Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for décembre 2017

.
.
.

A la chasse aux moutons,

Disait le père,

Sévère,

A son fils désarmé.

A la chasse aux moutons,

Essaie-toi donc !

Et le fils vit le père,

Sévèrement,

Tirer le ciel,

Moutonneux,

Descendre les nuages,

D’une carabine aride,

Une ride à son front,

Et le front des nuages,

Etendu là, sur l’herbe,

Formait un paysage,

De coton si moelleux,

Que l’herbe verte rase,

Broutée par les nuages,

S’y roula.

Et le jeu,

Prit le fils par la main.

Ne soit pas si sévère,

Avec ce père au front,

Qui tire sur la poussière,

Et qui tire sur le grain,

Car au fond il est bon,

N’aie pas tant de chagrin.

Le fils roula dans l’herbe,

Au milieu des moutons,

Et le père descendu,

Remit des balles à blanc,

Dans le fût du canon.


.
.
.

 

Chasse aux moutons

La chasse aux moutons

Publicités

Read Full Post »

Un agenda à la masse moléculaire aussi serrée demande une telle attention que la pression produit un grand nombre de bulles. Toutes ne sont pas exploitables, mais la canne à pèche vocabulairienne suffit à en attraper quelques unes. Par contre, il arrive parfois qu’un temps d’attente soit nécessaire. Raison pour laquelle j’ai cru bon d’envoyer un message d’information à ma vieille amie, Anne, organisatrice pour moitié de l’agenda ironique de décembre. L’autre moitié étant l’étrange odorat développé par madame les narines de crayon, ou plus précisément, l’étrange personne que ce crayon aux narines résolument réceptives.
.
Ce message, le voici :
.
« Quant à moi je suis encore chou cru couac et tic.

Les quelques éléments qui se promènent sur le papier me semblent être tout à fait hors propos, hors des haricots et sans attrait pour la grande flambée de décembre au coin du feu. J’ai presqu’envie de laisser la malle des Indes sous silence on tourne, et de proposer la fin des coquelicots avec un léger sous-décalage tempestif, mais j’ai tellement peur de la guirlande de Noël qui prend ses virages serrés sans mettre son clignotant que je tiens le boa serré entre mes dents.
Anne, sœur Anne, j’aimerais tellement que le chapeau melon cesse de prendre la cape pour l’épée.
Mais le gras nie Smith et le boulevard hausse man. J’en pipe pas un lampadaire.
Je vais tenter une décomposition quand même, d’ici 7 jours en trois lignes comme en trois, regarder passer les mots les pieds en avant, et m’asseoir au milieu des roseaux pour écouter chanter les parapluies de la comète. »
.
La comète dû m’entendre, car mon clavier s’est soudain remis à respirer du chant. Merci pour les narines madame des crayons, et merci pour le Kilimandjaro Madame la Papesse Ane.
.
.

A la suite d’un considérable travail de recherche sur le diamètre, dia (à travers) et mètre (mesure), Myron d’Athènes entretint une abondante correspondance avec nombre d’hommes de science. L’habitude de ces échanges épistolaires lui permit ainsi d’établir une base de langage symbolique riche, tant sur le plan conscient qu’inconscient. Alors qu’il travaillait sur la création du discobole, il fit un rêve marquant dans lequel il reçut une lettre de lui-même adressée à la statue, qu’il eut la présence d’esprit de retracer par écrit suffisamment précisément pour que ce texte soit conservé et archivé durant des siècles et des siècles, amen.
.
Cette lettre est une première bulle que voici :
.
Cher discobole,
.
.


agenda-ironique-déc-2017
.
.
Tu me demandes ce que je lis de ce tableau. Je n’ai pas la prétention d’être calé en analyse mais voici ce qu’il évoque à mon esprit.

Il y a, dans un chapeau melon, autant de pépins que dans la grenade lorsqu’elle est bien mûre.
L’artiste ici n’est pas passé à côté de cette observation. Car le symbolisme de chaque objet peint dans ce tableau de Magritte vient étayer la théorie de la jeune pousse, consistant à prouver que toute racine bien arrosée ne croît pas de la même manière.
L’exemple le plus évident étant ici illustré par le truchement de la native Vénus, dont la nageoire caudale prolonge un torse quasi-parfait, mais ne permet pas à cette dernière de nager, puisque fixée par la pesanteur sur son canapé de marbre.
Vénus bien arrosée lui fera frétiller la nageoire, mais en aucun cas ne suffira à la plonger dans un liquide pour recevoir une poussée verticale, dirigée de bas en haut, et opposée au poids du volume déplacé. Dans le cas suivant, avec le volume du canapé inclus, un parapluie amortira la puissance mais nom d’une pipe, n’allez pas confondre un parapluie avec une sirène en boite, surtout quand elle est suivie d’une valise ouverte dont se sont échappés les grands fléaux d’une humanité éclairée que sont les pommes vertes vouées à être conditionnées sous vide sous la forme de délicieux chutneys prêts à consommer sans modération.
Mais de modération en modération, les bottes se font le chrysanthème pour peu que la nageoire ne soit pas angulaire.
Toutes considérations faites, il n’est pas exclu d’y voir, caché dans les nuages, l’allégorie de la grande roue.
L’artiste souligne la question des ombres existantes, mettant en relief l’impact indirect de la roue du soleil sur certains objets, alors que d’autres en sont dénués. Ainsi le demi disque, de rouge passant au disque complet-vert, laisse supposer que la verticalisation est bien effectuée. Ici, plus aucune ombre, sous le soleil exactement.

Bien à vous.

Myron d’Athènes

.
.
.

Deuxième bulle, « Prête moi ta voix » :
.
venus_de_milo_by_izabelaciesinska-d4xhjrm (2)
.
– Quoi, qu’est-ce que tu dis ?
– Je dis que si Vénus n’a plus ses bras et qu’en plus elle a une queue de poisson à la place des jambes, c’est une femme tronc.
– Tu es en train de me dire que Vénus est un arbre si j’ai bien compris ?
– En effet ! Et ce qui est remarquable, c’est que c’est un tronc couché.
– Un arbre qui se tiendrait parallèle au sol…
– Dont les racines et les branches ne seraient orientées ni vers le ciel, ni vers la terre, c’est assez troublant.
– Ce tronc ne serait pas relié. Mais alors, comment notre Vénus réussit-elle à vivre ? !
– C’est bien là tout le mystère de la vie. Pour l’instant, elle n’est que repos éternel allongée sur son banc.
– Est-il possible qu’elle puisse se redresser ?
– Il faudrait que Jésus passe et lui dise lève-toi et marche !
– Elle a une queue de poisson pour marcher sur l’eau, sans doute.
.
Conclusion :
.
– Plus besoin de déambulateurs diesels deux temps pour traverser les flots.
.
.
.
Troisième bulle, « Microcène décembrienne »

Un temps horizontal conjugué à un temps vertical, c’est un temps cruxiforme orthogénétique.

Read Full Post »