Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Allégorie’ Category

Serpent d'Airain
.
.
.

L’avenir dessinait ses ailes de verre
Et la glace figeait de son regard d’acier.
Au dehors le chaos,
Au dedans tout est mort.
L’étain noir recouvrait d’une ombre tous les murs.
Au centre de la sphère,
Dans le silence des limbes,
Miroitait d’un œil pourpre,
Comme une fleur de sang,
Aux pétales de velours.
L’avenir dessinait ses ailes de vert acier,
Lors qu’on croyait perdu le monde.
Dépliant une grandeur d’on ne sait quel dossier,
L’aigle vit sa mission
S’emparer de la clef.

Read Full Post »

karine-deshayes-carmen-nest-pas-une-femme-vulgaire

.
.
.

Loin de toute agitation littéraire, l’esprit se pose les questions essentielles à son sens en se taisant. Lorsque surgit parfois une bulle de conscience, dont la poussée d’Archimède suffit à entériner toutes les théories des annales éthiques, l’odeur reconnaissable permet d’identifier son origine.
Elle se présente mixte, odorante ou pustulomiasmique.
Dans ces moments là, une reconstitution événementielle s’impose d’elle-même.
Et dans ces cas-là, et dans ces cas-là seulement, une poussée en direction de la synthèse du Bouddhisme et du Christianisme vient à s’instaurer.
Choisir la bonne attitude pour traverser les mauvaises odeurs relève des fondements du Bouddhisme.
Savoir leur trouver une essence est un de ceux du Christianisme.
Ce qui dépucera l’oreille du murmure de chien, c’est que le chat affirme qu’il n’attend plus rien de ce monde car il a le sentiment d’avoir pris ce qui lui revient en aimant le chien et inversement.
.
Aymeric Alagna
.
.
.
Comment prétendre que la Nanovrille est absolue, intégrale, writting, eating, papilling, bestum, corporum, but imbecillum ?
En décimant les pieux branlants.
On commence comme ça : Décîme-moi un mouton, dit le petit Grince à l’Antoine qu’à perdu son Navion.
J’ai Rocru la Décence, Débyclé l’épinglaud, esperger le pâté d’un niveau forcené.
Avec ça, le petit Pince sans dire la Finasse d’Hesse Cargo.
– La nuit, tous les Cargos sont pris, dit le saint Pertard.
– C’est la Fosse la plus insondable qui prétend l’éclairer, lui répond le Grose à l’oeil Perfide.
– Je ne suis Personne, ni Perdu, ni Pertinent, ni Perfusion, carrément Perçu par ceux qui ne connaissent ni l’Aveu, ni la dent.
– Le Cargo n’est plus de ce monde ma pov’Lucette ! C’est bien foutu la vie, z’out Zanzibar pour retrancher le monde, z’auront pas la besace ni la foraine. Z’en sont pas à leur coup d’essais ma Grose Dame !
La Poélée d’à côté rit des côtes dans l’pâté mais le nénuphar a la vrille bien plantée et son Saint Exaspéré finira bien par l’écraser !

Si vous arrivez à décorcher cette Bulle d’Archimède, alors là !
Je vous offre une place aux Orangeries de Chorège.

Read Full Post »

Aller, tiens, une petite divagation du matin.
.
.
moineau_et_cerises___estampe_-chadel_jules_clafouti céleste et jumeleine
.
.
L’acajou divagador
.
.
J’ai relu
Mépatou
Et partout par contre
Le culinaire vocabulé
Du vocabulaire cuisiné
Exhale un parfum d’encrier
Dans la craie de mon tableau fou
Et l’encre collée au papier
Sur la peinture où crisse la craie
Tente bien de déshabiller
Le vocabulaire cuisiné
Sous la purée des mots cajous
Ceux à la noix touchent la joue
Du cœur de l’ambre d’avant-goût
Il s’impose à moi l’avant-goût
Prémice d’une syntaxe ordonnée
Sur l’abscisse de la volonté.
.
.
Ecrit pour ne pas oublier d’aller voter l’agenda ironique de janvier chez carnetsparesseux.

Read Full Post »

.
.
fontaine_de_barenton_broceliande_003
.
.
La plus grande voyageuse du siècle roulait sa bille sur le papier avec la vélocité d’un escargot qui explore un feuillage poudré de lumière. Laissant dans son sillage autant de traces subtiles que faire se peut, notre animal parcourt le monde de l’esprit avec l’espoir inextinguible de périr au cœur de la page, exactement là où le foyer sacré brûle d’une douceur continue pleine de tendresse. Les longues flammes aux mouvements lents des cheveux de gorgones s’enrouleront autour de sa coquille, légères volutes aériennes enveloppantes, jusqu’à le faire disparaître, invisible aux yeux profanes et pourtant bien plus présent qu’avant.
D’émanations diffuses en lettrines ciselées, son parfum pénétrera l’âme en profondeur jusqu’à atteindre la pierre de l’immortalité. Une fois l’incendie de l’encre propagé, il ne restera qu’un résidu cendré que le vent dispersera dans l’éther. D’autres respirations inhaleront les fugaces Molécules flottantes.
Mais là, au cœur du sacré, l’esprit du foyer veillera, éternel et protecteur, repos des voyageurs de l’âme, dont les vibrations ondulatoires font naître l’amour. Et de cette source intarissable, en jaillira le bonheur.

Read Full Post »

.
.
Code de la pensée publique 2
.
.
De la prose alexandrine naît parfois quelques sourires taquins d’origine suédoise ou polonaise.
A la ligne porteuse des couches d’ozone, l’entonnoir oppose un chant signé humour. C’est Jules qui pourrait en parler. Rien n’est plus bête qu’un pied de vers, qui prend le pied de la lettre comme un voyageur qui prend un train. Et en alignant le pied sur un carreau, Jules s’aperçut qu’il sonnait les cloches à pied d’oeuvre. De là à dire que le pied est beau, il n’y a pas loin. Jules étudia la structure du pied de la lettre et ne put que constater l’angularité bien droite de ce pied compassé. Fort de cette découverte, il s’aperçut alors que le vers dépassait le carreau. Il s’empressa donc d’avertir un pléiade qui prosait par là que l’égalité de l’alexandrin n’était plus à prouver, et content du saut qu’il venait de faire sur un seul pied, il enfila une pantoufle en suivant la cloche au pied des vers.
Les cloches clochaient, les vers versaient, et la pantoufle s’ozônait l’angle droit pendant que le gauche égalisait les côtés du carreau.
C’est de la faïence de Louise Bonne, affirmait l’alexandrin taquin pendant que l’égalité proposait à la pantoufle de s’associer au saut de puce de l’écriture douce et soyeuse qui filait centre à terre dans la dimension sous-solaire du déclin de la matière littéraire.
Je n’ai pas dit mon dernier mot dit la matière dont la table faisait un jeu de vers, « Le jeu des tables de vers », en tablant sur la matière pour appuyer ses sous-titres.
Ainsi commença l’étrange histoire du code de la pensée publique à l’article de la vie bien pendue dont les ténébreux vers marchaient sur la tête chaussés de pantoufles vertes prairies, à saut de cloches interposés, et aux sons et lumières scintillants de clarté.
.
.

Code de la pensée publique

Code de la pensée publique


.
.

Read Full Post »

.
.


.
.

Dis, quand tu as fini tes devoirs, tu iras sortir le chien. Madame Gertrude ne pourra pas venir ce soir, elle est atteinte de polimalie sérieuse.
.
Mais maman, il me reste encore un devoir de math, tu veux pas envoyer quelqu’un d’autre ? Et puis c’est quoi encore, cette histoire de polimalie sérieuse ?
.
J’aimerais bien, mais la dernière fois qu’on a demandé à la voisine de nous rendre ce service, souviens-toi, le chien est revenu avec trois têtes, il a fallu le faire opérer, il faisait peur à tous les enfants.
Tu as fini ton devoir de français ?
.
Pas encore. La pinguouination est assez complexe, il va me falloir plus de temps.
C’est quoi cette histoire de polimalie sérieuse ?
.
Bon dépêche toi là ! Parce-que la vessie du chien, elle, elle n’a pas besoin de beaucoup plus de temps !
.
C’est pas possible, il le fait exprès ce cabot !
Il a combien de vessies pour demander à sortir aussi souvent ?
.
Commence pas, Mauricette ! Sinon, je le sors et tu fais la cuisine !
Il a du chopper la polimalie sérieuse de Gertrude !
.
Ouais, ouais, j’y vais ! Pfff, si t’avais pas décidé de faire un soufflé aux rognons de crabe…
Ça s’attrape, ce truc ?
.
Tu n’as qu’à appeler Onésime, pour qu’il vienne avec toi. Le chien l’adore.
.
Mamaaaaaaaaan !!!
.
Quoi encore ?
.
Tu sais bien qu’Onésime et moi, on ne se parle plus depuis la semaine dernière.
.
Mais qu’est-ce que c’est bête, des adolescents ! Rappelle moi pourquoi vous êtes fâchés ?
.
Oh, ça va hein ! Vous, les adultes, vous ne comprenez jamais rien !
.
Aller, file, sinon je me fâche !
.
Maman, c’est quoi ce truc que tu refuses de me dire ?
.
La polimalie sérieuse, c’est… Demande au chien, il le sait !
.
.

.
.

Read Full Post »

.
.
Lettre A 1
.
.
Le muscle le plus complexe et le plus difficile à manier est celui de la langue.
Pourquoi ?
Amusez-vous à manier le langage en mesurant l’effet qu’il produit autour de vous puis, constatation faite du besoin d’améliorer constamment ce dernier, travaillez à son ajustement.
Vous allez réfléchir à la formulation, la tournure, le genre, la sélection du mot, l’approche du sens et de son maniement.
Une fois que la forme commencera à s’ancrer dans les habitudes, vous allez être attirés par l’orientation en guidant le déroulement de la pensée vers un point précis.
Et puis un jour, tout bonnement, vous finirez par laisser libre cours au voyage de l’encre en imaginant des mondes inconnus, en allant défricher de nouvelles terres, ou en modifiant l’apparence du moyen de transport utilisé.
Ainsi naviguerez-vous d’humour en dérision, d’ironie en grand sérieux, du romanesque au pamphlétaire, tout en observant comment les formes peuvent parfois venir masquer les fonds, comment le jeu des incongruités peut permettre l’ouverture à des points de vue larges ou ciblés, novateurs et singuliers, bref, vous allez explorer la puissance de la langue tout en travaillant la nuance de ses mouvements.
Arrivés là, vous allez constater que l’empreinte laissée dans le sillage des mots essuie parfois quelques réactions pour peu qu’elle réactive une blessure, ou qu’elle soit recouverte du prisme de la distorsion. A la suite de quoi vous allez être affublé d’un titre collé à votre personne tant bien même que l’invention était totale ou que vous n’aviez fait qu’endosser la parole imaginaire d’autrui.
Dans quelle case voulez-vous être ?
Est-il nécessaire de vous fixer à ne travailler qu’une seule version de votre écriture ou bien oserez-vous explorer d’autres formes, d’autres expressions ?
Alors être ou ne pas être, penser ou ne pas penser ? Is he not ?
Maintenant, allons fouiller plus loin.
Prenons la lettre « A » majuscule par exemple. Vous la voyez de loin ? Approchez-vous, voyons ! Penchez-vous maintenant au pied de la lettre. Que voyez-vous ?
Vous voyez le pied, mais pas la lettre !
Nous sommes maintenant devant deux possibilités.
Soit vous êtes jardinier, soit vous ne l’êtes pas.
Dans le premier cas, vous allez étudier en sous-sol les racines de la lettre et leurs enchevêtrements.
Dans le second cas, vous allez lever les yeux et, du pied et de l’endroit où votre vue est placée, observer la totalité de la partie visible de la lettre.
Faites état de vos observations en essayant de décrire vos ressentis et impressions de la façon la plus complète possible.
Les comparatifs avec d’autres points de vue vous permettront d’agrandir le champ de connaissance de la lettre.
Mais ce n’est pas fini !
Gardez-vous bien d’être trop sûrs de ce que vous croyez savoir.
Ne remettez pour autant en question ni la lettre, ni son pied, ni ses racines, ni sa partie visible, mais n’en faites pas une religion.
Gardez-la vivante, cette lettre.
Explorez-la à l’infini, de tous les angles possibles, sous tous les climats, sous terre comme dans l’air, jusqu’à l’envol.
C’est alors que, en altitude, observant le point que cette lettre forme, vous pourrez affirmer : « Un point c’est tout ! »
Ce sera le moment pour le monde de vous ouvrir ses portes.

.
.
Lettre A 3
.
.

Read Full Post »

Older Posts »