Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for décembre 2018

.
.
mort_dans_cercueil
.
.
A la suite d’une attaque ineptisceptique d’un auteur prétendant que ma dynastie n’existe pas, moi, branche terminale de Bourdon, scandalisée que notre lignée soit aussi peu considérée, décide de faire ce qu’aucun historien n’avait jamais eu le courage de faire, la regarder en face pour retracer en détail son histoire.
La première souveraine qui régnât prit le pouvoir à la création du temps.
Vu son manque d’expérience en tant que débutante en la matière, elle se fit la main au détriment des longueurs, frappant qui d’attaques d’animaux sauvages, qui de rages de dents fatales, de fractures septicémiques, d’usures précoces, d’obsosénescences programmées…
Je vous le demande !
Mais son pouvoir était limité.
La population administrée était à cette époque clairsemée, éparpillée en clans de petits nombres d’individus. Ce furent ses descendantes qui instaurèrent le ratio des pandémies, des guerres, des génocides et des événements climatiques ou accidents hécatombeaux.
De mères en filles et de pères inconnus, la dynastie des Mort compta, paraît-il, jusqu’à cinquante générations. Mais nous n’en sommes pas très sûres. En vérité assez fusionnelles, il nous arrive parfois de ne plus situer la généalogie de notre monarchie, d’où la méconnaissance du grand public à l’égard de notre lignage.
Aujourd’hui, en terminale des Bourdon, ma puissance recule mais mon ingéniosité augmente.
« Les plateaux de la balance sont toujours en équilibre » est notre devise chez les Bourdon.
Mon aïeule mit bas d’une branche secondaire considérée comme littéralétalement « Mortifère », mais à effets retards s’ils n’étaient pas aigus, à une époque aveuglée de rentabilité.
La branche du devoir.
Ainsi, une somme de devoirs et de conditions de mise en œuvre échût à la population grâce à sa souveraine administration, minant le principe de vie bien plus invisiblement que ne l’avaient fait les pandémies de peste, de choléra ou même les camps d’extermination de Buchenwald.
Quoiqu’il en soit, la Vie faisait en sorte que la Mort succède à la Mort.
On a beau dire que son étalage se module en fonction de ses représentantes, je crois me souvenir que sa présence était historiquement plus proche et plus visible, alors que de nos jours, je ne cesse d’être repoussée, cachée derrière les murs.
Les chambres froides ne bénéficient d’aucune des formes de médiatisation dont regorgent petits et grands écrans, ce que les disparues représentantes de notre dynastie regrettent au plus haut point.
Pourtant, moi, petite dernière, je fais recette. Ma production va croissante, proportionnellement à l’indice démographique, relatif à la multiplication de l’opposition co-régnante, la Vie.
Quelques témoignages prétendent même que mes conditions s’adoucissent globalement, bien que je reste imperturbable et implacable devant toute forme de subversion.
Les journaux relatent bien encore la barbarie qui m’accompagne parfois et que la dignité tente de faire reculer.
Vu la présence fondamentale de nos deux dynasties que sont la Mort et la Vie, il reste à établir un dialogue entre nous, ses représentantes.
La recherche fait état d’un déficit temporel dans l’espace de transition.
Une piste les oriente sur la recherche d’une dimension dans laquelle la rencontre triangulaire sera possible.
Il s’agit d’une dimension assez stupéfiante, intermédiaire, où nous, les Mort mortes, les vivants, les morts et moi pouvons nous rejoindre et communiquer.
C’est comme ça que j’y ai rencontré Walter Ego, et que ma mère lui offrit des jumeleines que nous mangeâmes en nous fixant les yeux dans les yeux un rendez-vous créaginaire.
Je prépare ma descendance.
Mais pas encore. La pingouination est assez complexe, il va me falloir plus de temps.
Je peux tout de même vous annoncer que l’ouvrage « La vie, la Mort et l’être » est en préparation et sera le prochain titre d’édition de nos laboratoires sarcophages.

.
.
La mort de Snoopy
.
.

Publicités

Read Full Post »

L’agenda ironique sera celui de l’OND*.
*Lire octobre, novembre, décembre.
Après être agendé électrironiquent par chachashire en octobre suite à un plantage de matériel informatique chez moi, il était question d’inventer des mots valise, puis d’en faire des phrases, puis de choisir une phrase chez chaque participant pour en fabriquer un dialogue.
Les trois étapes prirent deux mois, et terminèrent leur course chez patchcath qui décida de reprendre toutes les fins des huit dialogues pour nous faire écrire en décembre.
.
Les fins bouclaient leurs bouches avec une telle force que je restai devant le silence avec stupeur en me demandant comment j’allais pouvoir imiter les moutons de l’insomnie en sautant la barrière des clôtures.
Une intense réflexion mit ma pensée en agitation électromagnétique jusqu’au moment où celle-ci produisit une étonnante petite flamme parlante.
.
.
chatnoir tournee
.
.
La meilleure façon d’écrire, me dit-elle, c’est encore celle-ci. C’est de mettre un mot devant l’autre et puis de recommencer.
Oui mais la fin ?
Tu mettras la barrière où tu voudras, et tu pourras même la déplacer au gré de tes vagabondages nocturnes, les mots sauteront par dessus, et toi avec.
La nuit qui suivit ma divine illumination, je me suis réveillée à trois heures du matin pour envoyer une invitation à toutes les fins recensées par patchcath et leur proposer le menu poisson que voici :
Marinade de poisson rose au bouc et au thym de tomate déconfite.
Légumes de retraite studieuse au piment fort accompagnés de sa morue dessalée.
Fromages au plateau d’Ecosse de petit pois.
Fruits de saison de l’agenda.
.
Elles m’ont répondu. « WE’RE ALL MAD HERE » !
.
.
Chat du cheshire
.
.
Faisons un petit voyage au centre de la tête du chat, me souffla alors la flamme de la bougie hyppocampique.
.
.
chat noir allégorie ombres
.
.
Vous avez dit pièces d’ombres, Rodolphe ?
En effet, est-ce l’ombre du chat ou le chat lui-même, que vous voyez ?
Ou bien s’est-il recouvert d’ombres solaires ?
A qui tient-il compagnie illustrée ?
Revêtu de son costume trois pièces d’ombres chinoises, le chat noir nous offre ses meilleures rimes.
.


Le chat noir
.
Montmartre à l’heure de ses oreilles,
Sonne l’horloge aux yeux vermeil,
Et à sa moustache en soleil.
Montmartre au moulin de son cœur,
Sonne la trompette de l’ardeur,
Qui de ses hypnotiques vapeurs,
Chasse le train de ses humeurs.
Le chat noir embasiliqué,
Du sacré-cœur vint à vaquer,
Et de sa moustache qui brillait,
Sortit une fin de son paquet.

.
Chuuuuuuuuuuuut Elodie, ils sont pour moi les derniers mots de la fin !
Chat noir, chat noir, vous avez dit chat noir, comme c’est bizarre…
C’est bizarre, avec ses pièces d’ombres et ses célèbres lumières de génie, avec l’illustre et joyeuse troupe poétique qui de Montmartre témoigne encore du bouillonnement intense d’une basilique exceptionnelle, d’où de longs vers d’encre s’échappent encore, filaments invisibles noyés dans la masse de lignes aéro-postales issues d’un auteur aux cheveux couleur de blés mûrs. Le mélange des genres ici atteint des gammes muettes mais perçantes comme le regard du chat.
Vous n’avez pas votre pareil, Rodolphe, lui avoua un jour Allais en complaignant d’un humour impeccable ce mirliton d’Aristide Bruant.
Vous n’avez pas votre pareil pour dépareiller les premières photos de mon moulin à paroles.
Tu peux pas t’en empêcher ! Pfffff !
Et le moulin à paroles de Normand de reprendre la parole aussi impeccablement qu’aimablement en lui octroyant la meilleure pensée de l’ombre féllinienne pour demander une trêve de douceur de vivre.
Mais Elodie n’en démordra pas, elle lèvera les yeux vers la place du Tertre en modiglianant quelques mots incompréhensibles.
C’est pas moi, c’est le Zébulon.
.
.
Chat noir Dragon noir
.
.

Read Full Post »

Les confessions d’une agendiste non repentie.
.
.
Agenda pingouin octobre novembre 2018
.
.
Tout avait commencé ici fin septembre,
https://epaisseursansconsistance.com/2018/09/24/textes-et-vote-agenda-ironique-09-2018-5-6/

Et là après palabrages négociatifs et résolutifs,
https://jobougon.wordpress.com/2018/09/08/lessence-du-pinot-et-le-salto-des-salsifis/

Les votes du mois de septembre en avaient décidé ainsi, c’est à moi que revenait l’organisation et la création de l’idée d’écriture du mois suivant, et le choc fut tel que mon ordinateur ne le supporta pas.
Il calancha !
En d’autres termes, il clamsa.
https://epaisseursansconsistance.com/2018/09/30/resultats-agenda-ironique-09-2018-6-6/comment-page-1/#comment-1382

Bien heureusement, un génie se présenta à moi aussitôt, solutionnant la question en deux temps, trois mouvements.
De sorte que, étincelle de génie il y eut.
L’agenda se ferait en duo et en trois étapes.
La première :
https://differencepropre.wordpress.com/2018/10/06/agenda-ironique-doctobre-novembre/

La deuxième :
https://differencepropre.wordpress.com/2018/10/17/agendironique-automnal-2eme-etape/

La troisième :
https://jobougon.wordpress.com/2018/11/03/aia-2018-troisieme-etape/#comment-10405

.
Un seul mois insuffisait largement, je dûmes en décider en solidaire, l’agenda pingouin prendrait deux mois.
Toutes les étapes se combinèrent sans couacs, jusqu’à l’épisode du dépouillement des tableaux de vote.
Où ne figuraient bien sûr que les textes et les participants de la troisième étape.
.
Couac !
.
Je décidâmes que tout ces couacs n’auraient finalement que l’importance que je lui accorderions.
.
Les résultats en décidiez ainsi.
.
Bravo au premier texte qui remporte le suffrage des pourcentages et bloqua le tableau à 27,27% avec son grain de sable outre-Atlantique !
Victorhugotte et sa conversation surréaliste remporte le trophée du premier texte devant trois autres participants aux résultats pourcentégaux.

https://epaisseursansconsistance.com/2018/11/10/le-copain-dapres/

https://monesille.wordpress.com/2018/11/11/le-forfait-de-monesille/

Other: Que nous pourrions considérer comme l’expression du couac de la constitution ne laissant pas apparaître dans les tableaux de vote les participations des deux autres étapes.
.
Je cite :
.
Pour la première étape :
Jacou33, manuraanana, victorhugotte, monesille, chachashire, Andrea Couturet, Laurence Délis, La Licorne, Domi Amouroux, marinadedhistoires, Valentyne, gibulène, patchcath, Adrienne, palimpzeste, iotop, carnetsparesseux, sissistronnelle, roijoyeux et moi-même.
.
Pour la deuxième étape :
Patchcath, palette d’expression, gibulène,
marinadedhistoires, victorhugotte, chachashire, Andrea Couturet, iotop, carnetsparesseux, et moi.
.
Bon, comme quoi, dans l’exploration de nouvelles formules, tout n’est pas prévisible, et l’essentiel de la découverte se situe à l’arrivée.
.
Je n’avais pas prévu cette situation.
.
Trop tard pour revenir en arrière, les jeux sont faits, rien ne va plus, faites vos jeux, chez patchcath ce mois-ci puisque c’est elle qui remporte le trophée de fin d’année, et qu’elle est d’accord pour que l’agenda ironique de décembre se passe chez elle.
.
Bravo et merci à tous, pour ces nombreuses interactions.
Et à très bientôt chez patchcath.

.
.

Read Full Post »

« Newer Posts