Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Jeux’ Category

Non,les silences du samedi saint jardinier de Dieu-mind
Cet espace n’est pas mort.
Il bruisse doucement.
Il émet et se tait, il étreint le silence,
Et dans son doux rayon sa lumière de tendresse,
Dépose en mon âme un parfum de sagesse,
Qui enivre mon cœur et suspend l’allégresse,
Au dessus du grand vide,
Qui descend, insondable,
Au cœur de mes ténèbres,
A tourner mon regard,
Bien plus loin que l’ivresse.
Non,
Cet espace n’est pas mort,
Il ressemble à l’aurore qui se lève doucement,
Dans le cœur généreux du monde des enfants,
Où se tient une porte au parfum de mystère.
Il se hisse,
Sur la pointe des jeux dans un souffle d’hiver,
Pour mieux laisser ensuite s’exprimer la lumière.
Et sa graine lentement hausse à l’abri d’hier,
Les deux pôles de demain, les silences de naguère.

Publicités

Read Full Post »

.
.


.
.
Je ne saurais trop me lasser de raconter des histoires…
Toujours pour l’agenda ironique de l’OND chez patchcath en décembre.
.
C’était, il y a bien longtemps, dans l’Amérique des années 1697, la famille du pasteur Duncan Sparrow décida de s’installer dans la baie d’Hudson, pour se rapprocher de la communauté pastorale locale. Elodie, qui venait d’avoir 8 ans, n’appréciait guère le froid des hivers rigoureux mais, mue par on ne sait quelle foi indéfectible, elle décida que l’avenir méritait bien un réchauffement climatique annoncé, aussi, elle développa la théorie des calumettes, prétendant que l’association des allumettes et du calumet ferait un tabac plus tard.
Son père, plutôt aimant et large d’esprit, la laissait toute à son imaginaire, veillant aussi à ce qu’elle bénéficie de l’instruction la plus large et complète possible en la confiant aux bonnes œuvres du comité des femmes savantes, baptisé de la sorte à la suite de l’immense succès d’un artiste Français au délicieux « prénom » de Molière.
L’année s’écoulait, tel un fleuve tranquille, lorsqu’un vaisseau de la flotte d’un Louis quelque chose, roi de France, fit son apparition dans la baie d’Hudson.
Une immense fête s’organisa pour l’accueillir, et le comité fut chargé de préparer les festivités le 12 juillet, à l’occasion de la fête des orangistes.
L’agitation qui précéda le jour en question battait son plein lorsque le jeune Onésime, alors âgé de 10 ans fit son apparition.
Nul ne savait d’où il venait ni qui il était. A cette époque, il y avait encore beaucoup d’enfants sauvages que la population adoptait spontanément, le pasteur le prit sous son aile, et Elodie, ravie de n’être plus fille unique, adopta également ce frère un peu miraculeux qui dorénavant partagerais ses jeux et inventions.
Onésime : Je veux bien faire partie de cette histoire, Elodie, mais je te préviens, je participe activement à tes jeux, nous sommes bien d’accord, mais tu participes activement aussi aux miens
Elodie : Ben évidemment, tiens donc, je n’ai jamais prétendu le contraire, quelle idée !
Onésime : Bon, alors viens, on va voir la mer !
Elodie : C’est quel jeu alors ?
Onésime : On a qu’à dire que nous sommes dans un roman de gare, et que nous jouons à écrire le livre.
Elodie : Plutôt un roman de port alors, ça pourrait donner envie aux marins de lire, c’est bon pour la santé.
Onésime : Mouais ! Si tu veux !
Ils s’échappèrent discrètement du local où les matrones cancanaient tranquillement sur la société québecoise tout en pâtissant pour l’une, éminçant pour l’autre, toutes occupées à la fabrication de plats traditionnels pour le déjeuner Orange.
Canard laquais, oies rôties sauce cumin, porcelet mignon, bar en croûte de lait, jambon d’agneau de grain, pain d’épicéa, poutine de pingouin, galette de fèves, soupe de homard des îles de la Madeleine.
D’ailleurs, les matrones avaient l’air de s’entendre comme « Madeleines en foire ». C’était leur plaisanterie préférée, la forte tête de Madeleine, la vraie, détestait cette blague qu’elle qualifiait de blague pourrie. Elles adoraient la mettre en boite. Madeleine avait une amie, Mélanie, qui ne la quittait pas d’une semelle, tout le monde se demandait ce qu’elle pouvait bien lui trouver, à sa Madeleine, mais bon, c’était leur vie, après tout, et cela ne regardait personne d’autre qu’elles.
Les marins du Pélican, mal chauffés sur le vaisseau, venaient d’arriver, invités à venir profiter du confort de la salle. Ils s’étaient rassemblés autour du bon feu qui brûlait dans la cheminée. Certains d’entre eux avaient mis la main à la pâte, épluchant les légumes, remuant dans les casseroles, surveillant la cuisson des fours. Mais surtout, ils arrosaient leur gosier de vin chaud et de grogs. Les enfants couraient entre les tables. Ça criait, ça s’interpellait, ça riait. Mélanie n’était pas la dernière à s’amuser. Un des marins semblait beaucoup se divertir à plaisanter avec elle.
Tandis qu’ils riaient à nouveau, Madeleine se leva, incommodée par le grognement des mioches, s’approcha de son amie et lui glissa à l’oreille : Paradoxalement tu deviens drolatour avec cette diatribe, trouverais-tu que je sens la crevette arctique ?
Mélanie lui sourit, mais n’en pensa pas moins. Les humeurs acides de sa compagne commençaient à lui courir sur le haricot. Si elle n’apprenait pas à se prendre un peu moins au sérieux, elle serait obligée de renégocier le contrat.

Juste avant de sortir, Onésime et Elodie entendirent une matrone répondre à propos de la recette du poutine que : « 
Pas encore. La pinguouination est assez complexe, il va me falloir plus de temps. »
Du temps, eux, ils allaient en prendre, et du bon.

La vie en société était plaisante, ils s’en amusaient, mais à petite dose. Et les grands espaces de liberté leur convenaient bien mieux. Ils avaient le sentiment de se connaître depuis des siècles, si bien qu’il n’était parfois pas nécessaire de parler pour qu’ils se comprennent.

Après avoir couru, ils arrivèrent sur la plage.
Onésime : Incroyable ! Sens-tu l’air chargé d’iode, le goût du sel qui pénètre la peau ? Regarde ! La mer s’approche, c’est marée haute. Regarde, l’étendue mergnifique.
Elodie, ravie de le voir si heureux, se disait tout bas : Je regardai. Oui, la mer s’étalait, devant nous.
Onésime : Tu pourrais énoncer ton texte audiblement, j’aimerais en profiter.
Elodie haut et fort : Je disais que je regarde, et que oui, la mer s’étale devant nous.
Onésime : Tu ne remarques rien d’autre ?
Elodie : Si, je remarque que la mer est en train de geler, et que la marée va rester figée en position haute.
Onésime : La glace va rester accrochée aux falaises !
Elodie : Et les marins ne pourrons plus naviguer sur les barques pour rejoindre leur vaisseau.
Lorsqu’ils rentrèrent au coucher du soleil, ils ne furent pas surpris de voir que la salle était toujours pleine.
Mais l’ambiance n’était plus celle festive et joyeuse de tout à l’heure.
Elle était plombée.
Duncan Sparrow attendait sa fille de pied ferme.
Duncan : Nous allons avoir besoin de tes calumettes, fille, lui dit-il gravement.
Elodie : Père, que vous arrive-t-il ? Vous savez bien que ce ne sont que des enfantillages !
Duncan : Pas pour eux !
Et il désigna du menton la troupe d’amérindiens postés derrière les barricades du prieuré.
Duncan : Allez les chercher, ma fille !
A ce moment
là, Onésime réalisa à quel point il était en retard. Les Douze Coups de Midi sonnaient au clocher et les odeurs de brioche remplaçaient allègrement celles des Mc Bacon et autres Cheeseburgers. Il s’empressa de rentrer chez lui, honteux et confus, et jura, mais un peu tard, qu’on ne l’y prendrait plus.
Elodie : Mais qu’est-ce que tu fiches, Onésime ?
Onésime : Je ne te l’ai pas dit, mais je suis le fils de l’un d’eux. Dit-il en montrant les aborigènes. Alors, je continue le roman que nous jouons, ou bien je retourne avec eux ?

Elodie : Ah ! C’est du roman pour de faux, je préfère ça !
Onésime : Oui, mais je t’aime pour de vrai !
C’est à cet instant précis qu’un marin, pris de panique, se mit à déclamer d’un ton grave : Fatalimace ! Nous voici en insolitude ! La route court sous l’eau d’artificelles habitudes ! Mets tes bottes, enfant. Les écriames et les pingouinations attendront que la polimalie des virgules se solve en délibules mirifiques !
Elodie : Mais qu’est-ce qu’il raconte, papa ?
Duncan : Je crois qu’il délire de peur, c’est de la psychose, il a du abuser du rhum ! Va chercher les calumettes, ça apaisera tout le monde.
Ma mère est arrivée, tout essoufflée. Elle avait les bras chargés de bûches.
Ma mère : Tout le monde va avoir froid ici si on ne recharge pas la cheminée, heureusement qu’il reste des femmes pour garder la tête sur les épaules, ici !
Duncan : Elle a raison !
Onésime : Alors, on n’a qu’à prononcer des mots d’amour comme ça, ils se tiendront chaud !

Elodie : Des mots d’amour qui se tiennent chaud devant un feu de cheminée, c’est plus efficace !
Onésime : Chuuuutttt, Elodie, ils sont pour moi, les derniers mots de la fin !Tu peux pas t’en empêcher ! Pffff !

Elodie :
C’est pas moi, c’est le Zébulon.
Ma mère : Mais qu’est-ce qu’ils racontent, ces deux là ?
Duncan : C’est le délire qui gagne, probablement…
Onésine a fait un clin d’œil complice à Elodie.
Elodie est allée chercher les calumettes, et toute l’assemblée les a fumées avec les amérindiens, invités à se joindre à eux.
Ce jour là, ils avaient décidé que la guerre serait finie à tout jamais et que la paix gagnerait, parce qu’ils allaient définir l’acceptable et l’inacceptable, et se mettre d’accord à tout jamais sur le respect de ces limites saines.
Madeleine prépara un chocolat bien chaud, que l’on partagea allègrement. Onésime s’était assis en face d’Elodie .
Elodie :
Ma mère lui offrit des jumeleines, que nous mangeàmes en nous fixant les yeux dans les yeux un rendez-vous créaginaire.
Car ils iraient revoir la mer, c’est sûr. Et cette fois, elle serait peut-être à marée basse.
Ils ramasseraient des coquillages et riraient encore de tout et de rien, complices comme des amis de tout temps, des amis qui s’aiment.
.
.
agenda décembre 2018 calumet hache
.
.

Read Full Post »

Agenda d’automne 2018
.
Agenda pingouin octobre novembre 2018
.
.

La bouteille de champagne

Une bouteille pleine de mots qui bullent trône sur le tableau de vote. Ce sont des mots millésimés venant d’une époque antique que seuls les vestiges du langage sauront reconnaître.
Combien de graphes décomposés sont réunis ici, nul ne le sait, pas même le vigneron. Mais ce qui est sûr, c’est qu’à l’intérieur, les bulles communiquent entre elles, capables d’affiner saveurs et effets jusqu’à la perfection de l’ivresque.
– Bonjour, vous prendrez un café avec moi si je vais les chercher ?
Elodie leva les yeux de l’ouvrage d’œnologie théosophique qu’elle étudiait pour observer le garçon qui venait de lui adresser la parole.
C’était un garçon de la classe nebula, dernière année du cursus univers SSS (Sain, sauf et sage).
Elle lui sourit, et lui fit signe de s’asseoir.

Ça tombait plutôt bien, elle avait besoin de s’aérer un peu les idées, et puis il avait l’air sympa.
– Tu sais, on peut se tutoyer, j’aime autant. Le “tu” ne va pas déclencher un séisme !
Il revint avec les deux cafés et s’assit en face d’elle en fronçant les sourcils.
– Tu entends ce grondement sourd ? Lui demanda-t-il ?
– C’est le cri de balument des martinets bleus au-dessus d’un nid de roudoudous à poil roux.
– Ah ! C’est ton domaine d’étude ?
– Pas vraiment ! J’étudie les Zébulons, lui répondit-elle.
Devant l’air surpris du garçon elle précisa.
– Les Zébulons, ce sont ces OVNIS qui flottent au dessus de nos têtes lorsque nous créons des espaces relationnels, regarde.
Elle attrapa quelque chose d’invisible au dessus d’eux et le jeta dans la tasse puis elle remua fortement avec la cuillère.
– Celui-là ne viendra plus grignoter nos pensées, lui dit-elle simplement.
A leur grande surprise, ils le virent ressortir de la tasse brûlante, long filament brun et translucide, qui reprit sa place initiale.
Ce petit ver existancié tira les artificelles de ses neurones.
Elodie secoua ses cheveux et cette fois il tomba à terre, frétillant et agonisant, dans la sciure du sol.
L’artificelle s’évapora doucement en chuchotant.
« Tu sais, tu peux dire ce que tu veux. Quand ça délibule, c’est aussi clair qu’un cerf-volant par temps de zéphyr, ça flotte au dessus de nos têtes ! »
– Ça alors ! Si je n’avais pas vu de mes yeux ce truc, jamais je ne t’aurais crue !
– Ils sont rarement aussi résistants ! C’est la première fois que j’en vois un de cette nature ! J’en avais entendu parler, mais bon…
– Moi c’est Elodie, et toi ?
– Moi c’est Kevin.
Puis, observant le livre ouvert à côté du cahier et du stylo, il demanda.
– Qu’est ce que tu fais, tu écris ?
– Oui, c’est pour l’Agengouin, l’almanach Vermot des pingouins.
– Oh ! Je vois ! “Le mur du son est le plombier de la poésie”. Cita Kevin.
– Tu connais tes classiques. Continua Elodie. “S’il existait une seule façon de faire, ce serait simple. Or, il en existe des milliers. La poésie n’est pas une affaire simple ni même une simple affaire”.
– Peut-on y faire figurer un événement aussi délicaristique ?

– Non Kevin.
– Donc, laissons l’obscurité dérouler son parchemin. La parasynthèse des esprits réunis fera la différence.
– Les graphes d’octobre nous ont été livrées délivrées.
– Maintenant, ils vont agir !
– C’est la chocile droite en général qui enclenche la turbine. Celle de gauche régule l’ensemble.
– Bon ! De toute façon, c’est comme tout . Ça s’apprend par la pratique. Et puis les modes d’emploi, c’est comme la plomberie. Ça mène à tout à condition d’en sortir.

– Qu’est-ce que tu dis ?
Ils levèrent la tête en même temps et se mirent à rire.
Kevin attrapa le Zébulon de la main droite.
– Maintenant que je peux te voir, pas la peine de t’époumoner comme ça, vieux ! Je peux t’entendre, aussi ! Si tu as quelque chose à dire avant de disparaître, c’est le moment !

– Je suis la terminaison d’une branche de l’arbre de la perte de connaissances. Je vais gagner de ma perte l’ensemble des fausses idées et regagner la vérité du tronc en repassant par les racines. La décomposition me nourrit, et de l’humus, je recompose la nouvelle année lumière à laquelle j’aspire depuis tant de saisons. Quelques feuillets dispersés par le vent iront s’égarer au pied d’autres congénères, comme un échange de perte de connaissances que la grande mère recueille sans distinction.
J’ai voyagé tant d’années pour en arriver là.
Je ne suis plus que nourriture.
Ici, rien ne m’appartient.”
– Ben dis-moi, Kevin, la cueillette est bonne ! Je prends des notes ou bien tu préfères t’en charger ?
– Prendre le temps de se triturer le bec de gaz ne fait rien à l’affaire ! Ce sont des traces, des évaporations résiduelles. Mais la disparition, elle, se transforme pour continuer à vivre ailleurs, sous d’autres formes. L’équilibre se rétablit toujours quelque part !
– Oh, tu as entendu ? Si c’est pas dans le bec, c’est pas la peine de te tortillonner la tête comme un gymnasticot !
– Heu, peut-être. Bref, toute une faune artificelle, une polimalie créaginaire née de notre pingouination viendra piétiner notre délibule.
Kevin levait les yeux aux ciel d’un air désenchanté.
A ce moment-là une enchanquise nous déposa une tarte à la crème de bambou, celui comestible au nord ouest du pays des Polpilles.
Nous commençâmes notre joute verbale et lui affirma qu’il n’y avait pas de fatalimace dans le contrat proposé…
– Le gratin dauphinois siphonné ? C’est très simple à réaliser. Tu épluches les artificelles et tu les coupes à la mandolotte. Tu fais revenir les oidons, les échagnons et les larlotes, jusqu’à coloration. Ensuite, tu mixes, tu chinoises et tu mets le tout dans le chiffon.
–  Tu as lu le dernier Arthur Soupolait ?
– Tu plaisantes ou quoi ?! Depuis que j’ai appris qu’il avait copié-collé Zola, Valéry, Aragon et bien d’autres, c’en est fini de ce bouffon tartuffolique !
– Tu as terminé ta thèse sur les écriames ?

– Pas encore. La pinguouination est assez complexe, il va me falloir plus de temps.
Nous avançames pas à pas, presque main dans la main mais paradoxalement avec une certaine insolitude ancrée dans nos cultures.
Quelque chose avait fini par se relier entre lui et moi.
Il n’y avait plus cette affreuse froideur détachée, mais une discrète reconnaissance commençait à se dessiner au-dessus des mots, qui venait constituer doucement une guilde du parchemin.
– “S’il en est qui pensent que les mots sont trop pas là, l’inverse se produit. Dans la dénomination du produit en croix, la guilde nous offre une règle de neuf absolument conforme. L’attente n’est pas vaine. Ainsi, le rouleau déroulait son chemin sans se presser, avec le rythme lent de ceux qui gravissent la hauteur jusqu’au sommet. Dans les parages, quelques hiéroglyphes diffus veillaient, ne présentant jamais qu’un profil éthéré d’invisibilité. La détection naturelle se faisait spasmodiquement, dans des écarts lunaires aux appuis hermaïques. S’il en est qui ne pensent pas que les mots sont trop là, la guilde leur demandait d’esquisser un résumé complet afin de parachever l’ensemble pour que l’enveloppe tienne.“
Comme je ne savais plus quoi en penser vu la tournure assez improbable de la conversation, j’ai lancé à tout hasard.
– T’as fait quoi ce week-end ?

– J’ai remonté le fleuve Charonne en canoë.
– Celui qu’on appelle l’AI ?
– Quoiqu’on en dise l’AI n’est pas si abomifreux que ça !
– Une jumeleine ?
– Non merci, je fais attention à ma couettivité.
J’ai souri. Il avait probablement de bonnes raisons de parler comme ça. Moi, je détestais ce passage. Je ne trouvais aucun plaisir à traverser la nappe de brouillard épaisse et glaciale qui recouvrait le cours d’eau. Elle me donnait l’impression que je n’en sortirais jamais.
Kevin dû lire dans mes pensées car il ajouta en me prenant la main.
– Aller chez des gens ? Quelle barbe ! On va plutôt suivre le conseil de Bénabar : une pizza, un bon film et ça nous fera une super soirée couettivité !
D’un ton que je voulais léger, j’ai rétorqué ironiquement.
– Que toutes les amupliquées se lèvent pour sauver les âmes perdues ! Si tu ne réussis pas à trouver la clef, demande aux deux brumageux postés la veille de te renseigner sur l’endroit à l’envers de la boite à mystère, c’est ça, hein ?

  • Tu Zébulonnes ou tu tournicotes, se moqua-t-il avec un grand sourire.
    – Nous passons des moments mergnifiques elle et moi ! Et il déposa affectueusement un baiser sur ma joue.
    – Viens faire une ballade !
    – Tu sais bien que je ne peux pas marcher !
    – Oui, mais j’ai loué un drolatour !
    – Dans ce cas ! alllons-y.
    Je me suis saisie de mes deux cannes anglaises et nous sommes sortis au grand air. Autour du lac les mouettes ricassaient joyeusement et le soleil battait son plein.
    Dans la tête de Kevin aussi, ça ricassait joyeusement, et le soleil battait son plein.
    Un Zébulon passant passa les trois dernières minutes d’antenne à Kevin pour qu’il nous dise les derniers mots de la fin.
    – A toi, Kevin.
    Alors, Elodie m’a pris par le bras et elle s’est penchée sur mon épaule.
    – “Mirififique soirée” me souffla-t-elle à l’oreille d’un ton rieur, avant de le répéter.
    – Absolument pas elle est éléphantastique au contraire.
    – Nous, c’est comme ça qu’on dialogue, Kevin et moi !
    – Chuuuutttt, Elodie, ils sont pour moi, les derniers mots de la fin !Tu peux pas t’en empêcher !
    – Pffff ! C’est pas moi, c’est le Zébulon.

 

 

FIN.
.
.
Martinets notes de musique.
.

Read Full Post »

.

Agenda pingouin octobre novembre 2018

Agengouin pataphysique

.

Salut, c’est super chouette de suivre la trace du pionnier du devant, paske yapluka ! (Yaplu qu’à recopier un peu la trame et puis broder un peu entre), vraiment très sympa !
Voici ci-joint ma contribution à l’AIA aussi, si si !

à partir des mots créés lors de la 1ère étape voici mes phrases de la 2ème étape de l’agenda ironique d’Octobre, imaginé par jobougon (c’est moi, enfin, moi, avatarée sous un pseudo grognon) accueilli ici par votre serviteur, (c’est le premier pionnier, Chachashiré de la polimalie, l’animal !) agenda IA qui se finira en Novembre sur « l’impermanence n’est pas un rève » le propre blog de moi qui ai retrouvé un ordinateur acceptant de coopérer cette fois.

En résumé : Nous avons formé 26 nouveaux mots à partir de 52 mots existants.
C’est pour imager, mais c’est un peu comme passer 52 pulls en laine à la lessiveuse, en ressortir l’équivalent de 26 une fois rétrécis de 50% et associés par paires, pour avoir la tenue complète haut et bas taille enfant.
Nous jouons ensuite à phaire des frases avec les mots nouveaux. Des phrases qui doivent se situer dans le cadre d’une rencontre, ou dans un lieu où les gens se rencontrent, et je le précise encore, celles-ci n’ont pas à être reliées entre elles, du tout, du tout, mais absolument pas du tout, sauf au cas où elles le seraient par une totale inadvertance de forme qui n’aurait absolument rien à voir avec une quelconque intention quelle qu’elle soit.

Voici mes fragments :

1 – Abomifreux 
1 bis – Ou Abominaffreux au choix. 
1 ter – Ou même les deux, Abomifreux ET Abominaffreux, c’est comme vous voulez.
« Vous n’imaginez pas combien l’abomifreux est un langage difficile à apprendre, glissa Rosalie à l’oreille de Barnabé. C’est aussi compliqué que d’apprendre une désencyclopédie par cœur !
Quelle abominaffreusité ! Lui répondit Barnabé pour tenter de la réconforter.»
2 – Balument
« C’est balument ! Répondit Barnabé. »
3 – Jumeleine
« Mais si la jumeleine n’est plus ce qu’elle était, elle y a gagné en aisance et en amplitude de sauts d’obstacles. Affirma gentiment Barnabé. »
4 – Polimalie
« Elle est dotée d’une polimalie à toute épreuve ! S ‘exclama alors Rosalie. »
5 – Fatalimace
« C’est, comment dit-on… ??? Hum, voyons… La fatalimace peut-être ? Suggéra Barnabé. »
6 – Eléphantastique
« – Je me suis inscrite à un club d’éléphantastique. Il s’agit de sauter à l’élastique à dos d’éléphant fantasque.
– J’ai toujours pensé qu’un éléphant fantasque était un pachyderme gaucher contrarié. »

7 – Mergnifique
8 – Enchanquise
« Tu connais les bonbons mergnificats ? Ils sont tellement enchanquisés que même le plus gourmand d’entre nous ne réussirait pas à le réinventer à la hauteur de l’existant. »
9 – Amupliqué
10 – Charonne
« – Il ne s’agit pas d’amupliquer deux charonne à la fois, et tu le sais bien !
– Oui, et alors ?
– Alors pourquoi tu le fais ?
Rosalie prit un air affreusitairement dépiscitaire tout en baissant les yeux au sol, ce qui le fit résonner longuement sans pourtant atteindre le renversement de l’ut. »

11 – Insolitude
« Dans les espaces d’insolitude, tu peux glisser de la machine à trucs à la moulinette métaphorique. Essaies un jour, tu verras la différence. Lui conseilla Barnabé. »
12 – Artificelle
« Et pour l’artificelle, demanda Rosalie, on s’arrange comment ? »
13 – Brumageux
« Si tu ne réussis pas à trouver la clef, demande aux deux brumageux postés la veille de te renseigner sur l’endroit à l’envers de la boite à mystère. »
14 – Agengouin
« Sinon, tu viens souvent boire le café à l’agengouin toi ? Lui demanda Rosalie. »
15 – Délicaristique
« – C’est en faisant tout le circuit délicaristique que j’ai découverts l’entrée par laquelle ils sortaient tous, affirma Barnabé.
– Et tu y es entré ? Demanda Rosalie. »

16 – Mirififique
« J’ai eu la mirififique idée de… Le reste de la phrase se perdit dans un silence ouateux. »
17 – Délibule
« Tu sais, tu peux dire ce que tu veux. Quand ça délibule, c’est aussi clair qu’un cerf-volant par temps de zéphyr, ça flotte au dessus de nos têtes ! »
18 – Créaginaire
« – Et comment il s’appelle, ton chat ?
– Créaginaire. Répondit Barnabé.
– Et tu lui donne quoi, à manger, pour qu’il ait le poil aussi brillant ? Reprit Rosalie
– Des boulettes d’anomalisson.
– De la marque nomade ?
– Et de la marque lisson, bien entendu ! »

19 – Existancié
« L’existanciation n’est-elle pas issue du courant d’air pensé par notre ami commun, Jean-Sol Pâtre ? S’interrogea doucement Barnabé en lui prenant la main. »
20 – Tartuffolique
« Tu sais, je n’ai pas dit mon dernier tartuffolique, lui glissa doucement Rosalie à l’oreille, et ce n’est pas prêt de s’arrêter. »
21 – Gymnasticot
« – Auriez-vous un gymnasticot à m’offrir ? Demanda Rosalie à Barnabé en le voyant sortir un paquet de la poche de sa veste. Barnabé lui tendit la boite, elle en saisit un avec soin.
Ils passèrent ensuite une seconde d’inattention à se tortiller sur leur chaise. »
22 – Couettivité
23 – Ecriames
« Tu accepterais de faire une partie de couettivité avec moi ? Lui demanda à brûle-pourpoint Barnabé avec un grand sourire.
Arrivée au plateau du bourg Bon, tu prends direction ecriame et à partir de là, c’est toujours tout droit.
– Ok, je viendrai, acquiesça Rosalie.»

24 – Pinguouination
« Tu n’imagines même pas la pinguouination qu’il a fallu déployer pour en arriver là ! »
25 – Chocile
« – C’est la chocile droite en général qui enclenche la turbine. Celle de gauche régule l’ensemble.
– Bon ! De toute façon, c’est comme tout . Ça s’apprend par la pratique. Et puis les modes d’emploi, c’est comme la plomberie. Ça mène à tout à condition d’en sortir.»

26 – Drolatour
« Bingo ! La drolatour du tambour de l’automne perce le jour de retour de la donne. »

Read Full Post »

.
.
L’agenda ironique de juillet, c’est chez Floriane du blog
PALIMPZESTE qui marie allègrement Estampe et poésie avec une rondelle de couleur. Elle nous propose ce mois-ci de faire revivre Sherlock Holmes en ne nous mettant, pourquoi pas, pas dans la tête d’une petite sirène, d’une Madame Bovary, d’un vin de Meursault, d’un fromage de Meursault, d’un château portant le même nom ou encore d’un personnage d’Albert Camus étranger à lui-même.
.
Elle propose d’épicer tout le bazar d’une opiacerie variée consistant à fumer les mots suivants dans le texte :
7 mots – ou leurs variantes – sont à introduire : phrénologie / porcelaine / chute / microscope / inondation / corde – and last, but not least – pangolin.

Bien entendu, nous sommes tous libres de choisir une forme.
Haïku, poème, prose, courts ou longs.
.
Le violon d’un fait divers extraordinaire m’a proposé ses quatre cordes.
J’ose espérer que mes canards de violoniste débutante ne vous feront pas grincer des oreilles et des dents.
C’est mon challenge du mois.
J’en ai l’archet qui se déhanche un peu et qui déboîte son écriture au son des fusées pyrotechniques grégoriennes. L’effet zeste s’acidule d’une loi rafraîchissante, celle d’une réforme du code du détectivat gouvernemental sous-couvert d’une coupe de ballon frais servi sur un plateau tout terrain.
Je vous laisse découvrir ce que la pipe stupéfiante de l’agenda de juillet 2018 a dicté à mes dix doigts.


14 juillet 00h00mn00s
.
C’est la centrale de mesure du temps qui lança l’alarme la première, tous les calendriers avaient basculé brutalement du 14 juillet au 25 décembre. La nouvelle date figurait déjà sur tous les journaux, le réseau informatique, les horloges solaires, les montres de plongée sous-marines, les autres ainsi que les agendas et calendriers postaux du monde entier dans le monde.
.
Cette fois-ci s’en était trop ! Le monde dans le monde entier s’était élevé contre presque six mois de décalage, toute la presse était en effervescence, on entendait les rotors des hélicoptères gronder au dessus des toits de Paris, des autres grandes villes sans doute aussi, le petit bout de la lorgnette étant Paris dans l’histoire ci-citée, je ne citerai qu’elle. Le Vatican avait dépêché Monseigneur l’évêque Antoine de Bouchitey afin de confronter les archives romanes calendaires et l’actualité.
.
Monseigneur A. de B. descendit de la longue limousine blanche dix huit roues devant les caméras rassemblées à l’occasion de son arrivée. Une petite femme brune d’environ 45 ans lui tendit un micro tout en le suivant de très près, elle portait un épais chandail à col roulé malgré la chaleur caniculaire :
– Monseigneur, qu’adviendra-t-il du monde si les grandes fêtes de l’année se déplacent comme celle-ci ?
L’évêque resserra son écharpe et toussota légèrement.
– Nous allons ouvrir une enquête, et les meilleurs détectives vont être invités à travailler sur l’énigme. Pour l’instant, aucune hypothèse ne dépassera le cadre de la recherche, nous en faisons le serment. La psychose populaire est déjà bien avancée, nous n’allons pas en rajouter une tartine. Si vous le permettez, j’aimerais avancer et rejoindre l’Elysée où le gouvernement m’attend.
On a du taf, vous comprenez ?
– Par quelles questions le gouvernement compte-t-il commencer les recherches ?
– Ce sera ma dernière réponse. Nous commencerons probablement par la question de l’habillement ! Allons-nous l’adapter à la saison ou aux températures ? Puis celui de la durée des vacances scolaires. S’agira-t-il de les réduire de neuf à deux semaines ? Nous allons aussi faire appel aux différents services de la météo. Il leur est peut-être possible de réajuster les températures en fonction des dates, nous n’avons qui sait peut-être pas encore exploré toutes les dimensions. Nous venons de passer du 14 juillet à 00h00mn00s au 25 décembre même heure dans tous les endroits du fuseau horaire mondial, il y a vraiment de quoi frissonner. Si vous voyez d’autres solutions, écrivez à Cruci-fiction.com, qui collecte toutes les hypothèses et idées d’adaptation.
.
Les grandes grilles du palais se refermèrent sur lui et les journalistes s’empressèrent de se disperser pour rejoindre les presses où seraient imprimés tout à l’heure les journaux de ce soir.
.
Monseigneur A. de B. fut accueilli par l’assemblée des ministres dont l’air sinistre soufflait une atmosphère glaciale. Le président, absent pour cause d’absentéisme les rejoindrait plus tard. Un sapin décoré de guirlandes clignotantes et multicolores siégeait au centre de l’immense table. Les treize desserts se gelaient les coupes garnies sur le même plateau de la même immense table. Une hotte en osier remplie de pommes de pin était posée sur le fauteuil du chef d’état.
.
La ministre de la météo vint à sa rencontre. Devant le regard étonné de l’archevêque elle montra du doigt la hotte tout en lui expliquant que les pommes de pin sont porteuses des éléments de reproduction que sont les pignons, et que la hotte est placée sur le siège présidentiel pour qu’en son absence, les éléments constitutifs du gouvernement n’oublient pas de reproduire les rouages de la pensée dentée de l’oligarque.
– Pourquoi ne pas l’avoir recouvert de la pèlerine rouge ?
– Il est trop jeune. Sa barbe n’est pas encore blanche.
Le ministre des feux d’artifice s’interposa.
– Il n’y a pas un instant à perdre ! Qu’est-ce que je fais, moi, avec tous ces spectacles en rade ?
– Vous avez prévu la bouffe ? j’ai la dalle. Demanda A. de B.
La ministre de l’à-propos s’interposa.
– C’est la rade de Brest ?
– C’est la rade la Pâquerette !
Les ministres pouffèrent de rire.
– Mais qu’y sont bêtes !
– Avec ce temps, je me disais que nous devrions lancer la mode des maillots de bain en laine. Ça marie élégamment le temps caniculaire à celui plus floconneux d’un Noël aux tisons.
– Je lancerais bien la mode du maillot de bain en porcelaine, lança d’un ton badin le ministre du plongeon au plongeoir.
La ministre des accidents domestiques le fusilla du regard.
– Et puis quoi encore ! Vous voulez nous les casser menu menu ou quoi ?
– Pfff ! J’déconne madame brûlure du premier degré, la chute risquerait d’en faire une mosaïque, on pourrait en faire une science, un peu comme la phrénologie avec la forme du crâne, pour lire l’avenir dans les tesselles des maillots…
– Franchement, mon cher, franchement !
– Ça vous la coupe, hein ! Rajouta-t-il grassement d’un ton goguenard.
– La chique ? C’est d’un chic ! Soyez donc rassuré car pour la brûlure, je préconise au vingt cinquième degré la pommade radicale, celle qui s’enduit par induction et apaise définitivement l’idée même de brûlure à tous les étages du degré. Soyons fous.
– Ça, pour l’être, hum, je ne comprends rien à ce que vous me dites…
– Et vlan, pour une brûlure au premier degré, une couche épaisse de sécurité ! Je n’ai pas eu mon diplôme de ministre dans une pochette de paic surprise pour rien, non mais !
– Et pour revenir au menu, y-a-t-il un ministre de la composition du repas dans l’assemblée ?
– Y’a des pignons mais y faut les éplucher !
– Ne va donc pas manger le pain pignon du président, toi… Il va pas aimer, mais alors, pas du tout ! C’est pas Jésus le gugusse.
– Tsss, tssst, vous pourriez respecter un peu le clergé les gars !
– Ça va, j’ai les archives, et je sais lire ! Mais j’ai faim, et quand j’ai faim, je ne sais plus réfléchir correctement. On s’y mets ?
– Vous préférez quoi, une croustade de pain béni ou un gigot d’agneau lié à la sauce saigneur ?
– Une madeleine farcie aux pruneaux suffira, merci !
Là-dessus, le pangolin de la porte d’entrée se mit à tinter.
– Ah ! Ce n’est pas trop tôt ! Voici notre détective et son co-accolyte !
Le ministre de la croustade se coiffa d’une belle miche tout en se dirigeant vers la porte. Le microscope suspendu au coin de l’angle mort pointait vers lui son œil de verre tout en le suivant de son regard catadioptrique.
Watson et Holmes entrèrent, saluèrent d’un mouvement d’optique à l’emporte-louche l’assemblée du gouvernement puis vinrent s’asseoir à côté de Monseigneur l’Arche sur invitation de ce dernier.
Une jeune secrétaire déposa devant eux un épais dossier.
– C’est la première fois que vous nous faites l’honneur de vous intéresser à une affaire d’état, et nous vous en remercions. Le président me charge de vous transmettre toute notre gratitude. Sur ces mots, elle leur tendit un plateau aqueux où gisait une forme lumineuse.
– Sherlock, que diriez-vous de ce présent ? L’interpella d’un ton sec le docteur Watson.
– John, il demande ingénue flexion. Monseigneur, permettez que je le détaille à la loupe.
– Je vous en prie, réfléchissez. Je vous prête mon intention monoculaire intérieure si vous en avez besoin. Elle est dotée de lentilles coniques, dix fois plus puissantes que votre machin, là. Répondit l’Arche A de B, la vèque en Berne.
– Merci Monseigneur, mais la loupe, mais la loupe, la loupe
– Attendez, s’exclama la ministre du souvenir associé librement, ça me rappelle quelque chose, écoutez !

– Vous avez eu une inondation de lune, ma petite dame !
Le ministre de la sauce piquante lui tendit une corde.
– Attrapez-la et ne coulez plus !
– J’ai demandé à la sauce piquante si elle pouvait arrondir les angles, glissa affectueusement le ministre de la douceur à la ministre du souvenir associé librement.
Pendant ce temps, Sherlock, qui observait la gratitude d’un air Sherlocké, au bout d’un moment releva la loupe et s’adressa à Watson.
– Watson ?
– Oui Holmes !
– Vous ne voyez rien de bizarre ?
– Je ne vois rien qui ne le soit pas Sherlock !
– Très bien, alors comment allons nous procéder cette fois ?
– Je ne sais pas.
– Cherchez le détail cohérent et remontez son fil. La dernière fois que nous étions en été date de quand ?
– Hier, 23h59mn59s peu de temps avant aujourd’hui 00h00mn01s !
– Pensez-vous qu’il y ait une transition entre hier et aujourd’hui ?
– Sommes toutes, nous pouvons supposer que le zéro absolu en est une.
– Un zéro absolu qui n’est pas une somme, mais bien un infini, n’est-ce pas ?
– En effet ! C’est à en devenir fou…
– Vous comprenez mieux ce qui s’est passé, ou bien je vous redémontre le raisonnement ?
– Nous avons eu une chance formidable !
– Nous aurions pu ne jamais rattraper ne serait-ce qu’une parcelle du temps d’aujourd’hui. Alors un 25 décembre ou un 14 juillet, au regard de l’éternité, nous l’avons échappé belle.
.
Personne ne vit l’ombre du ministre du théorème binomial anonyme se glisser vers la sortie. Il avait le rictus de celui qui vient de rater son coup.
Holmes soudain leva le nez en l’air et pensa très fort à son pire ennemi, le professeur Moriarty.
– Au fait, on est quel jour aujourd’hui ?
– Nous sommes le jour du théorème binomial anonyme, répondit d’une voix glapissante l’horloge murale en se tordant une corde vocale.
Watson suivit le regard d’Holmes et fut témoin de la chute de voix répercutée au plafond. Le temps allait changer de tonalité, une entorse de la vocalise, encore un coup fumeux du professeur Moriarty, pensa-t-il.
.
L’affaire du déplacement fit grand bruit dans la population ainsi que dans le milieu des chercheurs. La ministre de la sécurité convoqua tous les physiciens pour l’invention et la mise en place des dispositifs de conduction journalière qui permirent de sécuriser le passage d’un jour à un autre sans échappement de quelque nature que ce soit.
.
Le théorème de Moriarty reste à prouver.
.
Une somme allant de zéro à son jumeau désastral fût déposée au greffe des tribunes de la finale gouvernementale afin de garantir l’emploi de la légalité de toutes les fêtes nationales.
.
– Watson ?
– Oui Holmes ?
– Vous ne l’avez pas un peu trop dosée cette pipe d’opiacés ?

– J’allais vous poser la même question mon cher.
.
.
– ça me rappelle quelque chose…
– Ah, ces ministres sinistres !!!
.
.

.
.

Read Full Post »

– « Parce-qu’une lettre sans réponse est une lettre sans réponse, je ne vois qu’une solution, l’écrire ! »
« Ainsi parlait la boite aux lettres jaune aux normes de la poste. »
La boite aux lettres se saisit de la première lettre simple arrivée et lui demanda le plus simplement du monde de l’aider à formuler une réponse simple à la lettre R. pour en valider bonne réception.
Ainsi fut-il !

.
Madame la lettre R. Simple,
.
.
Lettre R Troyes
.
.
Sans qu’aucun accusé de quelque nature que ce soit n’ait été reçu à mon ouverture, je confirme bonne réception de votre sollicitation et c’est avec une profonde sollicitude que je tiens à vous présenter toutes nos excuses les plus sincères. Croyez bien, madame la lettre R. simple, que sans votre timbre, ou même avec, vous avez toute l’importance de notre considération dans la mesure où vous êtes sortie de l’ordinaire en signalant votre singularité. Il va sans dire que ces échanges postaux resteront dans l’histoire de notre évolution toute aussi singulière, c’est-à-dire sous couvert d’enveloppes dûment affranchies dorénavant, ce dont je vous remercie du fond de la boite à courriers.
L’avenir de nos services est à la clef de voûte du contrat de confiance ce que le droit de retrait au guichet est à la liberté d’expression, autant dire, absolument respectée.
De plus, considérant le fait que cette adresse est toute à l’honneur de votre clarté, il me semble raisonnable d’affirmer que le passage du facteur saura restituer la juste place qui revient à votre missive.
Ceci dit, tout R. simple que vous ayez choisi d’être mentionnée, il me semble reconnaître dans votre démarche qualité l’ampleur d’un phénomène jusque là mis sous silence, qui est celui des recommandations sous-couvert de nos intelligence-services. Nous sommes absolument convaincus que notre clientèle jusqu’ici assez peu expresse puisse être dorénavant en état de maintenir un niveau de qualité d’être lettre tout à fait excellente sans pour autant sombrer dans la précipitation de la performance, et tiens à vous remercier personnellement pour cette évolution. Soyons lucides, le refus de l’e-timbre ou ne pas l’e-timbrer ne passera pas par une lettre morte. J’aurais d’ailleurs plutôt envie de dire qu’elle risque de devenir lettre-vie.
Conforme aux attentes sans pour autant être dépourvue d’originalité, la poste reconnaît que le service dont je ne suis que le maillon constant se doit d’assurer autant que faire se peut l’équité tout en laissant à chacun le droit de s’octroyer des prérogatives d’orientation personnelle. Par exemple, je ne passerai pas sous silence qu’à l’époque des fêtes, les enfants de tous les continents sont en mesure d’adresser au père Noël des lettres sans timbres qui seront bien sûr acheminées à destination, tous les facteurs de la création ayant connaissance de l’endroit où crèche un vieux bonhomme à la barbe blanche et au manteau rouge dont les rennes sont en général les premiers heureux de décacheter les commandes toutes informulées soit-elles de la majeure partie d’entre ces lettres, Monsieur Noël, pour ne point le citer, faisant le reste. Il a, soit dit en passant, un traîneau tellement spacieux, que le volume total des présents peut être immense, il occupe le tout. Vous allez me dire, après un agenda de juin aussi contrasté, le tout n’étant pas rien, quoique risquant de l’être, j’hésite à œuvrer au contraire de l’ensemble, ne sachant pas si rien n’est recevable de la commande, ou si au contraire tout l’est. D’ailleurs, je ne suis plus très sûre de bien me faire comprendre, dans la mesure où moi-même je ne suis plus très sûre d’être aussi confuse que tout le début du rien du tout ci-dessus.
Le receveur des postes me demande d’assurer la discrétion, toute la discrétion, rien que la discrétion, dès lors que le destinataire a les moyens de renvoyer l’appareil de l’ascenseur.
Connaissant la simplicité naturelle et spontanée de la lettre R., je vois mal comment elle pourrait s’équiper d’un moteur et d’une cage, toute ascensionnelle soit-elle. Il s’agit d’une cage, tout de même, et les enfermements sont si loin d’être éradiqués !
Affaire réglée, n’en parlons plus. Je vous remercie donc d’avoir signalé cette distorsion afin que notre dépôt soit garanti d’accepter toutes sortes de réclamations dans la plus grande intelligence qui soit.
.
Tampon de la foi faisant poste.
.
Bien à vous.
.
La boite norminée au concours de la Paix des Transports Timbrés. (P.T.T.)
.
.
Boite aux lettres jaune
.
.
.
Lettre enluminée depuis six mille ans
.
.

Read Full Post »

Il arrive que les échanges entre internautes fassent naître des jeux complices.
Lors de commentaires au sujet de la lettre de démission que voici, (à lire ici chez Max-Louis), j’ai eu envie de rebondir sur l’idée d’écrire une lettre à la boite en question.
Voilà qui est fait et qui pourrait bien entrer au parangon des jeux épistolaires les plus loufoques qui soient, j’aime me lancer des fleurs, merci moi-même. Si vous avez envie de vous y essayer, envoyez votre lettre dans la boite, elle vous en sera reconnaissante.
Pour ne pas m’arrêter en si bon chemin, j’ai pensé que cette lettre pourrait bien passer par le relais de l’agenda de juin qui se joue les prolongations jusqu’à ce soir minuit, nous sommes encore ce soir, et encore dimanche 24 juin 2018, c’est tout bon.
Pour tout lire des participations à l’agenda ironique de juin allons voir ici ce que notre animateur paresseux a collecté dans le panier du mois.
.
.
.

.
.
.
Madame la boite aux lettres jaune aux normes de la poste,
.
.
Monsieur Max-Louis, alias Iotop aurait récemment adressé une lettre de démission à cet inconnu de lui-même, que parait-il, vous auriez refusée. Vous auriez prétexté fallacieusement qu’elle était timbrée. La subtilité de la démarche est totalement incompréhensible ! Il me semble que ce refus de votre part dénote affreusement avec la mission dont vous êtes à charge.
Il m’arrive d’imaginer combien il vous en passe, par la tête, de ces lettres adressées, à tant de personnes, sous-couvert d’enveloppes de couleurs et de formats différents.
Mais que vous-est-il donc passé par la tête pour refuser celle-ci ?
Cette lettre, auparavant incluse dans l’alphabet, s’en est trouvée toute décollée.
N’allez pas prétendre que le groupement de lettres restantes vous impressionne par son effet troupeau, toutes aussi fermées l’une que l’autre, pire qu’un pingouin mutique.
Le soleil, qui darde ses rayons sur votre métal, vous aurait fait tourner l’adresse.
Savez-vous, chère Madame la boite aux lettres jaune aux normes de la poste, que si vous étiez en brousse, votre couleur aurait peut-être viré au vert devant l’illogisme de votre refus de coopérer à l’acheminement de cette fameuse lettre timbrée, et que qui sait, la face du monde en aurait été changée. Réfléchissez ! Une lettre de démission qui n’arrive jamais, c’est une intention perdue à jamais pour l’histoire de l’homme. Acheminée, elle aurait été facteur d’une nouvelle orientation de vie. J’ai connu un chercheur qui, un jour d’épuisement, a réussi à perdre ses chaussures, croyant poster une lettre de démission et y glissant malencontreusement ses mocassins. Evidemment, il n’avait plus vraiment toute sa tête ce jour là, mais vous acceptâtes de recevoir son envoi alors même qu’aucune de ses chaussures n’étaient timbrées.
Décidément tout ceci me paraît si incompréhensible que j’ai comme l’impression qu’il me pousse une tentacule d’interrogation sur la tempe droite. Cessez donc de me regarder comme si j’étais devenue chèvre ! Si tel était le cas, je serais pourvue d’une deuxième proéminence identique du côté gauche.
Puis-je vous avouer une chose, la boite ? Tous ces écrits qui vous traversent doivent être si passionnants parfois. L’idée que vous soyez porteuse de tant de missives précieuses m’épate un peu. Non pas que le vecteur par lequel votre point de transit passe soit pivot de la fonction de déplacement, mais bien que c’est de communication dont il s’agit.
Mais que pourrait-on dire de cette dernière ?
La communication passe par des échanges. Les lettres parlent de tout. De la noblesse épistolaire pour les plus traditionnelles aux plus simples rappels de paiement pour les plus financières. Ces échanges d’informations avaient, il me semble, davantage de charme à l’époque des relais postaux. Vous étiez à votre balbutiement, encore dans les limbes de l’invention, que déjà les transports attelés à la tâche acheminaient les transports amoureux des amants séparés. Que de missives amoureusement tournées et parfumées passèrent d’un relais à l’autre sans faillir. La teneur de leurs transports a parfois enchanté des recueils entiers, enluminés d’illustrations précieuses. Que diriez-vous, Madame la boite aux lettre jaune aux normes de la poste, de nous confier certains écrits encore existants et dont la beauté dépasse la fiction par la véracité de son sentiment ?
Et puisque l’authenticité se rapproche de l’intimité, je vous propose de nous en dire un peu plus sur le charme des lettres en nous offrant le meilleur de sa romance sans pour autant sombrer dans son travers ridicule et emphatique.
J’avais envie d’y lire une tendresse inégalée en vos dépôts, que la levée de poste ne saurait effacer.
Vous allez me dire, c’est un peu indiscret comme démarche, ce que je ne saurais nier. C’est que voyez-vous, je suis atteinte d’une déformation assez commune qui s’appelle la curiosité, et que cette déformation m’amène souvent à être dans la recherche de rencontre authentique et personnelle avec autrui. Les amoureux sont les plus propices à se dire de manière intime, et en même temps se dire dans l’intimité demande une confiance éperdument aveugle.

Je pense aussi que l’aveuglement est transitoire, et que passée une bonne dose de confidences, la confiance est apte à s’installer tranquillement devant la maturité et la capacité de recul de chacun.
Il m’arrive même parfois de me dire que rien n’a jamais plus de valeur que celle que chacun d’entre eux lui accorde.
Donc, timbrée ou pas, retirée du pli de l’alphabet ou pas, je vous prie de recevoir dorénavant chaque lettre adressée en bonne et due forme à son ou sa destinataire sans en omettre aucune.
L’omerta de la lettre de démission doit cesser.

Vingt-six-juin le pied de la lettre en pièce jointe.

En vous priant de recevoir toutes mes déclinaisons les plus poétiques.

La lettre de recommandation qui n’accuse personne.

Lettre R. simple

Read Full Post »

Older Posts »