Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Concours’ Category

.
.
jardins de l'Alhambra
.
.
La vie nébule, doucement. Elle nébule les envers, elle déambule à travers, elle flâne, se pose doucement, hume le parfum de la rose sauvage. Oui, la vie se dépose dans la discrète bordure de sa vigne sauvage, aussi sauvage que la rose.
La tranquillité règne en maître dans ses feuillages épais, la
lambrusque habite pleinement l’espace de son intensité, de son touffu, où les maringouins viennent s’abandonner.
Leurs longues et fines pattes grenues ne laissent peser aucune lourdeur. Tout juste un léger souffle d’ailes translucides et diaphanes. Le temps s’est arrêté, la pendule vient de se taire et son balancier, étourdi du labeur de tout ce temps à se balancer, à s’en balancer, vient de s’immobiliser, goûtant au vrai temps, celui de la gratuité, celui qui ne compte pas les secondes, les minutes, celui qui sort du temps.
Une onde s’élève. Elle prend une couleur bleue électrique,
schizophrènée par l’arrêt du temps. C’est une vague céleste, une valse lente comme l’étendue vaste d’un champ de lavande parfumée d’une pointe de douceur vaporeuse parcouru du zéphyr. Rien ne bouge en surface, un remous se fait sentir en profondeur, à peine perceptible, juste un frisson. L’énergumène de la nature conditionnée va probablement s’opposer au soulèvement de ce bleu céleste en émettant un brouhaha cosmique effervescent. Ce qui remettra invariablement l’aiguille de l’agitation en cadence. Mais qu’importe, car le temps, il s’en balance, à traverser encore la vie nébule, il en retirera d’autres temps morts comme le repos de l’éternel. Et à force d’en retirer, c’est toute la vie qui refleurira.

Ecrit pour l’agenda de Mai.
Chez la plume fragile.

Publicités

Read Full Post »

.
.


.
.

Dis, quand tu as fini tes devoirs, tu iras sortir le chien. Madame Gertrude ne pourra pas venir ce soir, elle est atteinte de polimalie sérieuse.
.
Mais maman, il me reste encore un devoir de math, tu veux pas envoyer quelqu’un d’autre ? Et puis c’est quoi encore, cette histoire de polimalie sérieuse ?
.
J’aimerais bien, mais la dernière fois qu’on a demandé à la voisine de nous rendre ce service, souviens-toi, le chien est revenu avec trois têtes, il a fallu le faire opérer, il faisait peur à tous les enfants.
Tu as fini ton devoir de français ?
.
Pas encore. La pinguouination est assez complexe, il va me falloir plus de temps.
C’est quoi cette histoire de polimalie sérieuse ?
.
Bon dépêche toi là ! Parce-que la vessie du chien, elle, elle n’a pas besoin de beaucoup plus de temps !
.
C’est pas possible, il le fait exprès ce cabot !
Il a combien de vessies pour demander à sortir aussi souvent ?
.
Commence pas, Mauricette ! Sinon, je le sors et tu fais la cuisine !
Il a du chopper la polimalie sérieuse de Gertrude !
.
Ouais, ouais, j’y vais ! Pfff, si t’avais pas décidé de faire un soufflé aux rognons de crabe…
Ça s’attrape, ce truc ?
.
Tu n’as qu’à appeler Onésime, pour qu’il vienne avec toi. Le chien l’adore.
.
Mamaaaaaaaaan !!!
.
Quoi encore ?
.
Tu sais bien qu’Onésime et moi, on ne se parle plus depuis la semaine dernière.
.
Mais qu’est-ce que c’est bête, des adolescents ! Rappelle moi pourquoi vous êtes fâchés ?
.
Oh, ça va hein ! Vous, les adultes, vous ne comprenez jamais rien !
.
Aller, file, sinon je me fâche !
.
Maman, c’est quoi ce truc que tu refuses de me dire ?
.
La polimalie sérieuse, c’est… Demande au chien, il le sait !
.
.

.
.

Read Full Post »

.
.


.
.
Je ne saurais trop me lasser de raconter des histoires…
Toujours pour l’agenda ironique de l’OND chez patchcath en décembre.
.
C’était, il y a bien longtemps, dans l’Amérique des années 1697, la famille du pasteur Duncan Sparrow décida de s’installer dans la baie d’Hudson, pour se rapprocher de la communauté pastorale locale. Elodie, qui venait d’avoir 8 ans, n’appréciait guère le froid des hivers rigoureux mais, mue par on ne sait quelle foi indéfectible, elle décida que l’avenir méritait bien un réchauffement climatique annoncé, aussi, elle développa la théorie des calumettes, prétendant que l’association des allumettes et du calumet ferait un tabac plus tard.
Son père, plutôt aimant et large d’esprit, la laissait toute à son imaginaire, veillant aussi à ce qu’elle bénéficie de l’instruction la plus large et complète possible en la confiant aux bonnes œuvres du comité des femmes savantes, baptisé de la sorte à la suite de l’immense succès d’un artiste Français au délicieux « prénom » de Molière.
L’année s’écoulait, tel un fleuve tranquille, lorsqu’un vaisseau de la flotte d’un Louis quelque chose, roi de France, fit son apparition dans la baie d’Hudson.
Une immense fête s’organisa pour l’accueillir, et le comité fut chargé de préparer les festivités le 12 juillet, à l’occasion de la fête des orangistes.
L’agitation qui précéda le jour en question battait son plein lorsque le jeune Onésime, alors âgé de 10 ans fit son apparition.
Nul ne savait d’où il venait ni qui il était. A cette époque, il y avait encore beaucoup d’enfants sauvages que la population adoptait spontanément, le pasteur le prit sous son aile, et Elodie, ravie de n’être plus fille unique, adopta également ce frère un peu miraculeux qui dorénavant partagerais ses jeux et inventions.
Onésime : Je veux bien faire partie de cette histoire, Elodie, mais je te préviens, je participe activement à tes jeux, nous sommes bien d’accord, mais tu participes activement aussi aux miens
Elodie : Ben évidemment, tiens donc, je n’ai jamais prétendu le contraire, quelle idée !
Onésime : Bon, alors viens, on va voir la mer !
Elodie : C’est quel jeu alors ?
Onésime : On a qu’à dire que nous sommes dans un roman de gare, et que nous jouons à écrire le livre.
Elodie : Plutôt un roman de port alors, ça pourrait donner envie aux marins de lire, c’est bon pour la santé.
Onésime : Mouais ! Si tu veux !
Ils s’échappèrent discrètement du local où les matrones cancanaient tranquillement sur la société québecoise tout en pâtissant pour l’une, éminçant pour l’autre, toutes occupées à la fabrication de plats traditionnels pour le déjeuner Orange.
Canard laquais, oies rôties sauce cumin, porcelet mignon, bar en croûte de lait, jambon d’agneau de grain, pain d’épicéa, poutine de pingouin, galette de fèves, soupe de homard des îles de la Madeleine.
D’ailleurs, les matrones avaient l’air de s’entendre comme « Madeleines en foire ». C’était leur plaisanterie préférée, la forte tête de Madeleine, la vraie, détestait cette blague qu’elle qualifiait de blague pourrie. Elles adoraient la mettre en boite. Madeleine avait une amie, Mélanie, qui ne la quittait pas d’une semelle, tout le monde se demandait ce qu’elle pouvait bien lui trouver, à sa Madeleine, mais bon, c’était leur vie, après tout, et cela ne regardait personne d’autre qu’elles.
Les marins du Pélican, mal chauffés sur le vaisseau, venaient d’arriver, invités à venir profiter du confort de la salle. Ils s’étaient rassemblés autour du bon feu qui brûlait dans la cheminée. Certains d’entre eux avaient mis la main à la pâte, épluchant les légumes, remuant dans les casseroles, surveillant la cuisson des fours. Mais surtout, ils arrosaient leur gosier de vin chaud et de grogs. Les enfants couraient entre les tables. Ça criait, ça s’interpellait, ça riait. Mélanie n’était pas la dernière à s’amuser. Un des marins semblait beaucoup se divertir à plaisanter avec elle.
Tandis qu’ils riaient à nouveau, Madeleine se leva, incommodée par le grognement des mioches, s’approcha de son amie et lui glissa à l’oreille : Paradoxalement tu deviens drolatour avec cette diatribe, trouverais-tu que je sens la crevette arctique ?
Mélanie lui sourit, mais n’en pensa pas moins. Les humeurs acides de sa compagne commençaient à lui courir sur le haricot. Si elle n’apprenait pas à se prendre un peu moins au sérieux, elle serait obligée de renégocier le contrat.

Juste avant de sortir, Onésime et Elodie entendirent une matrone répondre à propos de la recette du poutine que : « 
Pas encore. La pinguouination est assez complexe, il va me falloir plus de temps. »
Du temps, eux, ils allaient en prendre, et du bon.

La vie en société était plaisante, ils s’en amusaient, mais à petite dose. Et les grands espaces de liberté leur convenaient bien mieux. Ils avaient le sentiment de se connaître depuis des siècles, si bien qu’il n’était parfois pas nécessaire de parler pour qu’ils se comprennent.

Après avoir couru, ils arrivèrent sur la plage.
Onésime : Incroyable ! Sens-tu l’air chargé d’iode, le goût du sel qui pénètre la peau ? Regarde ! La mer s’approche, c’est marée haute. Regarde, l’étendue mergnifique.
Elodie, ravie de le voir si heureux, se disait tout bas : Je regardai. Oui, la mer s’étalait, devant nous.
Onésime : Tu pourrais énoncer ton texte audiblement, j’aimerais en profiter.
Elodie haut et fort : Je disais que je regarde, et que oui, la mer s’étale devant nous.
Onésime : Tu ne remarques rien d’autre ?
Elodie : Si, je remarque que la mer est en train de geler, et que la marée va rester figée en position haute.
Onésime : La glace va rester accrochée aux falaises !
Elodie : Et les marins ne pourrons plus naviguer sur les barques pour rejoindre leur vaisseau.
Lorsqu’ils rentrèrent au coucher du soleil, ils ne furent pas surpris de voir que la salle était toujours pleine.
Mais l’ambiance n’était plus celle festive et joyeuse de tout à l’heure.
Elle était plombée.
Duncan Sparrow attendait sa fille de pied ferme.
Duncan : Nous allons avoir besoin de tes calumettes, fille, lui dit-il gravement.
Elodie : Père, que vous arrive-t-il ? Vous savez bien que ce ne sont que des enfantillages !
Duncan : Pas pour eux !
Et il désigna du menton la troupe d’amérindiens postés derrière les barricades du prieuré.
Duncan : Allez les chercher, ma fille !
A ce moment
là, Onésime réalisa à quel point il était en retard. Les Douze Coups de Midi sonnaient au clocher et les odeurs de brioche remplaçaient allègrement celles des Mc Bacon et autres Cheeseburgers. Il s’empressa de rentrer chez lui, honteux et confus, et jura, mais un peu tard, qu’on ne l’y prendrait plus.
Elodie : Mais qu’est-ce que tu fiches, Onésime ?
Onésime : Je ne te l’ai pas dit, mais je suis le fils de l’un d’eux. Dit-il en montrant les aborigènes. Alors, je continue le roman que nous jouons, ou bien je retourne avec eux ?

Elodie : Ah ! C’est du roman pour de faux, je préfère ça !
Onésime : Oui, mais je t’aime pour de vrai !
C’est à cet instant précis qu’un marin, pris de panique, se mit à déclamer d’un ton grave : Fatalimace ! Nous voici en insolitude ! La route court sous l’eau d’artificelles habitudes ! Mets tes bottes, enfant. Les écriames et les pingouinations attendront que la polimalie des virgules se solve en délibules mirifiques !
Elodie : Mais qu’est-ce qu’il raconte, papa ?
Duncan : Je crois qu’il délire de peur, c’est de la psychose, il a du abuser du rhum ! Va chercher les calumettes, ça apaisera tout le monde.
Ma mère est arrivée, tout essoufflée. Elle avait les bras chargés de bûches.
Ma mère : Tout le monde va avoir froid ici si on ne recharge pas la cheminée, heureusement qu’il reste des femmes pour garder la tête sur les épaules, ici !
Duncan : Elle a raison !
Onésime : Alors, on n’a qu’à prononcer des mots d’amour comme ça, ils se tiendront chaud !

Elodie : Des mots d’amour qui se tiennent chaud devant un feu de cheminée, c’est plus efficace !
Onésime : Chuuuutttt, Elodie, ils sont pour moi, les derniers mots de la fin !Tu peux pas t’en empêcher ! Pffff !

Elodie :
C’est pas moi, c’est le Zébulon.
Ma mère : Mais qu’est-ce qu’ils racontent, ces deux là ?
Duncan : C’est le délire qui gagne, probablement…
Onésine a fait un clin d’œil complice à Elodie.
Elodie est allée chercher les calumettes, et toute l’assemblée les a fumées avec les amérindiens, invités à se joindre à eux.
Ce jour là, ils avaient décidé que la guerre serait finie à tout jamais et que la paix gagnerait, parce qu’ils allaient définir l’acceptable et l’inacceptable, et se mettre d’accord à tout jamais sur le respect de ces limites saines.
Madeleine prépara un chocolat bien chaud, que l’on partagea allègrement. Onésime s’était assis en face d’Elodie .
Elodie :
Ma mère lui offrit des jumeleines, que nous mangeàmes en nous fixant les yeux dans les yeux un rendez-vous créaginaire.
Car ils iraient revoir la mer, c’est sûr. Et cette fois, elle serait peut-être à marée basse.
Ils ramasseraient des coquillages et riraient encore de tout et de rien, complices comme des amis de tout temps, des amis qui s’aiment.
.
.
agenda décembre 2018 calumet hache
.
.

Read Full Post »

L’agenda ironique sera celui de l’OND*.
*Lire octobre, novembre, décembre.
Après être agendé électrironiquent par chachashire en octobre suite à un plantage de matériel informatique chez moi, il était question d’inventer des mots valise, puis d’en faire des phrases, puis de choisir une phrase chez chaque participant pour en fabriquer un dialogue.
Les trois étapes prirent deux mois, et terminèrent leur course chez patchcath qui décida de reprendre toutes les fins des huit dialogues pour nous faire écrire en décembre.
.
Les fins bouclaient leurs bouches avec une telle force que je restai devant le silence avec stupeur en me demandant comment j’allais pouvoir imiter les moutons de l’insomnie en sautant la barrière des clôtures.
Une intense réflexion mit ma pensée en agitation électromagnétique jusqu’au moment où celle-ci produisit une étonnante petite flamme parlante.
.
.
chatnoir tournee
.
.
La meilleure façon d’écrire, me dit-elle, c’est encore celle-ci. C’est de mettre un mot devant l’autre et puis de recommencer.
Oui mais la fin ?
Tu mettras la barrière où tu voudras, et tu pourras même la déplacer au gré de tes vagabondages nocturnes, les mots sauteront par dessus, et toi avec.
La nuit qui suivit ma divine illumination, je me suis réveillée à trois heures du matin pour envoyer une invitation à toutes les fins recensées par patchcath et leur proposer le menu poisson que voici :
Marinade de poisson rose au bouc et au thym de tomate déconfite.
Légumes de retraite studieuse au piment fort accompagnés de sa morue dessalée.
Fromages au plateau d’Ecosse de petit pois.
Fruits de saison de l’agenda.
.
Elles m’ont répondu. « WE’RE ALL MAD HERE » !
.
.
Chat du cheshire
.
.
Faisons un petit voyage au centre de la tête du chat, me souffla alors la flamme de la bougie hyppocampique.
.
.
chat noir allégorie ombres
.
.
Vous avez dit pièces d’ombres, Rodolphe ?
En effet, est-ce l’ombre du chat ou le chat lui-même, que vous voyez ?
Ou bien s’est-il recouvert d’ombres solaires ?
A qui tient-il compagnie illustrée ?
Revêtu de son costume trois pièces d’ombres chinoises, le chat noir nous offre ses meilleures rimes.
.


Le chat noir
.
Montmartre à l’heure de ses oreilles,
Sonne l’horloge aux yeux vermeil,
Et à sa moustache en soleil.
Montmartre au moulin de son cœur,
Sonne la trompette de l’ardeur,
Qui de ses hypnotiques vapeurs,
Chasse le train de ses humeurs.
Le chat noir embasiliqué,
Du sacré-cœur vint à vaquer,
Et de sa moustache qui brillait,
Sortit une fin de son paquet.

.
Chuuuuuuuuuuuut Elodie, ils sont pour moi les derniers mots de la fin !
Chat noir, chat noir, vous avez dit chat noir, comme c’est bizarre…
C’est bizarre, avec ses pièces d’ombres et ses célèbres lumières de génie, avec l’illustre et joyeuse troupe poétique qui de Montmartre témoigne encore du bouillonnement intense d’une basilique exceptionnelle, d’où de longs vers d’encre s’échappent encore, filaments invisibles noyés dans la masse de lignes aéro-postales issues d’un auteur aux cheveux couleur de blés mûrs. Le mélange des genres ici atteint des gammes muettes mais perçantes comme le regard du chat.
Vous n’avez pas votre pareil, Rodolphe, lui avoua un jour Allais en complaignant d’un humour impeccable ce mirliton d’Aristide Bruant.
Vous n’avez pas votre pareil pour dépareiller les premières photos de mon moulin à paroles.
Tu peux pas t’en empêcher ! Pfffff !
Et le moulin à paroles de Normand de reprendre la parole aussi impeccablement qu’aimablement en lui octroyant la meilleure pensée de l’ombre féllinienne pour demander une trêve de douceur de vivre.
Mais Elodie n’en démordra pas, elle lèvera les yeux vers la place du Tertre en modiglianant quelques mots incompréhensibles.
C’est pas moi, c’est le Zébulon.
.
.
Chat noir Dragon noir
.
.

Read Full Post »

Les confessions d’une agendiste non repentie.
.
.
Agenda pingouin octobre novembre 2018
.
.
Tout avait commencé ici fin septembre,
https://epaisseursansconsistance.com/2018/09/24/textes-et-vote-agenda-ironique-09-2018-5-6/

Et là après palabrages négociatifs et résolutifs,
https://jobougon.wordpress.com/2018/09/08/lessence-du-pinot-et-le-salto-des-salsifis/

Les votes du mois de septembre en avaient décidé ainsi, c’est à moi que revenait l’organisation et la création de l’idée d’écriture du mois suivant, et le choc fut tel que mon ordinateur ne le supporta pas.
Il calancha !
En d’autres termes, il clamsa.
https://epaisseursansconsistance.com/2018/09/30/resultats-agenda-ironique-09-2018-6-6/comment-page-1/#comment-1382

Bien heureusement, un génie se présenta à moi aussitôt, solutionnant la question en deux temps, trois mouvements.
De sorte que, étincelle de génie il y eut.
L’agenda se ferait en duo et en trois étapes.
La première :
https://differencepropre.wordpress.com/2018/10/06/agenda-ironique-doctobre-novembre/

La deuxième :
https://differencepropre.wordpress.com/2018/10/17/agendironique-automnal-2eme-etape/

La troisième :
https://jobougon.wordpress.com/2018/11/03/aia-2018-troisieme-etape/#comment-10405

.
Un seul mois insuffisait largement, je dûmes en décider en solidaire, l’agenda pingouin prendrait deux mois.
Toutes les étapes se combinèrent sans couacs, jusqu’à l’épisode du dépouillement des tableaux de vote.
Où ne figuraient bien sûr que les textes et les participants de la troisième étape.
.
Couac !
.
Je décidâmes que tout ces couacs n’auraient finalement que l’importance que je lui accorderions.
.
Les résultats en décidiez ainsi.
.
Bravo au premier texte qui remporte le suffrage des pourcentages et bloqua le tableau à 27,27% avec son grain de sable outre-Atlantique !
Victorhugotte et sa conversation surréaliste remporte le trophée du premier texte devant trois autres participants aux résultats pourcentégaux.

https://epaisseursansconsistance.com/2018/11/10/le-copain-dapres/

https://monesille.wordpress.com/2018/11/11/le-forfait-de-monesille/

Other: Que nous pourrions considérer comme l’expression du couac de la constitution ne laissant pas apparaître dans les tableaux de vote les participations des deux autres étapes.
.
Je cite :
.
Pour la première étape :
Jacou33, manuraanana, victorhugotte, monesille, chachashire, Andrea Couturet, Laurence Délis, La Licorne, Domi Amouroux, marinadedhistoires, Valentyne, gibulène, patchcath, Adrienne, palimpzeste, iotop, carnetsparesseux, sissistronnelle, roijoyeux et moi-même.
.
Pour la deuxième étape :
Patchcath, palette d’expression, gibulène,
marinadedhistoires, victorhugotte, chachashire, Andrea Couturet, iotop, carnetsparesseux, et moi.
.
Bon, comme quoi, dans l’exploration de nouvelles formules, tout n’est pas prévisible, et l’essentiel de la découverte se situe à l’arrivée.
.
Je n’avais pas prévu cette situation.
.
Trop tard pour revenir en arrière, les jeux sont faits, rien ne va plus, faites vos jeux, chez patchcath ce mois-ci puisque c’est elle qui remporte le trophée de fin d’année, et qu’elle est d’accord pour que l’agenda ironique de décembre se passe chez elle.
.
Bravo et merci à tous, pour ces nombreuses interactions.
Et à très bientôt chez patchcath.

.
.

Read Full Post »

AIA d’automne, les votes

.
.
Agenda pingouin octobre novembre 2018
.
.
Ne vous écriamez pas trop vite sur la consistance d’une globule marinée au patchcath devant l’épaisseur monesillarde victorhugottée d’une bougonnesquerie aussi balumentaire qu’artifiçorbitante ou chachashirée !!!
.
Vous n’échapperez pas à la gymnasticotterie pingouidigieuse des tableaux de vote, ni à chocilité phénomènéérique du choix de l’organisateur ou trice du mois décembroustouflant qui clôture-rera 2018.
.
Vous avez le choix de drolatourer de manière délibulaire ou pas, mais je précise que la résultante sera nette de taxes.
.
Voici le mode d’emploi :
Première étape – Appuyez sur une seule détente par tableau.
Fin du mode d’emploi.
Si vous avez des questions, n’hésitez pas à : CF dans les commentaires.
.
Nous saurons ainsi le très prochain 30 novembre qui d’entre nous créaginairera la suite de notre programme.
.
En vous présentant nos meilleures charonniardaises, toute l’équipe de l’automne vous amuplique à l’avance.
.
Mes remerciements particuliers à chachashire qui, voir ici, m’ôta une épine du pied de pingouin d’octobre.
.
Ainsi qu’à tous pour la participation hurlubuesque qui dépasse, et de loin, toutes les inventiginations possibles et fantaisistes.
.
Ce fût un plaisir.

.
.


.
.

Read Full Post »

Agenda d’automne 2018
.
Agenda pingouin octobre novembre 2018
.
.

La bouteille de champagne

Une bouteille pleine de mots qui bullent trône sur le tableau de vote. Ce sont des mots millésimés venant d’une époque antique que seuls les vestiges du langage sauront reconnaître.
Combien de graphes décomposés sont réunis ici, nul ne le sait, pas même le vigneron. Mais ce qui est sûr, c’est qu’à l’intérieur, les bulles communiquent entre elles, capables d’affiner saveurs et effets jusqu’à la perfection de l’ivresque.
– Bonjour, vous prendrez un café avec moi si je vais les chercher ?
Elodie leva les yeux de l’ouvrage d’œnologie théosophique qu’elle étudiait pour observer le garçon qui venait de lui adresser la parole.
C’était un garçon de la classe nebula, dernière année du cursus univers SSS (Sain, sauf et sage).
Elle lui sourit, et lui fit signe de s’asseoir.

Ça tombait plutôt bien, elle avait besoin de s’aérer un peu les idées, et puis il avait l’air sympa.
– Tu sais, on peut se tutoyer, j’aime autant. Le “tu” ne va pas déclencher un séisme !
Il revint avec les deux cafés et s’assit en face d’elle en fronçant les sourcils.
– Tu entends ce grondement sourd ? Lui demanda-t-il ?
– C’est le cri de balument des martinets bleus au-dessus d’un nid de roudoudous à poil roux.
– Ah ! C’est ton domaine d’étude ?
– Pas vraiment ! J’étudie les Zébulons, lui répondit-elle.
Devant l’air surpris du garçon elle précisa.
– Les Zébulons, ce sont ces OVNIS qui flottent au dessus de nos têtes lorsque nous créons des espaces relationnels, regarde.
Elle attrapa quelque chose d’invisible au dessus d’eux et le jeta dans la tasse puis elle remua fortement avec la cuillère.
– Celui-là ne viendra plus grignoter nos pensées, lui dit-elle simplement.
A leur grande surprise, ils le virent ressortir de la tasse brûlante, long filament brun et translucide, qui reprit sa place initiale.
Ce petit ver existancié tira les artificelles de ses neurones.
Elodie secoua ses cheveux et cette fois il tomba à terre, frétillant et agonisant, dans la sciure du sol.
L’artificelle s’évapora doucement en chuchotant.
« Tu sais, tu peux dire ce que tu veux. Quand ça délibule, c’est aussi clair qu’un cerf-volant par temps de zéphyr, ça flotte au dessus de nos têtes ! »
– Ça alors ! Si je n’avais pas vu de mes yeux ce truc, jamais je ne t’aurais crue !
– Ils sont rarement aussi résistants ! C’est la première fois que j’en vois un de cette nature ! J’en avais entendu parler, mais bon…
– Moi c’est Elodie, et toi ?
– Moi c’est Kevin.
Puis, observant le livre ouvert à côté du cahier et du stylo, il demanda.
– Qu’est ce que tu fais, tu écris ?
– Oui, c’est pour l’Agengouin, l’almanach Vermot des pingouins.
– Oh ! Je vois ! “Le mur du son est le plombier de la poésie”. Cita Kevin.
– Tu connais tes classiques. Continua Elodie. “S’il existait une seule façon de faire, ce serait simple. Or, il en existe des milliers. La poésie n’est pas une affaire simple ni même une simple affaire”.
– Peut-on y faire figurer un événement aussi délicaristique ?

– Non Kevin.
– Donc, laissons l’obscurité dérouler son parchemin. La parasynthèse des esprits réunis fera la différence.
– Les graphes d’octobre nous ont été livrées délivrées.
– Maintenant, ils vont agir !
– C’est la chocile droite en général qui enclenche la turbine. Celle de gauche régule l’ensemble.
– Bon ! De toute façon, c’est comme tout . Ça s’apprend par la pratique. Et puis les modes d’emploi, c’est comme la plomberie. Ça mène à tout à condition d’en sortir.

– Qu’est-ce que tu dis ?
Ils levèrent la tête en même temps et se mirent à rire.
Kevin attrapa le Zébulon de la main droite.
– Maintenant que je peux te voir, pas la peine de t’époumoner comme ça, vieux ! Je peux t’entendre, aussi ! Si tu as quelque chose à dire avant de disparaître, c’est le moment !

– Je suis la terminaison d’une branche de l’arbre de la perte de connaissances. Je vais gagner de ma perte l’ensemble des fausses idées et regagner la vérité du tronc en repassant par les racines. La décomposition me nourrit, et de l’humus, je recompose la nouvelle année lumière à laquelle j’aspire depuis tant de saisons. Quelques feuillets dispersés par le vent iront s’égarer au pied d’autres congénères, comme un échange de perte de connaissances que la grande mère recueille sans distinction.
J’ai voyagé tant d’années pour en arriver là.
Je ne suis plus que nourriture.
Ici, rien ne m’appartient.”
– Ben dis-moi, Kevin, la cueillette est bonne ! Je prends des notes ou bien tu préfères t’en charger ?
– Prendre le temps de se triturer le bec de gaz ne fait rien à l’affaire ! Ce sont des traces, des évaporations résiduelles. Mais la disparition, elle, se transforme pour continuer à vivre ailleurs, sous d’autres formes. L’équilibre se rétablit toujours quelque part !
– Oh, tu as entendu ? Si c’est pas dans le bec, c’est pas la peine de te tortillonner la tête comme un gymnasticot !
– Heu, peut-être. Bref, toute une faune artificelle, une polimalie créaginaire née de notre pingouination viendra piétiner notre délibule.
Kevin levait les yeux aux ciel d’un air désenchanté.
A ce moment-là une enchanquise nous déposa une tarte à la crème de bambou, celui comestible au nord ouest du pays des Polpilles.
Nous commençâmes notre joute verbale et lui affirma qu’il n’y avait pas de fatalimace dans le contrat proposé…
– Le gratin dauphinois siphonné ? C’est très simple à réaliser. Tu épluches les artificelles et tu les coupes à la mandolotte. Tu fais revenir les oidons, les échagnons et les larlotes, jusqu’à coloration. Ensuite, tu mixes, tu chinoises et tu mets le tout dans le chiffon.
–  Tu as lu le dernier Arthur Soupolait ?
– Tu plaisantes ou quoi ?! Depuis que j’ai appris qu’il avait copié-collé Zola, Valéry, Aragon et bien d’autres, c’en est fini de ce bouffon tartuffolique !
– Tu as terminé ta thèse sur les écriames ?

– Pas encore. La pinguouination est assez complexe, il va me falloir plus de temps.
Nous avançames pas à pas, presque main dans la main mais paradoxalement avec une certaine insolitude ancrée dans nos cultures.
Quelque chose avait fini par se relier entre lui et moi.
Il n’y avait plus cette affreuse froideur détachée, mais une discrète reconnaissance commençait à se dessiner au-dessus des mots, qui venait constituer doucement une guilde du parchemin.
– “S’il en est qui pensent que les mots sont trop pas là, l’inverse se produit. Dans la dénomination du produit en croix, la guilde nous offre une règle de neuf absolument conforme. L’attente n’est pas vaine. Ainsi, le rouleau déroulait son chemin sans se presser, avec le rythme lent de ceux qui gravissent la hauteur jusqu’au sommet. Dans les parages, quelques hiéroglyphes diffus veillaient, ne présentant jamais qu’un profil éthéré d’invisibilité. La détection naturelle se faisait spasmodiquement, dans des écarts lunaires aux appuis hermaïques. S’il en est qui ne pensent pas que les mots sont trop là, la guilde leur demandait d’esquisser un résumé complet afin de parachever l’ensemble pour que l’enveloppe tienne.“
Comme je ne savais plus quoi en penser vu la tournure assez improbable de la conversation, j’ai lancé à tout hasard.
– T’as fait quoi ce week-end ?

– J’ai remonté le fleuve Charonne en canoë.
– Celui qu’on appelle l’AI ?
– Quoiqu’on en dise l’AI n’est pas si abomifreux que ça !
– Une jumeleine ?
– Non merci, je fais attention à ma couettivité.
J’ai souri. Il avait probablement de bonnes raisons de parler comme ça. Moi, je détestais ce passage. Je ne trouvais aucun plaisir à traverser la nappe de brouillard épaisse et glaciale qui recouvrait le cours d’eau. Elle me donnait l’impression que je n’en sortirais jamais.
Kevin dû lire dans mes pensées car il ajouta en me prenant la main.
– Aller chez des gens ? Quelle barbe ! On va plutôt suivre le conseil de Bénabar : une pizza, un bon film et ça nous fera une super soirée couettivité !
D’un ton que je voulais léger, j’ai rétorqué ironiquement.
– Que toutes les amupliquées se lèvent pour sauver les âmes perdues ! Si tu ne réussis pas à trouver la clef, demande aux deux brumageux postés la veille de te renseigner sur l’endroit à l’envers de la boite à mystère, c’est ça, hein ?

  • Tu Zébulonnes ou tu tournicotes, se moqua-t-il avec un grand sourire.
    – Nous passons des moments mergnifiques elle et moi ! Et il déposa affectueusement un baiser sur ma joue.
    – Viens faire une ballade !
    – Tu sais bien que je ne peux pas marcher !
    – Oui, mais j’ai loué un drolatour !
    – Dans ce cas ! alllons-y.
    Je me suis saisie de mes deux cannes anglaises et nous sommes sortis au grand air. Autour du lac les mouettes ricassaient joyeusement et le soleil battait son plein.
    Dans la tête de Kevin aussi, ça ricassait joyeusement, et le soleil battait son plein.
    Un Zébulon passant passa les trois dernières minutes d’antenne à Kevin pour qu’il nous dise les derniers mots de la fin.
    – A toi, Kevin.
    Alors, Elodie m’a pris par le bras et elle s’est penchée sur mon épaule.
    – “Mirififique soirée” me souffla-t-elle à l’oreille d’un ton rieur, avant de le répéter.
    – Absolument pas elle est éléphantastique au contraire.
    – Nous, c’est comme ça qu’on dialogue, Kevin et moi !
    – Chuuuutttt, Elodie, ils sont pour moi, les derniers mots de la fin !Tu peux pas t’en empêcher !
    – Pffff ! C’est pas moi, c’est le Zébulon.

 

 

FIN.
.
.
Martinets notes de musique.
.

Read Full Post »

Older Posts »