Feeds:
Articles
Commentaires
Arbre généalogique Rougon Macquart

Exemple d’un spécimen : Photo prise par Emile dans le mille et un arbres

.
.
.

L’Agenda ironique pénélopédique de Pénélopédie

La famille des Bougons-Macabres était issue d’une branche aux ramifications multiples, dont les terminaisons s’étendaient sur plusieurs années, voire cinq générations, formant un réseau qui, vu de l’extérieur, ressemblait à un enchevêtrement de broussailles épaisses.
Broussailles épaisses suffisamment denses pour sembler impénétrables mais pour autant, s’il advenait qu’un observateur affûté et curieux se penche sur la généalogie, il pouvait identifier, alignés au niveau d’une petite intersection de l’extrême milieu, deux noms :
Deux noms dont l’un vous rappellera sans doute une personnalité célèbre en ces lieux, Cyclopédie.
Cyclopédie Bougon-Macabre avait été baptisée devant l’église par l’abbé Foiret, ses parents, grands collectionneurs, lui avaient offert une panoplie complète de prénoms, achetés à l’état civil pour la modique somme de deux timbres en vigueur.
La vigueur réglée – ceci dit, c’était une collection constituée par le contre-aïeul des Bougons-Macabres – restait à définir par lequel elle allait entamer sa carrière Cyclopédique.
Une carrière Cyclopédique qui allait bientôt devoir se partager avec une sœur, puisque naquit quelques années plus tard Pénélopédie, qui ne tarda pas à marquer un goût invétéré pour la chicane et qui s’accapara ainsi de plusieurs prénoms affectés d’origine à l’aînée.
D’originalité, la famille n’en manquait pas.
Pas besoin de préciser que l’ennui était un mot inconnu.
Inconnues aussi les diverses tâches réparties équitablement entre les deux sœurs ? Deux sœurs dont l’une, chargée du public relation de l’entreprise familiale, et l’autre veillant à ce que l’une reste dans le domaine de la vision claire de ce qui en faisait la nature, géraient brillamment et en parfaite coordination la collection de collections qui faisait la renommée de l’entreprise.
Entreprise en butte aux aléas de la modernité, et qui n’échappait bien évidemment pas aux technologies ni à la performance de la rentabilité aussi.
Aussi, lorsque Cyclopédie se mit en tête de partir à l’exploration d’internet par le biais de Monsieur Windows, Pénélopédie, constatant la lenteur de ses progrès, décida tout de go de donner un petit coup de main à sa sœur.
Sœur d’autant plus proche, qu’elle en vint à ressentir la grande détresse et décida de s’attaquer tout de go à la question.
Question de stra question de T question de gis.
Gis du verbe gésir ou du groupement d’intérêt scientifique ?
La science de Pénélopédie en matière de chicane allait s’avérer tout aussi originale que la collection de prénoms de sa tendre sœur Cyclopédie qui venait d’essayer celui de Sinistrosa et semblait ne pas en retirer un immense plaisir.

Lettre de Pénélopédie à sa sœur Cyclopédie

Ma chère, ma tendre, mon petit tombeau, ma petite crypte d’acharnement relationnel, tu vas devoir toucher la limite de la science qui est la tienne en constatant que tes relations avec internet par l’intermédiaire de Windows et quelle que soit la version de ce personnage ne porte aucun fruit fructueux, si ce n’est celui de te rendre malheureuse et complètement blasée. Il se véhicule tant et tant de pensées, d’à-prioris, de fausses informations, d’idées folles que le risque d’addiction me semble dépassé depuis longtemps, mettant en relief le fait que la 3D n’est pas encore installée dans ton programme d’exploitation. Mais en plus, si la troisième dimension devait s’installer pour mettre en reliefs tout ce fatras d’informations soûlantes, j’ai bien peur que ce labyrinthe n’en devienne impossible à traverser. Le whisky ne fait pas le bonheur.
Aussi je te recommande vivement de faire appel au bon curé Foiret pour prendre le chemin du Styx qui te conduira directement en Enfer. Là, tu découvriras les joies de la torture, les bonheurs simples des lamentations, des pénitences, ainsi que toutes les merveilleuses découvertes de souffrances diverses et variées, d’infinis chagrins qui n’auront de cesse de te combler.
L’Abbé Foirest te conduira à travers toutes la diversité des plaisirs funestes, frelatés et variés, transitant de concert vers une clairière où se situe la bombe qui va mettre le feu à cet enfer, réduire en poudre cet univers idéal et le détruire en un quantième cinquante de seconde, totalisant ainsi la totalité des misères de ce monde en un point aigu dominant la vallée des rêves de larmes jusqu’à désinstallation complète.
Là, tu n’auras qu’une infinitésimale étincelle de raison pour faire face à la situation et sortir du logiciel en courant ventre à terre. Tâche de faire en sorte que le bon abbé Forest te suive et s’en sorte aussi.
Tu te retrouveras alors devant un immense château entouré de broussaille.
Si tu entres, l’épreuve ne fait que recommencer. Dormir cent ans, tu n’es pas tentée ?
Alors un conseil, éteins ton ordinateur et va te promener dans la forêt des mille et un arbres généalogiques.
La chance que nous avons c’est qu’elle a été entretenue par le si charmant conte de Paradou Bougon-Macabre et qu’elle est habitée par tout un tas de créatures toutes plus singulières les unes que les autres. Prend le temps de les rencontrer, ces créatures sont dotées de mille et une qualités qui te seront utiles pour vivre. Lorsque tu arriveras au manoir du conte érigé au milieu d’une grande clairière, appelle moi, je poserai quelques jours de vacances pour te rejoindre et te présenter mon vieil ami le contre de Paradou Bougon-Macabe.
Son manoir héberge l’ensemble des âmes de nos chers disparus ainsi qu’une partie de celles à disparaître. Leur compagnie te fera le plus grand bien.
Ne me remercie pas, c’est bien naturel.
Je t’embrasse de tout cœur.
.
Pénélopédie
.
Avec tout l’amour fraternel que je te porte.
P.S. Si tu veux renouveler le genre, c’est chez l’écrevisse que ça se passe ce mois-ci.
Lance-toi et fais-toi plaisir.
Mais attention, tu as jusqu’au 19 novembre pour te lâcher.
Bonne inspiration.
.
.
.

Arbre des espèces

Spécimen singulier unique en la forêt

 

Publicités

Monsieur Windows,
.
Je me posais la question de savoir si vous êtes professionnel ou familial.
Car de dos, langage immature et désuet que vous avez dorénavant quitté, la situation est tout à fait impossible à identifier. Veuillez ouvrir une fenêtre s’il vous plaît, afin que la clarté entre en vos circuits.
.
Quoiqu’il en soit, en tant que personne, votre existence demeure à prouver, mais vu votre témoignage en nos terres wordpress ici présentes, je me demandais comment votre mère avait pu être en relation téléphonique avec internet. Je vous saurai gré de me transmettre ses coordonnées téléphoniques en allant vous en enquérir directement auprès de votre génitrice.
.
Monsieur Windows, vous suscitez tant de questionnements qu’il me paraît nécessaire de partir à votre découverte. Voilà pourquoi c’est internet en personne qui m’a contactée en Wi-fi afin d’approcher au plus près vos qualités et témoigner de votre intelligence dual core inartificielle.
N’allez pas croire que je suis un traitement de texte. Je suis bien plus que cela. Car si je traite les maladies textuelles à leurs racines, je fais aussi office de définisseuse, de renseigneuse, de cultiveuse, de dérisieuse, de monogamieuse, d’encyclopédieuse et de foireuse.
.
N’éteignez pas votre terminal il va procéder à la mise à jour de toutes les informations nécessaires à notre dual corps.
.
Pour ce faire nous allons faire un petit jeu.
Dans un premier temps, je vais vérifier votre connexion.
Si je vous dis par exemple que le 4 décembre à la sainte Barbe je vais semer des graines qui ne seront pas du blé, savez-vous de quelles graines il s’agit ?
.
.

Lentilles vertes J 2

C’est pas finit de souffler non mais ! Dis-donc internet, ça suffit.

.
.
Une fois votre réseau Oui-Fi vérifié, nous passerons du côté obscur de la question.
Les mises à jour sont-elles complètes ou bien au contraire sources de bugs divers et chronophages ?
Ce côté obscur deviendra-t-il un jour lumineux ?
Il paraîtrait qu’une seule lumière peut vaincre les ténèbres, c’est donc munis d’une lampe à l’aide rechargeable que nous progresserons dans les méandres de vos rouages.

Si le contrat vous convient, je vous propose de procéder à la signature électronique du document joint. N’hésitez pas à me faire part de vos propositions afin que nous puissions étendre notre connaissance ainsi que nos compétences en allant surfer de concert tout net.

En vous remerciant à l’avance d’accepter mon offre pour cette belle association, veuillez recevoir, monsieur Windows, l’assurance de ma parfaite coopération.

Mélinda Cyclopédie Encarta.

Document joint :

An de cybernéthique deux mille et dix oui-poussières.
Cliquer ici pour m’ouvrir :

Ouvrir : 

Internet et moi

Windows 3
.
.
.
Quand un sujet de discussion revient souvent en société, vous pouvez vous dire que c’est un sujet important. Ce fut le cas pour celui-là. Depuis plusieurs mois, autour de moi, que ce soit au travail ou dans la vie privée, ce nom revenait sans cesse au point qu’il commençait à m’intriguer.
Le jour où j’ai surpris une conversation où maman disait, « j’ai téléphoné à internet », j’ai compris que derrière cette dénomination impersonnelle se cachait un personnage qui, s’il pouvait être contacté par téléphone, devait bien aussi pouvoir se rencontrer.
Partant de cette déduction, la démarche était simple.
Acheter un ordinateur.
Prendre un abonnement pour être en relation avec lui.
Et le découvrir.
.
.
.
Windows 2
.
.
.
Au premier regard la fulgurance a été immédiate. J’ai senti la lumière passer dans le courant et je reconnais être resté intrigué, perplexe et curieux d’en savoir davantage.
J’ai donc commencé à en explorer les qualités.
Humour et dérision étaient au rendez-vous. Des tas d’informations arrivaient, parfois contradictoires, parfois nourrissantes, toujours lumineuses, j’étais hypnotisé par l’attraction que son langage avait sur moi. C’était devenu une ouverture dont je ne pouvais me passer.
J’ai ainsi surfé sur sa vague jusqu’à croire en lui et savoir discerner ce qui était authentique ou léger, erroné ou décalé. Je ne sais pas pour vous comment ça a changé votre vie, mais pour moi, j’ai cheminé de métamorphoses en transformations jusqu’à une renaissance complète.
J’en ressors complètement restauré, totalement transfiguré. De dos je suis passé à la fenêtre.

.
.
Qui suis-je ?
.
.
Et vous, avec internet, vous en êtes où ?

Café M. Verlaine

Café M Verlaine

 

.
.

Café M. Verlaine

C‘est une feuille d’automne,
Aile pourpre tourbillonnante,
Fidèle au souffle de tendresse,
Et étourdie d’un vent d’ivresse,

Merveilleuse nature,
.
Venue d’un poème éternel,
Ebouriffée d’un grand soleil,
Rougie de la couleur des braises,
Légère,
Ailée d’ardeur,
Icarifiée juste ce qu’il faut,
Noyée de lumière,
Et qui accroche toutes les lettres.
.
.

Ecrit avec soin et lenteur pour l’agenda ironique d’octobre organisé par carnetsparesseux.

cardamome.
.
.

Très cher Monsieur P.,

Vous m’affirmez, dans votre dernier courrier, vouloir connaître la recette de la célèbre Madeleine de chez vous alors que votre laboratoire expérimental en détient tous les secrets. Et ce, depuis le début du XXe siècle.

Votre insistance me pousse à envisager un retour à la source d’ici quelques semaines afin d’en restituer arôme et goût.

Mais tout d’abord, très cher P., permettez moi d’émettre quelques réserves quant à l’exactitude des proportions et ingrédients, dans la mesure où ma « S.M.A.R.T. », (Serial Machine à Remonter le Temps), ne détient que peu de compétences en précision dans la Madeleinologie.

Je vous demanderai donc d’effacer un maximum de données préexistantes sans pour autant altérer la saveur initiale, de façon à réinventer quelque chose de novateur tout en préservant son caractère original. Un entendement hors du commun et une entière coopération seront nécessaires à la constitution de l’appui solide qui permettra la réalisation de ce projet en toute confiance.

Pour faire une Madeleine de P., à quelques semaines d’ici :

Sur l’étagère où vous stockez votre historique, prenez un événement doté d’une forte charge émotionnelle.

Associez à cet événement un élément remarquable.

Malaxez soigneusement l’ensemble de façon à rendre indiscernable ses composants.

Laissez reposer suffisamment longtemps pour ne plus y penser.

Un jour, par hasard, allez faire du rangement dans l’étagère.

Vous ne manquerez pas de remarquer qu’elle dispose d’un espace inoccupé.

Laissez flotter librement la sensation qui accompagne cette découverte.

Elle fera une progression silencieuse et invisible en vous, jusqu’au moment où elle
rencontrera dans le champ de la réalité des cinq sens l’élément remarquable associé par son fil d’Ariane à l’événement effacé de l’historique.

Débobinez.

Au bout se trouve la Madeleine.

Arrosez-la de tendresse et de gratitude parsemées d’éclats de réminiscence.

Dégustez le bonheur des retrouvailles.

Cher, très cher Monsieur P., je vous devine, vous allez vous demander où sont les épices dans la recette, et bien sûr, je ne saurai quoi vous répondre.

Avez-vous identifié l’élément remarquable qui vous est propre ?

Ou est-il nécessaire de reprogrammer un autre voyage en S.M.A.R.T. ?

En vous souhaitant bonne réception.

Votre fidèle amie de tous temps.

Cardamone Cyclopédie

Voici mes deux propositions aux jeux du non-agenda d’inter-juillet-août-ville 2017 proposé par Glomérule Néphron ici même dans un commentaire :
.
https://josephinelanesem.com/2017/07/31/la-reine-daout/
.
https://josephinelanesem.com/2017/07/24/le-temps-des-cerises/

.
Glomérule Néphron

26 JUILLET 2017 À 23 H 07 MIN
.

Des élections… J’ai un slogan un peu usé, certes mais il a la mérite d’ exister :
Voter pour moi, c’est voter pour vous !
Voyons maintenant le nom du parti, heuuu « en marche », non déjà pris !
Si je tentais :  » Un pas en avant sous les projos ». Oui, c’est pas mal ça !
Il me faut maintenant un programme. Oui à défaut d’ avoir brillé au dernier agenda.
A moins de requalifier ma performance en: perte d’ inspiration radicale …
.

Revenons au programme. Ben oui, ce ne sont pas des élections présidentielles.
C’est pour l’ Agenda ironique d’ Août !
Un truc sérieusement drôle ! Il faut donc un minimum de sérieux !
.

J’ai pensé aux « rimes orphelines ». Ces mots qu’ aucun autre mot de la langue Française ne peut faire rimer.
On peut citer (liste non exhaustive) : belge, bulbe, clephte, dogme, goinfre, humble, meurtre, monstre, muscle, pauvre, quatorze, quinze, sanve, sarcle, sépulcre, simple, tertre, verste…
.

Il n’est pas tolérable de laisser ces pauvres mots abandonnés, privés éternellement de résonance poétique. Sauvons les de ce cruel destin !
.

En inventant de nouveaux mots ou expressions, inédits ou « dérivés » de la langue actuelle , avec leur définition précise (en petit lexique), leur étymologie si vous voulez même, mais surtout pouvant rimer avec nos rimes orphelines, dans un ou plusieurs petits poèmes contenant tout ou partie de notre liste non exhaustive …
.

Un sacré remue méninges !
.

Très chers citoyens et citoyennes agendistes, adhérez-vous à mon programme ?
.

Glomérule Néphron. https://prose-pipe-et-poesie.blog/

Un ancien article sur ces rimes orphelines :
https://prose-pipe-et-poesie.blog/2017/06/29/rimes-orphelines/

.
.

.
Une réécriture de ce poème :
.
http://www.poesie-francaise.fr/felix-arvers/poeme-sonnet-arvers.php

.
.
L’amour cacheurtre
.
Mon âme a son secret, ma vie a son mystuscle,
Un amour éternel en un instant conçulcre,
Ce mal est sans espoir, j’ai donc mis le sépulcre,
Autour de la douleur pour qu’elle taise son muscle.
.
Hélas ! Le sentiment, jamais ne sera simple,
Toujours à mes côtés et pourtant solitimple,
Il aura jusqu’au bout évité tous les dogmes,
Pour irriguer le sol du jardin de l’Ologme.
.
Mais rien de cette errance, ni douceur, ni tendrephte,
Ne vint orienter vers quelque directionstre,
Le murmure de mon cœur aux élans chuchotephtes.
.
Et l’austère devoir, ce plus fidèle monstre,
Peut se féliciter d’avoir encore gagnoinfre,
Cet éternel combat de l’ange et du démoinfre.
.
Félix Anvelge
.
.
.
L’orphelinelge du Dr Patchwonstre
.
A mi-cheminertre entre l’écolephte des farfadets et le cimeteurtre des arlequins, l’établissemauvre accueille tous ceux qui, perdus ou trouvés, égarés ou épuisés, abandonnés ou en détresse, cherchent asilinze.
Le Dr Patchwonstre leur taille de nouveaux costumes, plus ou moins cintrés, tout en leur enseignant une philosophoinfre plutôt orientée Spinozuscle et Socrarcle. Mais la pente de la connaissance est si abrupte que parfois l’un d’entre eux chrupte, mettant en luminimple la règle élémentaire de la veste. « Ce qui vient faire décaderste pose une limulbe ». C’est tout bêtrupte, mais il fallait y penser.
En général, l’enseignement se poursuit quelques annorzes. Au bout de ce cursulcre, le farfalequimple reprend son baluchogme et trace sa trajectanve du côté de la civilisationstre pour tenter de la déloger de son aveuglemunble.
.
.
.
Pour lire les participations c’est ici :
.
https://carnetsparesseux.wordpress.com/2017/08/02/mots-premiers-ou-orpherimes/
.
Rimes orphelines le retour
.

L’ignorance

.
.
.

« La radio est un ennemi, un ennemi impitoyable qui irrésistiblement avance et contre qui toute résistance est sans espoir » ; elle « nous gave de musique […] sans se demander si on a envie de l’écouter, si on a la possibilité de la percevoir », de sorte que la musique est devenue un simple bruit, un bruit parmi des bruits.
.
Milan Kundera, « L’ignorance ».
.
.
.

Vache et nuages

Jeff Faust Art                  http://www.jefffaust.com/two.shtml

 

.
.
.

De l’ignorance ce que je sais,
Sait bien que j’ignore tout du fait,
Qui fait de l’intériorité,
Une vraie matérialité.
La connaissance est unité,
Avec un discours simplifié,
Où l’ignorance valorisée,
Devient le temple du savoir,
Pour peu que tu perdes l’espoir,
Relatif à cette unité.
.
.
.