Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Humour’ Category

A la suite d’un commentaire j’ai pont oui-oui dire qu’un pont est invité à passer par patte pour arriver en lysière chez Emilie, c’est-y pas du joli ? Même que par la même occasion le pont-y dessert les Carnetsdudodo ainsi qu’une certaine Anne de Panama perchée ou penchée (voire même pont-chez) sur la question du yogi, c’est selon.
Missionnée par l’encrier pour faire le tour de la question, je m’interroge encore mais je n’ai pas d’opinion. Pour risquer d’en avoir une, (d’opinion), en général, je constitue une grille de critères à mettre dans la balance.
– Détester dé-pont-dre de quiconque, est-ce pour autant une ponstruosité ?
– Qui pont un œuf pont un bœuf. Dissertation à développer architecturalement parlant plus tard.
– Un pont-age est-il chiffrable en termes de temps-ponts ?
– Aucun rapport avec le premier pont venu.
– Une fois les ponts pesés déchaussés, le régime hypont-calorique est établi par pont-phylaxie. (qui c’est celui-là?)

– Les quatre types de pont-ventions sont soit primaires, secondaires, tertiaires ou quaternaires.
– Les cons-ponctionnaires auraient perdu leurs T.
– Dans la pont-xion publique, il paraît que ceux qui arrivent en retard croisent ceux qui partent en avance.
Voilà, j’étais bien avancée. De ponts en ponts, jamais encore je le jure, je n’aurais cru, ça je l’assure, tourner en rond.

Car de quel côté de la balance mettre chaque argument ?

Read Full Post »

La fourmi, ayant sphinxé tout février,
Se trouva fort si fourbue,
Qu’elle eut le cerveau vrillé.
La cigale, d’une danse alertée,
Lui tint à peu près ce parlé :
Voyez l’état du travail salopé,
Quand vos limites vous dépassez !
Si vos efforts sont couronnés,
De vos épuisements surannés,
Allez donc pendre haut et court,
L’évidence de vos désamours.
Courrez vous cloîtrer la curée,
Dans un repos bien mérité.
Et la fourmi fut enfermée,
Dans le plus grand pénitencier,
Que la cigale lui fabriquait.
.
.

sphinx-de-fourmis-et-pyramiding-ant-tales-37920152
.
.

 

Chaque histoire de sphinx est classée sans suite puisqu’elles sont indépendantes les unes des autres.
Voici une version qui, comme l’intuite 1pattedanslencrier dans un commentaire sur la deuxième, correspond à la fin du centre.

Ici, je sphinxthétatise en diable mais rien de satisphinxant.
Ce poème se veut être textuellement le centre historique de la remontée du dernier texte à avoir été écrit jusqu’au premier, en passant donc par : Le dernier, le début du centre dans le sens inverse chronologique, le centre, ci-joint, la fin du centre à suivre et enfin le premier.
Parce qu’un sphinx averti vaut deux saumons, et remonte donc le courant.

Read Full Post »

Monsieur le directeur des ressources des habillés,
.
.

Si je me tourne vers vous aujourd’hui, c’est que vous représentez à mes yeux ma dernière ressource en ce monde libidineux. J’apprends par voie médiatique que vos fans vous ont arraché votre chemise, vous jetant à la rue, et me fais fort auprès de vous de décrier sans modération un tel geste.
Ces journaux sont de vrais torchons, je ne les utiliserais même pas pour faire les poussières.
.
.
3935ea277d8894f2f8e58e9f32a2b0e6-1444051174
.
.
Voyez-vous, si vous choisissez, monsieur le DRH, l’option de mademoiselle Tirma, je vous promets que vous retrouverez votre jolie chemise à boutons de manchette en mieux, et que vous serez beaucoup mieux traité que vous le fûtes par ces vauriens.
Aussi, je me fais une joie de vous rhabiller en me remettant à la machine à coudre afin de vous confectionner cette dernière, et en vous proposant illico un hébergement intemporel chez mademoiselle Tirma qui m’annonce ce matin qu’elle vous a préparé non pas la chambre d’amis, mais bien la sienne propre. Car elle estime que vous méritez bien les meilleurs traitements. J’ai failli dire, parce-que « vous le valez bien ». Elle rajoute en ces termes qu’elle se gardera bien de vous retirer cette nouvelle chemise confectionnée par mes soins mais préférera attendre que ce soit vous qui la retiriez de vous-même. A moins que vous ne lui demandiez spontanément, auquel cas, voyez comment elle envisage de procéder.
Avouez tout de même que tout est dans la façon de s’y prendre…
.
.
Belga_201404140324_39009655
.
.
Monsieur le DRH, j’espère que vous apprécierez qu’elle soit si délicate à votre égard. Il me semble que cette sombre histoire de chemise arrachée se doigt d’être réparée au plus tôt.
Je vous souhaite remis à cet instant de cette péripétie plus que douteuse et vous prie de recevoir, monsieur le DRH, mon plus profond respect ainsi que mes vœux de prompt rétablissement si ce n’est pas le cas.
Votre dévouée.

Angèle de la Pompabougon.

Read Full Post »

Il est farté de mille lumières,
Et ce n’est pas perlinpinpinner que de le dire.
Dans ses yeux clignent des éclairs,
Lamés de joies pour construire l’avenir.
Il a le temps, il prend son temps,
Aussi orange que dans la jungle un orang-outan.
Il est long, le temps,
Le temps de l’œil clair,
Il n’en finit plus le sang,
Le sang du somnifère,
Il se rattrape aux branches douces,
Que lui tendait Marie-Minouche.
Il rêvasse bleu de temps en temps,
Sirote une boisson de marais,
Fait l’étoile sur son grand écran,
Retourne un peu se mettre au frais.
Il écorche jusqu’au souvenir,
Etale un peu les grands draps blancs,
Déclare que le bel avenir,
Sera une baleine d’océan,
Aux fanons blancs en éventail,
Comme au creux d’une rose les pétales.

Read Full Post »

Je m’en vais vous conter une petite histoire. (sulfureux, non ?)

Il était une fois, une fée prénommée Gélusine, bien malheureuse de voir le monde à travers des verres tantôt bueux tantôt opaques. Elle en arriva à un point tel qu’un jour, n’ayant pratiquement plus de couleur dans son champ de vision, elle se décida à consulter le meilleur ophtalmologiste du conté grenadin, que nous nommerons Gustave. Non pas que celui-ci fut un gredin*, oh non, loin sans faux ! (Ceci n’est pas une dénégation !) Mais bien que la grenade est le fruit que Perséphone a impunément goûté, ce qui lui valut la haute distinction de devenir l’épouse du maître des enfers, Pluton en personne, pour ne pas le citer.
Je ferme la parenthèse.
Elle entre donc dans le bureau pour se faire tirer les verres des yeux quand, choc, elle perd brutalement la vue. Le médecin, pas affolé pour un kopek, constatant in situ que sa cliente n’y voyait en effet plus rien, l’opéra promptement et de toute urgence. Pour ce faire, il enfila des gants stériles taille huit et demi, prit une fine et longue aiguille qu’il enfonça habilement dans les iris de la fée, afin qu’elles laissent dorénavant passer la lumière. Du choc, la fée se retint à son bras gauche mais, faisant un malaise ébloui, chuta misérablement au sol majeur.
Gustave tenta vainement de la retenir, mais elle en était devenue si coulante d’effroi que la fée lui glissa des mains comme une savonnette et alla rebondir sous son bureau, découvrant un paysage au final bien plus attrayant que tout ce qu’elle avait pu ne pas voir en couleur jusqu’ici.
C’est que le fameux docteur avait un secret. Il collectionnait les tableaux, et afin de ne pas les quitter des yeux, il les rangeait délicatement sous son bureau pour les garder à vue durant le temps des consultations.
La fée pouvait y voir tant de beauté, qu’elle les discerna malgré la fraîche opération, le manque de cicatrisation mais surtout grâce à la lumière qui, d’obscure il y a peu, en était devenue aveuglante..
Sur l’un d’entre eux se trouvait une grenade.
Elle dégoupilla malencontreusement celle-ci en tentant de l’effleurer d’un doigt léger.
Le fruit, tant gonflé d’une longue, très longue maturition, éclata, aspergeant copieusement le joli petit nez de notre Gélusine, qui eut le malheur de lécher les perles de jus tombant sur ses lèvres.
Elle en mourut sur le champ.
Les elfes du second tableau eurent grand pitié de la fée, et lui injectèrent le contre-sort anti-calcaire, ce qui eut pour effet immédiat de la réanimer vivement.
Elle retrouva ainsi très vite toute son acuité, d’autant que Gustave travaillait en association avec lynx optique, celui qui a les favoris sur le côté !
Amusé comme un toupet courbé, Gustave ne savait plus où donner de la tête.
Cachez-moi ce tableau que je ne saurais voir, criait-il, secrètement ravi de n’être entendu de personne d’autre que de la fée elle-même. Mais sa voix fit par mégarde nombre de ronds dans l’eau, ce qui eu pour effet de noyer le poisson. Je précise que la fée n’est ni une sirène ni une limande, mais big fish en personne.
Cela fit de beaux dégâts. Les voisins, attirés par les ricochets, accoururent pour voir le spectacle.
Les journaux en firent la une le lendemain.
Eddy Merxeinstein était un physicien de renom. Il s’intéressa à la chose et se rendit compte que toute la réussite de l’opération venait du tableau numéro trois non cité. Il reprit les travaux du médecin ophtalmologue et se rendit compte qu’elle (la chose) était non reproductible, hormis pour les originaux, mais d’une technicité très diffusable, ce qui encouragea les autres praticiens à suivre le mouvement.
Depuis ce jour, Gélusine fait éclater régulièrement des grenades sur le tableau. Elle ne craint plus la mort, puisqu’elle est définitivement vaccinée. Gustave garda le toupet droit sur la tête ainsi que le Courbet.
Sa clientèle afflue maintenant du monde entier pour les opérations les plus complexes.
Sa renommée avait pris naissance sur un curieux mélange de couleurs primordiales aux tableaux secrets dont il ne divulguera jamais la recette.
L’histoire en étonnera plus d’un. D’aucuns penseront que c’est une fable, pourtant c’est bien la vérité. Bien que l’on sache tous très bien qu’au fond, on sait qu’on ne sait jamais.
*https://fr.wikipedia.org/wiki/Gredin

Read Full Post »

St Patrobas, pompier : 00h00 flambante !

Ici Kap’tain Amérika ! Les conteurs parlent aux conteurs !
Les citrouilles sont crues !
Les crapauds sont cois !
Et les princesses sont fées !
Découpez-moi tout ça tout d’suite ! Pour en faire un catalogue…

Sur cette proposition de la citrouille et son cavalier de tous les dangers, tel Sleepy Hollow, cavalier en non-tête s’élance sur le concours d’Août de l’agenda ironique par l’intermédiaire de canal bougon sur wordpress.hertz.com, qui nous avait proposé ceci le 15 Tatane (du calendrier pataphysique d’Alfred Jarry) à 27h72 précise, exactement le jour de la saint Samson pour ne point le citer :

https://jobougon.wordpress.com/2015/07/28/concours-agenda-ironique-daout-dissequer-la-grenouille-ou-la-citrouille/#comment-6276

Vous avez été nombreux à répondre à l’appel du sommet de rieurs.
Aux urnes, citoyens conteurs, maintenant !
Vous ne croyez tout d’même pas que vous allez non-faire encore longtemps puisqu’il reste tout à faire, lire, relire, élire, et continuer le délicieux délire, tranquillement, chacun à son rythme d’onde.

Reste plus qu’à voter « LE » texte,
Ce qui ne va pas être simple, j’en conviens, vu la qualité des citrouilles cette année.
Pour ce tableau de vote, choix multiple autorisé jusqu’à trois.
Et puis pour le vote, c’est :
1 : Que quand, du 17 au 26 août inclus pour déterminer les nominés ;
2 : Qui, résultats édités le 27.
3 : Pourquoi ? Sait-on jamais… Peut-être pour continuer l’agenda ironique et qui sait, organiser celui de septembre ? 😉 😀
D’après un com répondu à monesille, CF plus bas.
,
,
,


,
,
,

Pour le fun, vous avez encore une chance d’être l’ELU après la mi-août, les retardataires peuvent se signaler ici et entrer à la cour des non-contes.

Les deux textes non-retardataires à nominer d’office sont :
– 1 : Pour la qualité d’enquêteur qui n’est plus à prouver.
https://1pattedanslencrier.wordpress.com/2015/08/07/on-aurait-retrouve-des-extraits-du-manuscrit-anthologie-dramatique-des-catastrophes-ferroviaires-du-pakistan-sud-oriental-2eme-volume-par-un-eminent-chercheur-inconnu/
 – 2 : Et pour sa logique imparable.
https://1pattedanslencrier.wordpress.com/2015/08/08/a-la-recherche-du-1er-chapitre-de-guerre-et-paix-egare/
On savait qu’on pouvait compter sur sa discrétion et sa loyauté.
,
,
,


,
,
,

Hip Hip Hip Mais Houlala Youpis Youpis ! Ehhhh Ouiiii ! Il faut élire l’ELU nominé qui organisera le concours de l’agenda ironique le mois prochain.
Comme vous avez plein de bonnes zidées, sur les bonnes zondes de WordPress ou autres lieux mystérieux, vous allez vous jeter sur les boutons du tableau « qui veut gagner des zidées » dans « c’est ton dernier mot Kermit ? » pour désigner celui ou celle qui prendra la relève, et j’espère bien que vous allez gagner… bonne gymnastique de l’index !
Statler et Waldorf au balcon sont priés de faire moins de bruit en commentant SVP !

,
,
,


.
.
.
Et puis bien sûr que le meilleur d’entre les meilleurs gagne, enfin, comme nous l’a dit « chat« , qui m’a passé le relais dans le concours de juillet, il en faut un ou une, mais tous sont tellement tous bons, que si jamais tout le monde gagne, il ne nous faudra pas un seul remonteur de temps mais bien des milliers !!! Où est la fabrique ?
Sinon :
Bonne pioche, jardinez bien les votes, et rendez-vous le 27 Août pour connaître le jardinier gagnant.
Greffons du rêve à n’en plus finir !
.
.
.
83226d7c.
.
.
01 Franquin Gaston Lagaffe

Les liens

 

– 1 : Premier participant : Un certain chat qui écrit plus vite que la lumière et qui vient donc de traverser le mur du Samson le jour même. Félicitations à ce premier texte qui va donner des coups de soleil tellement il est brillant.
Le prince qui en avait trop LU
https://1pattedanslencrier.wordpress.com/2015/07/28/concours-agenda-ironique-daout-dissequer-la-citrouille-ou-la-grenouille/#comment-748

– 2 : Avec sa suite ! C’est qu’elle est pleine de rebondissements l’histoire de Monsieur Patte ! Jusqu’où ce merveilleux « conte de fée marraine psy interprète des ronds dans l’eau » va-t-il rebondir ? l’auteur lui-même se pose la question !
Un Prince à la BN
https://1pattedanslencrier.wordpress.com/2015/08/05/concours-agenda-ironique-daout-2e-session/

– 3 : Et sa re-suite. Cette fois le créateur du LU/BN ne se refuse rien. Il se rend à la cantine avec toute la courtoisie un peu gauche du bouillon de onze heure. Une série à ne pas manquer, courez viiiiite lire l’épisode 3 chez Monsieur patte.
Jamais 2 p’tits cochons sans trois
https://1pattedanslencrier.wordpress.com/2015/08/07/concours-agenda-ironique-daout-jamais-2-ptits-cochons-sans-trois/

– 4 : Deuxième édition, votre servitrice : Qui ne raterait la vitesse du mur Samson du jour pour rien au monde…
C’est quoi cette coccinelle ?
https://jobougon.wordpress.com/2015/07/28/concours-agenda-ironique-daout-dissequer-la-grenouille-ou-la-citrouille-cest-quoi-cette-coccinelle/

– 5 : Monesille nous a concocté une petite poèmenade sur papier vélin à dos de fée bleue, une petite merveille onomatopique avec des #, des @, des ù hautement qualifiés sur le mur de Samson. Voici le lien :
La fée bleue
https://monesille.wordpress.com/2015/08/01/agenda-ironique-du-mois-daout-la-fee-bleue/comment-page-1/#comment-897

– 6 : Et puis l’inimaginable arrive encore à s’imaginer, la suite de la fée bleue vient défrayer la chronique, elle part en pleine bagarre contre les ramures moyenâgeuses, voyez plutôt, ruez-vous par là pour n’en rien rater.
la bagarre de la fée bleue.
https://monesille.wordpress.com/2015/08/08/lagenda-ironique-daout-la-bagarre-de-la-fee-bleue/comment-page-1/#comment-931

– 7 : Anne de Louvain-La-Neuve nous emmène en pleine téléréalité avec une écriture chiche-kébienne toute ironique, digne des agendas les plus élevés sur l’échelle de la monarchie épeda-ikéalienne, un pur régal surréaliste.
Les princesses et le petit pois chiche Kebab
https://annedenisdelln.wordpress.com/2015/08/03/les-princesses-et-le-petit-pois-chiche-kebab/comment-page-1/#comment-277

– 8 : La goutte au nez, Martine se lance dans l’écriture mi-aoûtienne sans hésitation, sans mouchoir et sans reflets traîtres et mensongeorangés, mais avec brio, pétulance et intrépidité.
La grenouille et la citrouille
http://ecriturbulente.com/2015/08/09/concours-agenda-ironique-daout-la-grerouille-et-la-citnouille/comment-page-1/#comment-614

– 9 : Rx Bodo nous sert une souris sur un plateau, rendez-vous sur son blog mais attention, il reste mamie, et pas dans les orties, allez plutôt vous rendre compte par vous-mêmes et bon courage. N’ayez pas froid aux yeux !
L’APPARENCE EST UN PLAT QUI SE MANGE CRU
http://bodoblog.net/2015/08/09/lapparence-est-un-plat-qui-se-mange-cru/comment-page-1/#comment-131

– 10 : Valentyne nous clap clappe une histoire de fées absolument sienne comme elle a le don. Je vous conseille tou’d’même de mesurer vos paroles avec elle, vous comprendrez pourquoi en lisant ça :
La chose à ne pas dire
 https://lajumentverte.wordpress.com/2015/08/10/autopsie-chez-jobougon-et-aujourdhui-la-chose-a-ne-pas-dire-10-aout/comment-page-1/#comment-8751

– 11 : Et puis quand une boite d’allumette rencontre un canard effrangé et qu’en plus ils fichent le feu à la chronique des huppés, alors je m’incline, c’est du grand : Chez Martine27
Fallait lui acheter ses allumettes.
http://moncarnetamalices.eklablog.com/fallait-lui-acheter-ses-allumettes-a118423628

– 12 : Carnetsparesseux double le mur du Samson sans vergogne avec cette vermeilleuse histoire de Nosfera fera, fera-t-y pas la sieste. On s’attendait à tout de lui, on n’avait pas prévu ça. Il a toujours un temps d’avance, celui-là, sous son allure « nonchalante mais ne vous y trompez pas ! »…
Princesse rêve
https://carnetsparesseux.wordpress.com/2015/08/11/princesse-reve/comment-page-1/#comment-2545

– 13 : Celui-là portera bonheur à son auteur, Domicano sort un génie de son chapeau, Nestor en perd son gratin.
Mais voyez plutôt :
Les petits petons de Cendrillon
https://dominiquecanoauteur.wordpress.com/2015/08/12/concours-agenda-ironique-daout-dissequer-la-grenouille-ou-la-citrouille/

– 14 : Et puis comme les citrouilles sont comme les petits pains cette année, parfumées à l’encre de multiplication, carnet nous non-cafte que Caroline D a aussi non-vu une fée à déambulateur, on n’arrête pas le progrès !
Allez lire son commentaire digne du conté des marais pro-croa croa.
Fée déambule en VO
https://carnetsparesseux.wordpress.com/2015/08/09/en-aout-grenouille-ou-citrouille/comment-page-1/#comment-2566

Caroline D n’est pas exactement l’arbre qui cache la forêt mais bien plutôt celui qui la dévoile, son blog est ici :
http://carolinedufour.com

Et puis après tout, pourquoi pas se disait ainsi Madame la fée Caroline de l’est d’Eden, pourquoi pas en faire un post et s’inscrire à ce curieux concours de carrosses grenouilleux de pas-bénitiers mais bien de contes à dormir éveillés sous la pleine plume en compagnie de croassants de lune de tous « poiles ».
La fée déambule en VO sous-titrée
https://sijetaisunarbre.wordpress.com/2015/08/13/reponse-a-un-paresseux/?preview=true&preview_id=44101&preview_nonce=5c382070e0

– 15 : Et comme on n’arrête pas l’progrès, décidément pas ! Voici la fée bleue qui fait encore des siennes, farceuse, moqueuse, colorée comme une pie, Accrochez-vous, elle en a à dire un rayon : Suite de 5 et 6, avec tous ces textes je recule devant l’effort de tout remettre en ordre et à la suite… Païens de tous bord, veuillez me pardonner.
La fée bleue – Un rayon de soleil plus tard
https://monesille.wordpress.com/2015/08/12/lagenda-ironique-la-fee-bleue-un-rayon-de-soleil-plus-tard/

– 16 : Les poissons font à nouveau des ronds dans l’eau, Phèdre tricote de la racine comme jamais, et la fée bleue se conte sur les doigts de son clavier magique. Quel brio-perlipopette pour monesille qui court ventre à terre deux crocs quasi plantés à l’arrière train. La suite des 3 épisodes sus-cité aux 5, 6 et 15 : C’est du XXXXD
Conte pluvieux, conte heureux !
https://monesille.wordpress.com/2015/08/13/agenda-ironique-daout-la-fee-bleue-conte-pluvieux-conte-heureux/

– 17 : Une cerise sur le gâteau avec un conte d’édition sulfureusement vitriolet comme Elsa, « si la dernière minute n’existait pas, quantité de choses ne seraient jamais faites ». Une vraie tuerie mais honni soit qui mal y panse de citrouille, j’adore ce jus pur de crapaud des savanes…
Ire honie à bon compte. [sic]
C’est chez l’ornithorynque, ici :
https://capitainecourageux.wordpress.com/2015/08/15/ire-honie-a-bon-compte-sic-non-texte-ou-le-reglement-de-conte-jeu-agenda-ironique-daout/

– 18 : Il ne manque pas d’clapet Ce Monsieur patte dans l’encre car il nous conconnivence un quatrième épisode mordant où l’ironie douce se conjugue avec le flegme anglais d’une boite tombale muette mais pas trop. Font irruption dans l’ordre d’arrivée : Fée bleue. Carnivore des neiges sanguines, la boite. La suite de « Jamais 2 p’tits cochons sans trois » c’est ici.
Un 4ème vaut c’qu’il vaut, tu l’auras… D’autant qu’une fée bleue me colle au train !!
https://1pattedanslencrier.wordpress.com/2015/08/12/concours-agenda-ironique-daout-un-4eme-vaut-cquil-vaut-tu-lauras-dautant-quune-fee-bleue-me-colle-au-train/

– 19 : La petite fée bleue nous revient un peu tremblante de tant de frayeurs après une course poursuite de vampirette. Heureusement qu’elle a plus d’un tour dans son sac pour s’en remettre et nous émouvoir encore.
monesille nous l’avait annoncé, son histoire aurait cinq doigts de la main, elle nous apporte radieusement haut la main ce cinquième épisode :
Voir 5, 6, 15 et 16 pour les premiers épisodes.
Philoso-fée
https://monesille.wordpress.com/2015/08/16/philoso-fee/comment-page-1/#comment-1028

Read Full Post »

Expressions

Pas de boogie woogie avant de « yeah » faire vos prières du soir « yeah ».
Il est à quelle heure le concert ?
Le flâneur
Je sors sur les pattes extérieures de mon appartement
A l’est du balcon, la terrasse est un peu à l’ouest

Lire de travers

Read Full Post »

Older Posts »