Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for février 2011

Ils diront encore

Si je hurle comme la louve
Ce n’est pas que j’éprouve
Du chagrin ou Même pire
C’est juste que je respire
Un grand coup sous la lune
Et que marque ma plume
L’espoir fou et heureux
De recevoir un peu
De cet amour immense
Qui guérit et qui panse
Cette cicatrice sensible
Qui restera terrible
Jusqu’au jour où enfin
Je deviendrai une ombre
Au fond de cette tombe
Où la sérénité
Sera ma seule alliée
Ou enfin le repos
Mettra son embargo
Seule ou accompagnée
Enfin j’aurai trouvé
Ce paradis mythique
Dans un chemin épique
Celui de cette bête
Devenue cher poète
Une légende nocturne
A détrôner saturne.

Read Full Post »

La part du diable

Si du monde qui existe
J’ôte l’amour, l’amitié
Dites-moi qui persiste
A trouver la beauté ?
Tous ces mots à le dire
Ne serait-ce pas bien pire
Si nous les retirions
Pour laisser les passions
Déchirer les entrailles
De tous ceux qui se taillent
Cette jolie part du diable
Laissant l’irrémédiable
Continuer sa route
Sans plus avoir de doute ?

Read Full Post »

Sans fin

Saint Claude et saint Valentin
N’en finissent pas de prendre fin
Pas faute d’avoir été moroses
Mais juste parce qu’il est de ces choses
Qui abîment les êtres authentiques
Désireux de travailler en équipe
Ceux là préfèrent encore se taire
Même s’il est autour d’eux brassé l’air
Ce n’est pas en prenant à témoin
Ceux qui finalement n’y sont pour rien
Que les situations évoluent
Moi je dis que plutôt ça les tue
Alors quand on aura cessé de se plaindre
Et qu’on arrêtera aussi de feindre
La réalité pourra se travailler
Des efforts de tous ceux concernés
Qui œuvrent de façon à apaiser
Les conflits ou angoisses générés
Par ces façons de penser déformées
Qui ne font jamais qu’alimenter
Les malaises si l’on n’y prend pas garde
Tirons de fait une sonnette d’alarme
A éloigner tout discours insatisfait
Pour retrouver un peu de sa sérénité
De joie de vivre et de belle santé
Avant de disparaître pour l’éternité.

Read Full Post »

Silence passe

D’une écriture en filigrane
C’est de cette façon qu’il témoigne
De remous provoqués en écho
A des bouteilles à la mer ex-voto
Jetées par l’eau d’un inconscient
Qui parle dans un vrai boucan
Tout en s’évertuant à se taire
Pour préserver là l’atmosphère
En évitant ces pièges idiots
Qui consistent à mettre des mots
Sur ce qu’il ne faut jamais nommer
Car tout le reste va s’envoler
Ces moments précieux sont la grâce
Des esprits qui n’ont plus de place
Pour ces mièvreries insipides
Qui font ces animaux stupides
Non, c’est le silence de l’agneau
Qui restera son plus beau cadeau.

Read Full Post »

Bonne saint Valentin

Pour la saint Valentin
Tout ce qui est certain
C’est que l’amour existe
Ailleurs que dans les songes
Et qu’il est sans mensonge
Quand ceux qui investissent
Et qui prennent des risques
Osent le vivre sans masque
Donnent d’eux sans nulle menace
S’offrent à l’étrange douceur
De son tendre bonheur
Lorsque sans nulle peur
D’une nouvelle douleur
L’amour sans rien attendre
Se donne sans se défendre
D’avoir déjà aimé
Et d’avoir accepté
Que l’amour c’est certain
Parfois a une fin.

Read Full Post »

L’adieu

Voyez comme il est idiot
Mon besoin de repos
J’ai perdu mon week-end
Lui me croit infidèle

Voyez ce que c’est con
Ces cruelles relations
Qui font payer l’écho
Du vide de mes maux

Accrochée à ma vie
Je m’effrite et péris
De ce triste mépris
Que m’offre cet ami

Ami ! Dites-vous donc !
Jurez qu’il n’ait pas honte
Car un mot suffirait
A lui rendre mon bleuet

Mais c’est le mot de la fin
Qui à la place vint
Clôturer de rigueur
Quelques jours de bonheur.

Read Full Post »

Vie en scène

Poésie d’inventions
Pour faire en cent questions
Le voyage romancé
Qui me fera rêver
Errant sur ma chimère
J’agite et vitupère
Jusqu’à épuisement
Et quand finalement
Epuisée de mensonges
Je quitte enfin mes songes
C’est pour mieux retrouver
Ma vie enjolivée
D’un brin de fantaisie
A faire pâlir d’envie
Tous les grincheux aigris
Par manque de comédie.

Read Full Post »

Sans titre

Libre en ma demeure
Est-ce une pointe d’erreur
Qui surprend le passant
En ôtant ses tourments
Est-ce une erreur fatale
Qui détruit et fait mal
A se croire cannibale
De sentiment loyal
Non c’est de cette erreur
Qu’il en sort des frayeurs
A perdre les faux jeux
A ressortir un peu
Plus éclairé
Sur ce qui est d’une vérité
Celle d’une vie à croire
Que le travail d’y voir
Consiste à s’éloigner
De ces drôles de dangers
Qui ne sont pas ailleurs
Que dans notre douleur.

Read Full Post »

Poète masqué : L’anecdote

Que serais je sans Toi

Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre.
Que serais-je sans toi qu’un cœur au bois dormant.
Que cette heure arrêtée au cadran de la montre.
Que serais-je sans toi que ce balbutiement.

J’ai tout appris de toi sur les choses humaines.
Et j’ai vu désormais le monde à ta façon.
J’ai tout appris de toi comme on boit aux fontaines
Comme on lit dans le ciel les étoiles lointaines.
Comme au passant qui chante, on reprend sa chanson.
J’ai tout appris de toi jusqu’au sens de frisson.

J’ai tout appris de toi pour ce qui me concerne.
Qu’il fait jour à midi, qu’un ciel peut être bleu
Que le bonheur n’est pas un quinquet de taverne.
Tu m’as pris par la main, dans cet enfer moderne
Où l’homme ne sait plus ce que c’est qu’être deux.
Tu m’as pris par la main comme un amant heureux.

Qui parle de bonheur a souvent les yeux tristes.
N’est-ce pas un sanglot que la déconvenue
Une corde brisée aux doigts du guitariste
Et pourtant je vous dis que le bonheur existe.
Ailleurs que dans le rêve, ailleurs que dans les nues.
Terre, terre, voici ses rades inconnues.

Louis Aragon

 

 

Un (ou une) internaute masqué(e) à ouvert un compte éphémère sous le pseudo de Asdecoeur pour mettre en ligne ce superbe poème de Louis Aragon chanté par Jean Ferrat que tout le monde connait. J’ai vu peu de temps après ce compte disparaître et me suis interrogée sur les mobiles de ce geste. Voici ce que cette anecdote m’a inspiré.

 

 

Poète masqué

As de cœur sous ton beau masque d’archer
Pourquoi venir ici si ce n’est pour décocher
Cette fine pointe d’acier de cet art consommé
Consistant à faire croire qu’il s’agit là d’aimer
Pour disparaître ensuite dans une volute de fumée
D’une apparition brève et sans doute calculée
Tu pousses la rime si loin que le mystère est né
Qui se cache sous le masque de Louis le bien né ?
Allons, viens donc ici te dire ou bien nous dévoiler
D’autres rimes magnifiques que tu viendrais conter
Dès lors que nos poètes ici bas affligés
Auraient perdus le goût de ces vers alignés
L’as de cœur vous disais-je est venu témoigner
De ces mots qui au fond ne se démodent jamais
Et pourtant bien de ceux qui vont encore chercher
A les vivre enfin n’ont pas finis d’en chier.

Read Full Post »

Echiquier sauvage

Si un cavalier
Pousse un peu mon fou
Pieds et poings liés
Je rie et je joue

Si ce cavalier
Du haut de ma tour
Me fait bien rêver
Alors troubadour

C’est à être roi
Qu’il finit je crois
Sans mettre en échec
Aucune ludothèque

Voici là sa dame
Belle qui s’exclame
Messire soyez mien
Les pions sont témoins

Dame ! Réfléchissez !
Noir est votre nez
Moi le mien est blanc
C’est un peu troublant

La reine excédée
Lui fit envoyer
Quatre coups de dés
Pour mieux l’emporter

Morale de l’histoire
Les jeux de hasard
Sont piètres à côté
Des amours blessées.

Les jeux de l’amour
Du roi et sa cour
Ont encore des jours
Beaux quoique balourds.

Read Full Post »

« Newer Posts - Older Posts »