des conduites à risque accompagnées de chutes de mauvais goût linguistiques telles que :
– Va mourir !
– Ce soir, je ne sors pas, j’ai 39 de flemme.
– Peut-on laisser un message avant le bip sonore ?
– J’ai fini le portrait illimité !
– Va rembobiner tes DVD.
– Aujourd’hui la SNCF et Air France nous souhaite bonne année 2008 et s’excuse pour ce retard.
– En 2020 les gens feront des fautes d’orthographes à « lol » et « mdr ».
– La seule chose qui arrive à la cheville d’un sphinx est sa chaussette.
Ou encore rentrer dans un mur en criant :
– Tous a Poudlard !

Pour finir enfin sur l’adultât moderne, d’où une chertaine shagesse n’est pas echclue, avec une vision toute éricksénienne de l’olympien chfinche du shquare chentre-ville de Londres.
Doublée d’une vision cheminote où le sphinx sifflera trois fois avant de procéder à la couvade qui fera reprendre les travaux de sphinx-Freud à zéro par la cosmogonie de l’ordre des Dodos disparus en voie de reproduction. Et qui déboucha heureusement sur le naufragé rebelle de l’asticotage du crabe aux pinces non-paresseuses, ce qui permit de sauveter le dernier Dodo recensé de sa population.

Nous tairons l’âge mental de cinq ans du postulant suivant qui écrivit la fin de l’histoire :

La suite de 

Demandeur d’emploi

Martine ayant si tant insisté pour me tirer les vers du nez, me prit à ce point au dépourvu que la suite m’est venue.
– Age mental ?
– Euh ! A l’emporte moulinette, je dirais… 5 ans.
Le sphinx se tourne vers le patron et lui demande :
– Quelle est l’étoile à 5 ans d’ici ?
Le patron consulte sa carte, prend les mesures, fait un bref calcul avec sa casio texas graphique HP power pickpocket 33E et répond.
– L’étoile du Nord !
Le sphinx :
– Vous êtes embauché, mon garçon !

(4) Hors concours pour l’agenda ironique de février chez Rx Bodo

Read Full Post »

Je vous l’avais annoncé, la sphinxattitude chez Rx Bodo a fait couler de l’encre, et en remontant le courant de mes écrits, j’édite aujourd’hui le texte du début du milieu avec toujours dans l’ordre, dans la mesure où le premier texte écrit sera le dernier édité, le dernier, le milieu centre gauche, le centre-centre, le milieu centre droit, le premier venant plus tard.
.
.
Sphinx5
.
.

Je venais tout juste d’être diplômé, au bout de quinze années d’études, bon, vous allez dire : « Il a mis le temps ». Faut avouer que j’avais bien galéré pour trouver ma voie. Au début, j’étais dans la section goûteur d’épices, et puis ça me donnait des aigreurs d’estomac, alors j’ai embrayé sur un BTS de lanceur de flammes. Quand je me suis rendu compte que l’essence était coupée avec de l’huile de soja, je me suis dit que le métier n’était plus ce qu’il était. Alors j’ai dévié sur autre chose. Chez cas par cas, ils montaient des fenêtres en acier zingué et cherchaient un stagiaire. Ça a duré deux mois, jusqu’au jour où j’ai su, par un pote, qu’ils avaient ouvert un master de moniteur skieur sur étoiles. Donc, l’autre jour, ma mère entre dans ma chambre et me demande de ranger tout le bazar, puis elle rajoute, maintenant que tu es mastérisé, tu vas chercher du boulot. Il est temps que tu ailles gagner ta vie. Là dessus, elle me dit : « Va te faire couper les cheveux », sur quoi je lui réponds : « Va en vacances si tu veux ».
Je me suis tout de même mis à éplucher les petites annonces.
J’en ai même trouvé quelques unes.
« Cherche moniteur skieur sur tuiles aux amandes ».
Ou encore :
« Cherche skieur de fond de veau pour le médaillon ».
Mais rien de vraiment correspondant à mon bagage, trop pointu, pas assez équipé. Ça n’allait jamais.
A la NASA ils étaient complet. Mais comme j’ai un ami dans la finance qui a le bras long, j’ai réussi à obtenir un entretien d’embauche.
Le jour dit, à l’heure dite, je me pointe au bureau Apollo Water. Une petite dame en tailleur bleu marine me reçoit. Du haut de son chignon, elle me dévisage puis d’un ton sec me dit :
– Trop maigre !
Là, elle appelle une secrétaire et, me désignant du regard lui demande :
– T’en penses quoi, toi ?
La secrétaire, une blonde sulfureuse, me dévisage de haut en bas puis déclare :
– Pas assez blond !
Et là, elles interpellent un employé du bureau d’à côté pour lui demander son avis.
– Trop petit !
Ils ont fait défilé tout le département du « programme voyageur » pour m’entendre dire :
– Trop mal fagoté !
– Pas assez de taches de rousseur !
– Il a une oreille plus petite que l’autre !
– Il aurait pu se brosser les ongles !
Moi j’attendais, stoïque, que quelqu’un veuille bien s’intéresser à mes compétences.
La petite brune du départ, une fois tout le monde sorti du bureau, me dit alors.
– Bon, on va aller voir le patron !
Je la suis, on monte au dernier étage du building, grand bureau, vue sur Manhattan.
Là, on me laisse attendre une bonne demie-heure.
Une porte s’ouvre, le directeur porte un costume vert avec une rayure orange devant, une manche bleue, une autre rose, et trois poches dans le dos. Je me suis dit, tiens, c’est original mais pas pratique pour mettre les mains dans les poches.
Il m’adresse la parole d’un ton sec. A croire qu’ils ont tous été formatés au pain dur ici.
– paraît que vous n’avez pas le profil !
– Possible, mais j’ai peut-être le trois quart si ce n’est la face.
– On va voir ça .
Il fait entrer un sphinx. Oui, j’ai bien dit un sphinx. Cette créature folle comme un bourdon, qui pose des questions improbables et profite de la stupéfaction de l’adversaire pour lui clouer le bec et le dévorer. J’étais cuit.
– Pose ta question Clarence, qu’il rajouta.
La bestiole se planta sous mon nez et me dévisagea de haut en bas puis :
– T’as quel âge mon bonhomme ?
– Euh ! En vrai ou dans ma tête ?
Et vlan, l’air bête, je fixe le bout de mes chaussures pour planquer la honte. Elle va me bouffer tout cru, la bestiole.
Qu’est-ce qui m’a pris.
Répondre à une question par une autre question…


Salut, je vous écrit de l’étoile du Nord. Fait pas chaud, mais temps idéal pour apprendre à skier sur une étoile contraire.
Signé : John Green
.
.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Read Full Post »

La fourmi, ayant sphinxé tout février,
Se trouva fort si fourbue,
Qu’elle eut le cerveau vrillé.
La cigale, d’une danse alertée,
Lui tint à peu près ce parlé :
Voyez l’état du travail salopé,
Quand vos limites vous dépassez !
Si vos efforts sont couronnés,
De vos épuisements surannés,
Allez donc pendre haut et court,
L’évidence de vos désamours.
Courrez vous cloîtrer la curée,
Dans un repos bien mérité.
Et la fourmi fut enfermée,
Dans le plus grand pénitencier,
Que la cigale lui fabriquait.
.
.

sphinx-de-fourmis-et-pyramiding-ant-tales-37920152
.
.

 

Chaque histoire de sphinx est classée sans suite puisqu’elles sont indépendantes les unes des autres.
Voici une version qui, comme l’intuite 1pattedanslencrier dans un commentaire sur la deuxième, correspond à la fin du centre.

Ici, je sphinxthétatise en diable mais rien de satisphinxant.
Ce poème se veut être textuellement le centre historique de la remontée du dernier texte à avoir été écrit jusqu’au premier, en passant donc par : Le dernier, le début du centre dans le sens inverse chronologique, le centre, ci-joint, la fin du centre à suivre et enfin le premier.
Parce qu’un sphinx averti vaut deux saumons, et remonte donc le courant.

Read Full Post »

Rx Bodo, v’là-t-y pas qu’il nous dit ça, vlan, toc, voire pof, comme ça ! En février, faudrait-t-y pas sphinxer par l’ironie. Avec une anecdote de balle dans le pied, histoire d’agrémenter les apéros en terrasse. Ça m’avait l’air moyennement honnête son truc. J’me disais ça en sirotant un lait fraise. Enfin, comme ça, au premier coup d’œil, quoi ! Pask’au deuxième, patatrac ! L’Oedipe, l’hystérie, Freud et tout et tout, c’était un gros morceau !
Les teeeeextes ! Y’allait avoir du lourd !
Là dessus l’encrier de patte nous mouchette grave, y nous sort de la poche de son cerveau un truc pas moisi des vers, pas sarcophagé pour un faisan en d’autres termes. Non, direct chez tonton Pluton, va trouver mieux, toi !
Mamma Mia ! Sphinxer encore pour monter plus haut !
Car pour rajouter un degré à l’échelle déjà pas facile à grimper, Martine propulse le professeur Taurus sur l’écran enrhumé d’un sphinx aux nuits chamito-sémitiques dont le nez se fait traverser par un va et viens de S.N.I. (sphinx non identifié).
Pendant que d’autres creusent des galeries, la fée vrillée s’avérait bien injuste de me prendre aussi au dépourvu que la bise fut venue.
Partant du principe que le griffon sévissait grave dans ces contrées un peu anciennes, ou pas, de la mythologie, déprise de mon courage à deux mains, je ne me tins donc que d’une seule pour conduire ma fusée deltoïde à rejoindre l’époque sus-nommée, en vue d’atterrir direct devant la bête.
Pour sûr qu’elle avait le sourire jusqu’aux oreilles lorsqu’elle me vit arriver. Mais n’est pas Œdipe qui veut. Quoique…
Lui, il voulait pas tuer son père, il l’a fait.
Il voulait pas épouser sa mère, et toc, il l’a fait aussi.
Il ne savait pas ce qu’il faisait, devient aveugle en fourguant toutes ses forfaitures au placard.
Alors on n’a bien compris que dans cette histoire là, ou tu te fais bouffer par le sphinx, ou tu finis taulard.
Mais qu’était-elle allée faire dans cette galère !!?
Donc je suis devant, ses jolies papattes douces ont les griffes rétractées. Elle est coquette, elle froufroute un peu ses ailes, pour bien montrer qu’elle vole de ses propres ailes si elle veut. Elle a un visage délicat, plutôt souriant.
Je fais un peu la fausse. Pour tâter du terrain.
– Oh tiens, salut ! T’es sphinx ?
– Non, non, j’suis sphinx !
– Ah d’accord, je croyais que tu étais sphinx.
– Qu’est-ce tu viens faire à traîner dans ce coin ?
– Un peu de respect !
– Whaaaahhh ça va ! Tu la veux ton énigme, ou quoi ?
– Ou quoi !
– Tu préfères mourir avant d’essayer ?
– Pff ! Pose là !
Et là, la bestiole, elle pose.
– Et il est où ton appareil photo, p’tite tête ?
Evidemment, comme j’suis trop cornichon, j’avais même pas prévu de ramener la preuve de son existence.
Elle m’en a pas trop voulu. Depuis, on est copines comme cochon.
Heureusement que ma mémoire et mon talent d’amateur de galerie ont réussi à faire le reste, voyez plutôt.
.
.
Sphinx 3
.
.
– QUOI ?
– QUI A OSE DIRE QUE J’AI LES CHEVILLES QUI ENFLENT ?

Read Full Post »

Episode précédent : https://jobougon.wordpress.com/2015/08/20/retour-a-lage-de-bronze/


Bastet, devant tant de démordements de ses congénères d’adoption semblait perplexe. Cela peut sembler curieux, la perplexité, c’est encore plus fort quand on s’y jette à corps perdu pour en saisir toute la subtilité. Il fallait don-faire preuve d’inventivité, soit on découpe, soit on ne découpe pas. Le choix en devenait carrément Merlinien, pour ne pas dire Corné dans les angles. C’est que le papier est cher et rare, les arbres disparaissaient de la forêt à vue de groin, et il ne fallait pas compter sur le grand dentu pour garoufier tout ça. Patience devint le maître jeu de mot de la planète des clans. Il fallait restaurer tout ce barda et vite. Sinon, il en coûterait au fessier d’échapperon gauche.
Dans ces cas là, elle avait une technique imparable.
Elle cassait un vase en s’écriant.
– Assez ! Ou acier, un truc comme ça. J’ai la mémoire en vrac ces derniers temps, veuillez m’en excuser, c’est que je relisais avec délectation « pourquoi j’ai mangé mon père » quand ça a sonné dans ma porte, ouvrant une sorte de fenêtre au Mistral décoiffant, emmêlant mes cheveux étroitement, vous comprendrez peut-être la gène et la confusion dans laquelle cela me jeta.
Devant tant de rage exprimée, les clans réunis ouvrirent de larges yeux, c’est une fois encore le vieux philosophe qui devint intervenir.
– Mais qu’est-ce donc que ce langage châtré notre reine ?
– Et le monde, et la colonne d’Alexandre, vous en êtes où ? Vous ne croyez pas que vous allez vous reposer ainsi sur vos lauriers, César ! Il serait temps d’envoyer vos boulettes sur ce curieux palais que je vous ai construit. C’est un park d’ailleurs, cristal park, vous connaissez. C’est plus nature que le parpaing, dans les constructions, plus dirable et surtout plus miroirflétant. Bougez vous les séries en questions.
Et Bastet leur tourna le dos en piaffant et tapant du pied, les laissant cois et esbaudis par la chute.
– Bordel, mais elle va pas nous lâcher maintenant celle-là !
Dada, léger rictus aux lèvres, fit remarquer simplement.
– Croyez-vous qu’elle soit capable de prendre la fuite celle-là ?
Platon se cura discrètement le nez en réfléchissant puis, philopoufflat en ces termes :
– La bête à bon sens me tangue à la fois sa valse lente et son pas de côté. C’est furieux, un truc pareil ! Elle piaffe comme un oiseau qui volute une parade de Havane, soit-dit en passant. Elle est comme un oiseau des forêts, chevillées à flanc de côtelette dans le plat de mouton qu’est notre monde. Aller, on se magne, elle en peut plus d’être là. Construisons le ce park cristal.
C’est ainsi qu’ils se mirent au travail de concert, bien contents de se trouver d’accord que l’union fait la force et que le boulot est plus vite fait en équipe.
La suite nous dira si le park avance. C’est Nono qui va être content. Depuis l’temps qu’il avait pas rejoué la scène, il était grand calendrier de s’y remettre.
.
.
.
calendrier-le-chat-2015
Les JO pouvaient se préparer.

Read Full Post »

Episode précédent : https://jobougon.wordpress.com/2015/07/14/les-aventuriers-du-temps-perdu-davance-3/

*Ou plus précisément les aventuriers du temps perdu qui a un temps d’avance mais cette fois qui prennent du retard en laissant une déesse du temps passé remonter vers eux mais qui va les aider dans :

« Le grand rassemblement »

On en était là :
Platon, père Ubu, le coucou
– Et not’ banquet mensuel de Tatane ?
Bastet
– Vous bouffez de la godasse ?
Les trois cités ci-dessus
– Inculte toi-même, c’est le mois pataphysique de Tatane qui commence !

Trop contente d’être sortie du sablier, Bastet, qui aurait très bien pu exhumer sa tête de lionne « aux terribles colères » garda toute sa bonne humeur mais s’exclama tout de même, (juste pour la forme) :
– Aaaaarrrrgggghhhh ! Jian’ peu plou dé voooou !
– Bon, p’tite mère, comment on fait pour les bouts d’temps égarés alors ? L’interpella Platon sans se laisser intimider par la déesse qui ne perdait définitivement pas son sang froid.
– Soit on fait le cinquante/cinquante, soit on fait appel à un ami…
– Joker ! Dit platon
– Alors je fais appel à un ami répondit Bastet du tac au tac.
– Apophis, viens voir maman.
Platon pâlit légèrement sous son joli hâle d’été. Finalement, il aurait peut-être du choisir le 50/50, même ne sachant pas trop où ça les mènerait, mais il était déjà trop tard. Le switch n’aurait pas été opportun puisque la question ne pouvait être autre, et l’avis du public, déjà pris n’avait rien donné de plus.
Le serpent était encore plus gigantesque qu’il ne l’avait imaginé. Il aurait pu engloutir trois montagnes russes, deux cathédrales Saint-Jean le Divin de New York, et une aurore boréale, qu’il aurait eu encore de la place dans son estomac.
Mais là, devant la déesse minuscule à tête de chat, on aurait presque dit qu’il cherchait à se faire tout petit.
Bastet ordonna à Apophis
– Coupe le temps en deux s’il te plaît !
– En combien de mouvements ?
– En trois, voyons !
En deux temps trois mouvements, le serpent divisa le temps en deux :
– premier mouvement : Sur la pointe des baskets et de la pointe des crochets, il enlève les piles de l’horloge solaire.
(C’est le mois de tatane ne l’oublions pas !)
– Deuxième mouvement : Il arrête le char du soleil dans sa course.
(Arrête ton char machin etc etc… !)
Rê :
– Même pas mal !
– Troisième mouvement : Il rassemble le jour et la nuit sur le même horizon.
(Encore jamais fait jusqu’à ce jour, puisqu’il n’avait jamais eu le droit d’arrêter Rê dans sa course.)
Le serpent se fendit la gueule d’un large sourire. Il rayonnait visiblement de satisfaction.
– Voilà !
Saint Ubu d’été et le coucou chuchotèrent doucement.
– Il se prend pour Rê le drôle ?
– Et maintenant, on fait quoi ?
Bastet.
– On attend !
Platon
– Whouah ! Regardez, il neige.
D’un côté, il y avait la nuit où voletaient des flocons lumineux, de l’autre, il y avait le jour et on voyait des ombres tomber du ciel en tourbillonnant.
– Allez messieurs, ce sont vos bouts de temps égarés, rassemblez moi tout ça, et sans perdre une minute !
Évidemment, tout le monde se mit à la tâche, on collectait des secondes par ci, on en faisait des heures par là, puis des jours. Au bout du compte, Il fut récupéré pratiquement une semaine de jour et pas loin d’une dizaine de nuits.
Il fallut décider à quel endroit ce temps devait s’insérer.
Platon prit la parole.
– On devrait éviter les plannings chargés de septembre, c’est déjà bien assez dense comme ça !
– Moi, je mettrais ça en vacances supplémentaires dit Saint Pissedoux, caporal des hommes libres.
– Pas sûr que ce soit une bonne idée ! Rétorqua Saint Biribi, taulier.
– Tu vois une autre solution ? Surenchérit Saint Pistolet à Merdre, jubilaire.
– Faut se décider ! S’en mêla Saint Arsouille, patricien.
– Tu es déjà passé de date toi, la ferme ! L’arrêta Saint Pissembock, oncle de l’oncle Fétide.
– Aller, ok pour des vacances supplémentaires ! Trancha Saint Panurge, moraliste.
– Puisque la morale l’emporte… N’en faisons pas un gruyère, rajouta Saint Trou, chauffeur.
– Bien, puisque tout le monde est d’accord, on choisit quoi ? Les vacances d’hiver ou d’été ? Interrogèrent les Saintes Canicule et Canule, jouvencelles.
– La canicule, c’est bien ! Leur répondit Platon en coupant court à toute autre polémique possible. (C’est surtout qu’il avait chaud, soif, et très envie de s’envoyer un petit rafraîchissement dans le gosier).
Apophis
– Je remets le soleil en route quand, moi ? C’est qu’il s’impatiente, le gars ! Il brûle d’envie de courir et ne cesse de s’embraser à vous le dire, mais visiblement je suis le seul à l’entendre ici !
Bastet
– Fais lui passer le tube de crème biafine, ça le calmera pour un moment !
Puis elle reprit
– Pour une fois il attendra. Ne le remets pas en route avant d’avoir replacé les temps de vacances supplémentaires en bonne place.
– Ok, c’est bon, j’ai compris ! C’est toi le chef !
– Chef ?
– Quoi encore ?
– Comment on fait pour être chef, chef ?
– J’sais pas moi ! Faut savoir nager…

– Oh ! Et puis tu poses de ces questions toi encore…
Finalement c’est Sainte Anne, pèlerine, énergumène qui recasa le temps entre le 18 et le 19 tatane, soit entre le trou et la taloche. Elle réussit à le caser à la verticale, alors attendez-vous à quelque chose d’extraordinaire quand ça va arriver.
Apophis remit les piles à l’horloge.
Le char se remit en marche, bouillant d’impatience, fumant de fougue.
– C’est pas trop tôt, merci quand même !
La lune reprit sa place de l’autre côté de la Terre coiffée du casque de la nuit et des étoiles, filantes ou pas.
Platon
– Si on allait manger un morceau ?!
Les autres, montrant du doigt Apophis.
– Et il mange quoi, celui-là ?
– Malpolis, on ne montre pas du doigt, nan mééééh ! Faut tout dire ici, maugréa Bastet.

Episode suivant : https://jobougon.wordpress.com/2015/08/01/les-aventuriers-du-temps-perdu-davance-5/

Read Full Post »

Sii vous aviiez le dard, moi j’aurais la manière,
Si vous étiez une gare, moi j’aurais les bannières.
Je n’avais d’autres choix que répandre le sel,
Sur les glacis de bois pour qu’il vienne à l’appel.
Il avait la limace pour unique trésor,
Et il fermait ses bras en s’étonnant encore.
Les carapaces rouges lui donnaient une allure,
Qu’il ne savait pas touches sous l’angle de l’azur.
Il avait de ses âges compâssé les compas,
Les comparses de joie, les clignotants dégâts.
La lune tissait de l’or sous le voile de ses jupes,
Et gardait du cyclope la césure d’une tulipe,
En boissons d’orangeade elle allait vers les dupes,
Stupides et trop grognons n’y ont cure sous la fripe.
Ainsi ils allaient tendre les mains nouées aux creux,
Vers l’archétype à rendre jaloux tous les grands cieux,
J’avais mal au menton tant mes dents me lançaient,
De funestes leçons sans jamais décorer,
Les murs de la maison, de papier ou de soie,
Et j’avoue ce panier me permettait à moi,
De lisser toutes mes plumes et de faire la grand roue,
Comme un serpent à plume, comme un chameau debout.
Un chapeau haut-de-forme traversait les frontières,
Sans jamais que difformes ils aillent sous les paupières,
Troubler les grands étangs, les grenouilles d’un père chu,
Ni même la grande étoile qui baillait sous les fûts.
Le dard et la manière, certes, n’étaient pas très chauds,
Pour venir dans l’ornière tant l’air n’avait de pot,
A refaire mijoter une grande soupe dorée,
En cape et crocs d’épée, en poils tout mordorés.

Read Full Post »

Older Posts »