Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for novembre 2011

L’orage

Il gronde sourdement, sous les mots
Il avance, se ramasse, se fait beau
Et puis soudain l’éclair
Comme un silence, un vide, une absence
La pluie tombe doucement,
En grosses gouttes ramassées
La bombe
L’éclatement
La lumière blanche
Déflagration
Assourdissante
Et puis le vent
Fou
Qui jette sa bourrasque violente
Trombes d’eau en liberté
Qui coulent
Roulent
Dévalent
Arrachent sur leurs passages les vieux arbres secs
Et puis encore l’éclair blanc
Blafard
Sur un paysage ébloui
Sidéré
Parce-que c’est la seule vérité,
La seule façon d’avancer,
Attendre que le ciel se soit vidé
Et puis respirer à nouveau…

Read Full Post »

La voie

Ce qui nous porte est si fort
La voie s’ouvre sans efforts
Nous allons détendus
Vers la vague aperçue

Tu me donne ton âme
Et je t’offre la mienne
Dans la joie diluvienne
Qui vraiment est si rare

Aisée comme l’amour
Qui s’offre sans détours
Facile comme le connu
Pourtant si peu vécue

Ainsi découlent les jours
Aux bien troublants contours
A aller bien plus loin
Dans l’amour de demain

Nous avons les outils
Dignes de nos paradis
Et allons tous les deux
Vers des jours plus heureux

Le regard en confiance
Nous pouvons sans défiance
Broder de belles histoires
Et œuvrer vers la gloire

Ainsi tu es venu
Et je t’ai reconnu
La vie qui nous promet
Continue à donner

De ces si beaux instants
Partagés en vivant
Où naquit toute la paix
Qui nourrit nos idées.

Read Full Post »

Le portoloin

Une suite logique
N’est pathétique
Que si la suite
N’est qu’une fuite

Et puis demain
Si tu veux bien
Allons enfin
Vers nos voisins

Les jours les heures
Sont du bonheur
Si tu n’as peur
De tes humeurs

J’aimerais tant
Que le printemps
Ouvre ses pans
Sans faire semblant

J’ai dans mon jeu
Un petit peu
D’un roi heureux
D’être amoureux

J’ai dans ma hotte
Une grande botte
Qui fait en sorte
D’être une porte

Une porte si loin
De tous chagrins
Qu’elle porte bien
L’art des destins

Pleins de présents
Cueillis dedans
Comme dans un champ
De coton blanc

Dans la magie
D’aimer ainsi
C’est paradis
Qui nous sourit

Ouvre les bras
Pas de dégâts
Juste être là
Et goûter ça.

Read Full Post »

Les mots nous sont si nécessaires
Un peu comme une grande bouffée d’air
Qui rentrerait dans nos poumons
Des mots qui se coucheraient en rond
A ronronner dans les foyers
En jolis chats de cheminées
Tressautant dans des songes étranges
En rêvant que le monde change
Et puis ces mots qui vivent leur vie
Chemineraient sans faire de plis
Dans les étoffes, dans les soieries
Atteignant les cœurs éblouis
Tu conduis un âne au meunier
Et la farine au boulanger
Et le pain frais parfume si fort
Qu’aussi loin que soient nos décors
C’est l’odeur de saveurs musquées
Qui viendrait chatouiller mon nez
Dans une grande bouffée d’oxygène
Où ton sourire me guide sans gène.

Read Full Post »

Celui que l’on n’attend plus arrive un jour
Il est là, s’approche, vous dit bonjour
Il ne sait pas encore qu’on ne l’attendait plus
Mais il connaît tellement l’espoir déçu
Que cette fois il ne fera pas de grands rêves
Mais demandera peut-être juste la trêve
Que tout ceci s’arrête car la vie n’en peut plus
De se défaire encore et encore un peu plus
D’effilocher les heures et trainer dans les gonds
Grinçants, couinant, décousus pour de bon
Les vagues bleues de l’âme s’élèvent sous les regards
Les paupières mi-closes tu observes ses retards
Et maintenant tu sais, tu as vu ce qui est
Et si tu veux pleurer, il est temps car c’est fait
Elle est venue chercher son homme, son amour de toujours
Et il laisse faire que sonne, l’espoir des fous d’amour
Mais l’espace bleui ne sait plus vraiment lire
Ce qui était venu pour creuser et s’inscrire
Dans les tranchées avides de ces peaux basanées
Elle avait pressenti la fracture et l’inné
Pendant qu’un autre arrive, tout aussi doucement
Esquive dans la dérive, les coups de chapeau blanc
Propose très simplement le partage aux temps libres
D’aller se visionner une toile sur ce qui vibre
Des cœurs un peu usés, aux tranches un peu dorées
Voici qu’il ouvre enfin l’ouvrage qu’il voulait édifier.

Read Full Post »

Odorat

L’aile du nez du muet ivre
Refuserait de se faire vivre
Aurait sans doute une fonction
A remplir avant la question

La patience est un bel ouvrage
Qui demanderait du courage
A s’acheminer doucement
Dans une direction autrement

Le maître du jeu décide
De ce qui doit se faire avide
Pour mieux amener le sujet
A aller vers se dépasser

Pour faire la réalisation
Des chemins de vie en passion
Et mieux se vivre dans un couple
Qui n’aurait pas le vent en poupe

S’il n’avait pas dans son giron
Un poulpe gonflé d’affection
Celui-ci demande à œuvrer
Vers de plus amples destinées.

Read Full Post »

La cage

L’oiseau sur la cage
La cage sur une branche
L’oiseau n’est pas sage
La branche en revanche
Réfléchit l’orage
L’orage de la danse
Sans doute un présage
Comme l’est l’évidence.

Read Full Post »

Older Posts »