Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for août 2015

La suite de : https://jobougon.wordpress.com/2015/08/16/la-prophetie-de-laventure-de-dada-de-listhme/

– Un bille de boue ! Je vois une bille de boue !
– Remarquez, reprit saint Dada, on pourrait dire aussi une bille de pierre, précieuse, je ne sais pas, mais maintenant que mes yeux se font à la lunette… Elle a semble-t-il du vert et du bleu, oui, c’est ça, ou plutôt du bleu et du vert, je vois un peu mieux, c’est que les démultiplications d’images sont particulièrement travaillées, dans cette longue vue.
– Et ça ne vous rappelle rien, non ?
– Si ! Le collier de Bastet.
– Qui c’est celle-là Dada ?
– Oh non, elle ne se selle pas à dada.
– Ce n’est pas ce que je disais, répondit la sirène d’un ton pincé ! Je vous demande qui est Bastet. Répondez donc, un point c’est tout !
– Son collier est fait d’un cordon et d’une pierre taillée en boule, de couleur…
– Oui, oui, c’est bon ! Verte et bleue, ou encore bleue et verte, c’est comme on veut, n’est-ce-pas ?
– Censée rappeler une espèce de petite planète perdue dans l’espace sur laquelle nous sommes posés.
– Ah ! Vous ne vous laissez pas démonter facilement, mon cher Dada ! Mais vous n’avez toujours pas répondu à ma question en attendant !
– Chère, très chère Selmaud, vous suivez votre idée fixe, et vous étonnez de ne pas avancer !
– Mauvais humour, accouchez, ça devient agaçant à la fin, vos façon de ne jamais répondre directement, précisément, simplement, quoi ! Vous avez quelque chose à cacher avec elle ?
– Euh… Pas précisément…
– Et grossièrement alors ? A l’emporte-pièce, si c’est plus facile pour vous d’en parler.
– Hey ! Vous voulez qu’on parle de ma vie Selmaud ou bien vous continuez à m’en apprendre ? Paske si vous voyez ce que je veux dire, certaines choses sont intimes, je préfère les garder pour moi.
– Ok ok ! Je n’insiste pas ! Je ne veux pas bousculer vos préjugés, cher Dada prophète, c’est que vous êtes susceptible comme une vieille souris.
– Rajoutez-en une couche pendant que vous y êtes ! Sirène de mes *µµµµ* !
– Grossier personnage !
– Hum hum !
– Voilà, c’est mieux !
– Alors, c’est quoi cette boule de couleur, et pourquoi ce kaléidoscope ?

– Vous l’avez dit, c’est la Terre ! Pffff, même pas foutu de comprendre ce qu’il dit lui-même, celui-là !
– Pour la lunette c’est quoi ?
– ça, vous le comprendrez plus tard !
– Mouais, la regarder sous tous les angles, c’est ça ?
– Vous voyez, quand vous voulez, vous faites des efforts. C’est bien, c’est bien, c’est bien bien bien.
– Ouais ! Bien l’bonjour ! Faites siffler le train, c’est ça hein ?
– J’entends bien. Vous voyez quand vous voulez…
– J’ai l’air con, c’est ça ?
– Vous prenez tout de travers, mon pauvre Dada, il est temps de passer à la deuxième leçon.
– S’pèce de peste, va !
– Sirène, mon joli, tout doux !
Donc, revenons à nos moutons.
– Cette jolie boule de boue pierre précieuse qui est notre planète, et bien elle est en danger.
– Et nous risquons de tous crever ?
– Un peu, mon n’veu !
– Alors il existe une prophétie, mon brave, vous devriez être au courant, vieux chameau !
– J’en ai des sueurs dans l’dos, bifide, c’est comme le yaourt ?
– Grave ! Vous êtes grave !
– Et encore, vous n’avez pas tout vu…
– Donc cette prophétie annonce l’arrivée d’un prophète.
– Moi ?
– Vous, mon vieux, vous êtes désuet, remballez vos croix, repliez tout, on passe à autre chose.
– Super, de mieux en mieux, vous ratissez tout sur votre passage.
– Et cet autre chose, c’est la prophétie.
– Et quelle est donc cette prophétie ?
– Pour votre immense bonté, bienséance et agréabilité, je vous laisse penser un peu par vous-même. Ça vous aidera peut-être à mettre de l’huile, Dada !
– Grrrh ! Vous pouvez causer, vous, vieille chouette effraie comme on n’en fait plus.

Suite ici : https://jobougon.wordpress.com/2015/08/19/la-prophetie-de-laventure-du-dada-isthme-3/

Read Full Post »

St Patrobas, pompier : 00h00 flambante !

Ici Kap’tain Amérika ! Les conteurs parlent aux conteurs !
Les citrouilles sont crues !
Les crapauds sont cois !
Et les princesses sont fées !
Découpez-moi tout ça tout d’suite ! Pour en faire un catalogue…

Sur cette proposition de la citrouille et son cavalier de tous les dangers, tel Sleepy Hollow, cavalier en non-tête s’élance sur le concours d’Août de l’agenda ironique par l’intermédiaire de canal bougon sur wordpress.hertz.com, qui nous avait proposé ceci le 15 Tatane (du calendrier pataphysique d’Alfred Jarry) à 27h72 précise, exactement le jour de la saint Samson pour ne point le citer :

https://jobougon.wordpress.com/2015/07/28/concours-agenda-ironique-daout-dissequer-la-grenouille-ou-la-citrouille/#comment-6276

Vous avez été nombreux à répondre à l’appel du sommet de rieurs.
Aux urnes, citoyens conteurs, maintenant !
Vous ne croyez tout d’même pas que vous allez non-faire encore longtemps puisqu’il reste tout à faire, lire, relire, élire, et continuer le délicieux délire, tranquillement, chacun à son rythme d’onde.

Reste plus qu’à voter « LE » texte,
Ce qui ne va pas être simple, j’en conviens, vu la qualité des citrouilles cette année.
Pour ce tableau de vote, choix multiple autorisé jusqu’à trois.
Et puis pour le vote, c’est :
1 : Que quand, du 17 au 26 août inclus pour déterminer les nominés ;
2 : Qui, résultats édités le 27.
3 : Pourquoi ? Sait-on jamais… Peut-être pour continuer l’agenda ironique et qui sait, organiser celui de septembre ? 😉 😀
D’après un com répondu à monesille, CF plus bas.
,
,
,


,
,
,

Pour le fun, vous avez encore une chance d’être l’ELU après la mi-août, les retardataires peuvent se signaler ici et entrer à la cour des non-contes.

Les deux textes non-retardataires à nominer d’office sont :
– 1 : Pour la qualité d’enquêteur qui n’est plus à prouver.
https://1pattedanslencrier.wordpress.com/2015/08/07/on-aurait-retrouve-des-extraits-du-manuscrit-anthologie-dramatique-des-catastrophes-ferroviaires-du-pakistan-sud-oriental-2eme-volume-par-un-eminent-chercheur-inconnu/
 – 2 : Et pour sa logique imparable.
https://1pattedanslencrier.wordpress.com/2015/08/08/a-la-recherche-du-1er-chapitre-de-guerre-et-paix-egare/
On savait qu’on pouvait compter sur sa discrétion et sa loyauté.
,
,
,


,
,
,

Hip Hip Hip Mais Houlala Youpis Youpis ! Ehhhh Ouiiii ! Il faut élire l’ELU nominé qui organisera le concours de l’agenda ironique le mois prochain.
Comme vous avez plein de bonnes zidées, sur les bonnes zondes de WordPress ou autres lieux mystérieux, vous allez vous jeter sur les boutons du tableau « qui veut gagner des zidées » dans « c’est ton dernier mot Kermit ? » pour désigner celui ou celle qui prendra la relève, et j’espère bien que vous allez gagner… bonne gymnastique de l’index !
Statler et Waldorf au balcon sont priés de faire moins de bruit en commentant SVP !

,
,
,


.
.
.
Et puis bien sûr que le meilleur d’entre les meilleurs gagne, enfin, comme nous l’a dit « chat« , qui m’a passé le relais dans le concours de juillet, il en faut un ou une, mais tous sont tellement tous bons, que si jamais tout le monde gagne, il ne nous faudra pas un seul remonteur de temps mais bien des milliers !!! Où est la fabrique ?
Sinon :
Bonne pioche, jardinez bien les votes, et rendez-vous le 27 Août pour connaître le jardinier gagnant.
Greffons du rêve à n’en plus finir !
.
.
.
83226d7c.
.
.
01 Franquin Gaston Lagaffe

Les liens

 

– 1 : Premier participant : Un certain chat qui écrit plus vite que la lumière et qui vient donc de traverser le mur du Samson le jour même. Félicitations à ce premier texte qui va donner des coups de soleil tellement il est brillant.
Le prince qui en avait trop LU
https://1pattedanslencrier.wordpress.com/2015/07/28/concours-agenda-ironique-daout-dissequer-la-citrouille-ou-la-grenouille/#comment-748

– 2 : Avec sa suite ! C’est qu’elle est pleine de rebondissements l’histoire de Monsieur Patte ! Jusqu’où ce merveilleux « conte de fée marraine psy interprète des ronds dans l’eau » va-t-il rebondir ? l’auteur lui-même se pose la question !
Un Prince à la BN
https://1pattedanslencrier.wordpress.com/2015/08/05/concours-agenda-ironique-daout-2e-session/

– 3 : Et sa re-suite. Cette fois le créateur du LU/BN ne se refuse rien. Il se rend à la cantine avec toute la courtoisie un peu gauche du bouillon de onze heure. Une série à ne pas manquer, courez viiiiite lire l’épisode 3 chez Monsieur patte.
Jamais 2 p’tits cochons sans trois
https://1pattedanslencrier.wordpress.com/2015/08/07/concours-agenda-ironique-daout-jamais-2-ptits-cochons-sans-trois/

– 4 : Deuxième édition, votre servitrice : Qui ne raterait la vitesse du mur Samson du jour pour rien au monde…
C’est quoi cette coccinelle ?
https://jobougon.wordpress.com/2015/07/28/concours-agenda-ironique-daout-dissequer-la-grenouille-ou-la-citrouille-cest-quoi-cette-coccinelle/

– 5 : Monesille nous a concocté une petite poèmenade sur papier vélin à dos de fée bleue, une petite merveille onomatopique avec des #, des @, des ù hautement qualifiés sur le mur de Samson. Voici le lien :
La fée bleue
https://monesille.wordpress.com/2015/08/01/agenda-ironique-du-mois-daout-la-fee-bleue/comment-page-1/#comment-897

– 6 : Et puis l’inimaginable arrive encore à s’imaginer, la suite de la fée bleue vient défrayer la chronique, elle part en pleine bagarre contre les ramures moyenâgeuses, voyez plutôt, ruez-vous par là pour n’en rien rater.
la bagarre de la fée bleue.
https://monesille.wordpress.com/2015/08/08/lagenda-ironique-daout-la-bagarre-de-la-fee-bleue/comment-page-1/#comment-931

– 7 : Anne de Louvain-La-Neuve nous emmène en pleine téléréalité avec une écriture chiche-kébienne toute ironique, digne des agendas les plus élevés sur l’échelle de la monarchie épeda-ikéalienne, un pur régal surréaliste.
Les princesses et le petit pois chiche Kebab
https://annedenisdelln.wordpress.com/2015/08/03/les-princesses-et-le-petit-pois-chiche-kebab/comment-page-1/#comment-277

– 8 : La goutte au nez, Martine se lance dans l’écriture mi-aoûtienne sans hésitation, sans mouchoir et sans reflets traîtres et mensongeorangés, mais avec brio, pétulance et intrépidité.
La grenouille et la citrouille
http://ecriturbulente.com/2015/08/09/concours-agenda-ironique-daout-la-grerouille-et-la-citnouille/comment-page-1/#comment-614

– 9 : Rx Bodo nous sert une souris sur un plateau, rendez-vous sur son blog mais attention, il reste mamie, et pas dans les orties, allez plutôt vous rendre compte par vous-mêmes et bon courage. N’ayez pas froid aux yeux !
L’APPARENCE EST UN PLAT QUI SE MANGE CRU
http://bodoblog.net/2015/08/09/lapparence-est-un-plat-qui-se-mange-cru/comment-page-1/#comment-131

– 10 : Valentyne nous clap clappe une histoire de fées absolument sienne comme elle a le don. Je vous conseille tou’d’même de mesurer vos paroles avec elle, vous comprendrez pourquoi en lisant ça :
La chose à ne pas dire
 https://lajumentverte.wordpress.com/2015/08/10/autopsie-chez-jobougon-et-aujourdhui-la-chose-a-ne-pas-dire-10-aout/comment-page-1/#comment-8751

– 11 : Et puis quand une boite d’allumette rencontre un canard effrangé et qu’en plus ils fichent le feu à la chronique des huppés, alors je m’incline, c’est du grand : Chez Martine27
Fallait lui acheter ses allumettes.
http://moncarnetamalices.eklablog.com/fallait-lui-acheter-ses-allumettes-a118423628

– 12 : Carnetsparesseux double le mur du Samson sans vergogne avec cette vermeilleuse histoire de Nosfera fera, fera-t-y pas la sieste. On s’attendait à tout de lui, on n’avait pas prévu ça. Il a toujours un temps d’avance, celui-là, sous son allure « nonchalante mais ne vous y trompez pas ! »…
Princesse rêve
https://carnetsparesseux.wordpress.com/2015/08/11/princesse-reve/comment-page-1/#comment-2545

– 13 : Celui-là portera bonheur à son auteur, Domicano sort un génie de son chapeau, Nestor en perd son gratin.
Mais voyez plutôt :
Les petits petons de Cendrillon
https://dominiquecanoauteur.wordpress.com/2015/08/12/concours-agenda-ironique-daout-dissequer-la-grenouille-ou-la-citrouille/

– 14 : Et puis comme les citrouilles sont comme les petits pains cette année, parfumées à l’encre de multiplication, carnet nous non-cafte que Caroline D a aussi non-vu une fée à déambulateur, on n’arrête pas le progrès !
Allez lire son commentaire digne du conté des marais pro-croa croa.
Fée déambule en VO
https://carnetsparesseux.wordpress.com/2015/08/09/en-aout-grenouille-ou-citrouille/comment-page-1/#comment-2566

Caroline D n’est pas exactement l’arbre qui cache la forêt mais bien plutôt celui qui la dévoile, son blog est ici :
http://carolinedufour.com

Et puis après tout, pourquoi pas se disait ainsi Madame la fée Caroline de l’est d’Eden, pourquoi pas en faire un post et s’inscrire à ce curieux concours de carrosses grenouilleux de pas-bénitiers mais bien de contes à dormir éveillés sous la pleine plume en compagnie de croassants de lune de tous « poiles ».
La fée déambule en VO sous-titrée
https://sijetaisunarbre.wordpress.com/2015/08/13/reponse-a-un-paresseux/?preview=true&preview_id=44101&preview_nonce=5c382070e0

– 15 : Et comme on n’arrête pas l’progrès, décidément pas ! Voici la fée bleue qui fait encore des siennes, farceuse, moqueuse, colorée comme une pie, Accrochez-vous, elle en a à dire un rayon : Suite de 5 et 6, avec tous ces textes je recule devant l’effort de tout remettre en ordre et à la suite… Païens de tous bord, veuillez me pardonner.
La fée bleue – Un rayon de soleil plus tard
https://monesille.wordpress.com/2015/08/12/lagenda-ironique-la-fee-bleue-un-rayon-de-soleil-plus-tard/

– 16 : Les poissons font à nouveau des ronds dans l’eau, Phèdre tricote de la racine comme jamais, et la fée bleue se conte sur les doigts de son clavier magique. Quel brio-perlipopette pour monesille qui court ventre à terre deux crocs quasi plantés à l’arrière train. La suite des 3 épisodes sus-cité aux 5, 6 et 15 : C’est du XXXXD
Conte pluvieux, conte heureux !
https://monesille.wordpress.com/2015/08/13/agenda-ironique-daout-la-fee-bleue-conte-pluvieux-conte-heureux/

– 17 : Une cerise sur le gâteau avec un conte d’édition sulfureusement vitriolet comme Elsa, « si la dernière minute n’existait pas, quantité de choses ne seraient jamais faites ». Une vraie tuerie mais honni soit qui mal y panse de citrouille, j’adore ce jus pur de crapaud des savanes…
Ire honie à bon compte. [sic]
C’est chez l’ornithorynque, ici :
https://capitainecourageux.wordpress.com/2015/08/15/ire-honie-a-bon-compte-sic-non-texte-ou-le-reglement-de-conte-jeu-agenda-ironique-daout/

– 18 : Il ne manque pas d’clapet Ce Monsieur patte dans l’encre car il nous conconnivence un quatrième épisode mordant où l’ironie douce se conjugue avec le flegme anglais d’une boite tombale muette mais pas trop. Font irruption dans l’ordre d’arrivée : Fée bleue. Carnivore des neiges sanguines, la boite. La suite de « Jamais 2 p’tits cochons sans trois » c’est ici.
Un 4ème vaut c’qu’il vaut, tu l’auras… D’autant qu’une fée bleue me colle au train !!
https://1pattedanslencrier.wordpress.com/2015/08/12/concours-agenda-ironique-daout-un-4eme-vaut-cquil-vaut-tu-lauras-dautant-quune-fee-bleue-me-colle-au-train/

– 19 : La petite fée bleue nous revient un peu tremblante de tant de frayeurs après une course poursuite de vampirette. Heureusement qu’elle a plus d’un tour dans son sac pour s’en remettre et nous émouvoir encore.
monesille nous l’avait annoncé, son histoire aurait cinq doigts de la main, elle nous apporte radieusement haut la main ce cinquième épisode :
Voir 5, 6, 15 et 16 pour les premiers épisodes.
Philoso-fée
https://monesille.wordpress.com/2015/08/16/philoso-fee/comment-page-1/#comment-1028

Read Full Post »

La suite de ça : https://jobougon.wordpress.com/2015/08/07/les-aventuriers-du-temps-perdu-davance-6/

Saint Dada, pourtant pointu aux tâtons-promptus de l’oxygène singulier, ne vit pas d’éclaircissement venir. Ce n’était donc pas du plancton qui enténébrait l’eau, mais probablement du sable et de l’argile, inertes à toutes manipulation même génétique.
Il décida donc de tâter du terrain à gauche, à droite, puis adroit comme il l’était, il finit par saisir une queue de poisson. C’est la surface écaillée de la chose qui lui fit dire que c’était ça.
– Non mais ça va pas non !
– Lâchez-moi, c’est mon pédoncule caudal que vous tenez-là !
Sous le coup de la stupéfaction, saint Dada ne lâcha pas prise, mais de la surprise s’exclama.
– Mais à qui est donc cette voix d’outre-fond ?
– C’est que je n’y vois goutte dans ce climat planctonique, si vous pouviez m’aider madame la nageoire caudale.
– Sablonneux !
– Je suis une sirène bifide-biraison, Monsieur, et suis bien coincée dans ce filet, en forme d’artichaut. C’est plutôt vous qui devriez m’aider, tiens !
Lui répondit la voix.
– Je connais une fée… Une fée rose armée d’un couteau qui pourrait bien faire quelque chose, je vous explic !
– Vous quoi ?
– Esplike si vous préférez.
– C’est mieux, mais à peine audible.
– OK ! EXPLIQUE ! Là comme ça, ça va ?
– Oh, vous énervez pas, ça sert à rien !
– C’est que j’ai l’impression que votre nageoire auditive est un peu bouchée, madame bifide.
– Selmaud !
– Quoi ?
– Selmaud, c’est mon prénom.
(La scène se déroule toujours en pleine opacité agilosableuse).
Dada, qui ne se laissait pas démonter dans son idée fixe, repris.
– Rose et Gontrand, euh, non, Gustave. Ils pourraient peut-être vous aider…
– Vous êtes fan on dirait.
– C’est qu’ils s’aiment comme des fous ces deux là, et qu’en plus ils ont la curieuse prétention d’élever la vibrillation des mondes parallébipédiques !
Dada donc armé de ce couteau virtuel Rose bonbon barbie entreprit d’effeuiller l’artichaut.
– Tiens, goûtez-moi celle-là, Selmaud, vous m’en direz des nouvelles.
– Mmmummm, c’est pas mauvais ce truc finalement !
– Un peu de vinaigrette avec ?
– Oui, juste un doigt, merci.
– Vous ne voulez pas la vinaigrette d’abord ?

Bref, uns à uns les feuillets se détachèrent du légume dicotylédon breton camus au fur et à mesure des opérations que saint Dada comptabilisait, la sirène finit par être libérée. D’un coup de double nageoire, elle prit son engodille en s’éloignant.
– Ben ça alors, traîtresse, on ne m’y reprendra plus !
– Oh, ça va ! Je ne suis pas à des kilomètres non plus. Tâtez donc vers moi et attrapez-moi sous les aisselles, que je vous transporte loin de ces lieux ténébreux.
C’est comme ça qu’il rejoignit à dos de sirène les eaux limpides des surfaces ensoleillées.
La sirène lui conta l’histoire des particules empêtrées, l’eau était de plus en plus polluée à cause d’un certain réchauffement soliplutonien. La race des artichauts filets se répandait pendant que celle des sirènes était en voie de disparition, il fallait trouver une solution à ce fléau.
En fait, s’il avait bien compris, saint Dada apprit que la dernière planète plutilillipucienne connue du système solaire, Pluton, s’approchait dangereusement de la Terre, créant désastres et astres-en-ciels à la pelle.
Le seul antidote connu pour rétablir une saine atmosphère et lutter contre l’attaque était de faire pousser un jardin d’Eden avec de vraies plantes, de vrais fruits, devrais légumes, devraient fleurir. Activer la culture générale, quoi !
Puis la sirène ajouta :
– Regardez dans cette lunette kaléidoscopique, Dada, Qu’y voyez-vous ?

La suite ici : https://jobougon.wordpress.com/2015/08/17/la-prophetie-de-laventure-du-dada-isthme-2/

Read Full Post »

L’aurore est étonnante ! Moi qui suis habituée à ne la regarder se lever qu’en rêve, ce matin, je me lève en vrai pour trébucher sur une boite, la tête dans le pâté, pas habituée pour une roupie de sansonnet à ces réveils précoces.
Bref, une fois avalés trois cafés mis bouts à bouts, j’émerge de mon état onirico-charcutier traiteur d’informations lorsque l’idée incongrue d’ouvrir la boite me saisit, tel un coup de carillon à l’horloge sidérale, par les deux neurones à peine valides après le dernier bout de café ingurgité.
Le premier neurone lit : « Boite à réclamations » sur la boite à réclamations.
Le second prend sur le champ la commande du nerf de l’ouverture, résultaratata, la boite s’avère contenir, une fois le décompte de messages fait : A ne pas confondre avec une fois le compte de méfaits sages.
.
Mon premier est une photo.
.
.
.
poulain.
.
.

Mon second est un roman photo.
.
.
.
718717d6.
.
.

Mon troisième est une réalité.
.
.
.
h-4-1265201-1221474195.
.
.

Mon quatrième fait état d’une synthèse.
.
.
.
unnamed.
.
.

Enfin, mon cinquième n’est pas un rébus.
Mais un élément.
Elémentaire mon cher…
.
.
.
4c404a1e77e2c594a818951028c7fa93_large.
.
.
Bonne journée à tous mes lecteurs.
.
.
.
2252-1sourire

Read Full Post »

Saint Dada, prophète, se retrouva projeté dans un grand fond marécageux. Tout y était opaque, pas une sirène ne serait visible dans ce brouillamini se disait-il en tentant malgré tout de garder les yeux grands ouverts. En tant que prophète, je me dois d’y trouver un peu de clarté.
Comme il avait la connaissance des grands fonds, et que la procédure de décantation n’avait plus aucun mystère pour lui, il souffla dans le limon une grosse expiration d’oxygène singulet, radical libre ayant la capacité d’activer le processus de sédimentation, et il attendit.

Pendant ce temps, les aventuriers de la sainte tatane n’en menaient pas large. Ils mirent en veilleuse le lecteur CD qui diffusait encore le dernier tube à la mode de Vivaldi, un adagio attribué à un certain Albinoni, remastérisé dans les studios d’Hollywoody Allen, d’une lenteur remarquable frisant la divine perfection.
Plus un bruit ne troublait ces contrées lorsqu’un léger crissement vint briser le silence.
Apophis dressa une antenne, Platon caressait son bouc taillé en accent circonflexe. Bastet, appuyée à la rambarde de sécurité semblait pensive.
Seul le soleil, un peu essoufflé par la reprise de sa course de char, osa prendre la parole.
– Dites, les clans des deux mille plus deux d’égypte, moins un disparu, y’a le sablier qu’a besoin d’un coup d’main ! Faudrait p’têtre lui reconstituer une santé à celui-là !
– C’est vrai qu’il est brisé…
– Un souffleur de verre pourrait faire quelque chose ?

– Qui s’y connaît en verfèvrerie ?

Roméo Lefebvre était l’homme qu’il fallait !

Une fois reconstitué, le petit mesureur de temps reprit son activité, les grains plus étincelants que jamais.
Mais avant de se retourner, il s’adressa aux clans en ces termes.
– Remerciez l’homme au char pour moi !
On sentit bien approcher la fin d’un ère. Quelle allait être la suivante ?
Pour l’instant, personne n’était encore en mesure de le dire. Le sable s’écoulait, inlassablement. Son bruissement était léger comme une aile de libellule.

Read Full Post »

Suite de : https://jobougon.wordpress.com/2015/07/19/les-aventuriers-du-temps-perdu-davance-4/

Mais quelle bande de malotrus !
Et puis il a un nom, l’autre, m’enfin !

gaston-lagaffe

Le gueuleton battait son plein lorsque retentit la sonnerie d’un téléphone. Tout le monde sursauta en se demandant ce que c’était que ce bruit strident, personne ne connaissait encore l’existence de cet appareil vu qu’il n’avait pas encore été inventé. Bastet sortit son portable de la poche de son jean, et décrocha. C’est qu’elle était moderne, la bougresse. A force de se balader dans les coulisses du temps, elle avait repiqué, de ci, de là, les bon côtés de chaque époque. La technologie, c’est quand même bien se disait-elle souvent. Imaginez un peu l’époque des lavandières… Vous vous voyez, vous, à genoux au lavoir en train de battre les draps de tout un hiver, bravant la salissure et la grisaille à la brosse et à la cendre ? La machine à laver, tout d’même, quand on y pense… Machine à larver, ce s’rait plus rigolo. Genre, pendant que bosse la technologie, jouer sa flemmasse de base ne discréditerait personne… !!! D’ailleurs, amusez-vous à cette petite expérience très simple. Plantez-vous devant une personne qui travaille, observez ses efforts à l’ouvrage. Profitez-en pour discuter de riens qui vont bien. Ne ressentez-vous pas un énorme bienfait, une sensation de repos manifeste ? J’ai toujours pensé que de regarder les autres travailler, ça produisait un effet nettement reposant. C’est un travail que je vais donc devoir apprendre à faire. Car c’est un art, de regarder les autres travailler ! Ne croyez pas que c’est donné à tout le monde !
Bref, c’était son Jules de mari qui cherchait à la joindre. Sa voix, d’un rare intonation caressante, ne manquait pas de faire chavirer Bastet à chaque fois, provoquant des boums boums résonnant dans toute sa cage thoracique. Atoum*, grand démiurge parmi les démiurges, était particulièrement vénéré pour sa capacité à donner la vie en crachant. Procédé original n’ayant pas encore donné lieu à un dépôt de brevet, mais dont l’efficacité n’était plus à prouver. Atoum était inquiet. De son temple, il avait vu passer une droite à la verticale vertigineuse, il pensait que trop de verticalité tue la verticalité et voulait en avertir son épouse. Celle-ci comprit tout de suite la gravité de la situation et prit donc immédiatement la situation en main. Il fallait fractionner, redistribuer, tempérer. Les techniciens de niveaux allaient devoir se mettre au travail. Aïe ! Dans travail, il y a « tra », « vé », et « ail ». On connaissait déjà le roi Louis croix vé bâton,

mais le « ail », il faudrait trouver une recomposition pour le tourner du bon côté. « Tra » à la limite on pouvait en faire quelque chose, suffit d’ajouter la et l’air, « vé », en Provence, ça passait bien aussi, mais aïe, tout de même. Bon, quand c’est urgent, et qui plus est important, certains sacrifices sont parfois nécessaires, alors les techniciens allaient devoir s’y mettre un tout p’tit peu tout d’même, et sans chômer, encore. Donc ils reprirent chacun leur agenda et se fixèrent des temps dédiés à la redistribution de cette verticalité vertigineuse. Tout d’abord, on construisit un périmètre de sécurité autour du temps vertical, afin d’éviter tout risque d’accident. Avant de toucher à quoi que ce soit, il valait mieux s’assurer de ne pas compliquer encore la situation. C’était sans compter sur saint Dada, prophète, dont le style n’était plus à prouver. Celui-là collait des bouts de phrases récupérées les unes aux autres et s’étonnait d’y trouver encore matière à poésie. Citons son texte le plus célèbre :
«A sept heure du matin, le lendemain était de nouveau assis sur sa pierre devant sa caverne car en cet endroit, il se pressait en avant dans l’air clarifié. Et si vous fêtez de nouveau cette fête de l’âne, rafraîchissez dehors votre chaude impétuosité d’enfants, la morale est affaire de gens qui ne peuvent se libérer d’elle. »
Distrait comme peut l’être un dadaïste assermenté quatrième génération, Dada galopait dans la semaine en question lorsqu’il buta sur une souche transverse. Bing, une fois chût, il perdit connaissance un dix milliardième de seconde, se réveilla traversé par des notes musicales d’une finesse extraordinaire, comme transporté dans un monde parallèle. Un morceau de Vivaldi*, se dit-il. Enchanteur Antonio, car voici que la musique l’hymnotise, le dirige jusqu’aux barrières de sécurité qu’il enjambe pour s’engouffrer dans le temps lévistationnaire dressé au milieu. La force était si puissante qu’elle le projeta en altitude séculière* et le fit sortir par le haut. L’imprévue complication qui ne devait pas arriver était advenue. Ce qui allait rendre complexe toute redistribution quantifiable avant de retrouver saint Dada perdu t’on n’sait t’où.

Comme quoi, au final, à tout vouloir sécuriser, ne provoque t-on pas finalement le contraire ? Les aventuriers du temps perdu d’avance se posaient âprement la question.
Si des fois vous aviez une paire de réponses à ça, n’hésitez surtout pas à leur en faire part. Ils vous en remercieront futurement le plus simplement du monde. Tout démarchage à l’assurance interdit, pas de publicités, merci.

*Atoum : https://fr.wikipedia.org/wiki/Atoum

*Vivaldi Maître des émotions.
https://www.youtube.com/watch?v=GBOaXhohJ3U

*Séculier : Mot devenu célèbre grâce à cette réplique célèbre…
https://www.youtube.com/watch?v=pdk0ELhnFdQ

Read Full Post »

« Newer Posts